LES AVATARS

 Synthèse de la Compilation et du Codex Eldar V2
Traductions Attila, Rutabaio, Keltarius, Inquisiteur Nico,Tienus Ahès, Diolis Skefrep, Pestilus, Cel Glaucester et BoB

Quand Kaela Mensha Khaine, le dieu à la Main Sanglante des eldars, combattit Slaanesh le Seigneur du Plaisir, il fut rapidement défait et son énergie capturée par le dieu nouveau-né. En effet, le dieu à la Main Sanglante était composé de Slaanesh, autant que de Khorne – un produit de cette partie de l’âme eldar qui trouve sa gratification dans le meurtre et son plaisir dans la violence sanglante. Khorne, le Dieu du Sang, le Seigneur de la Guerre, du Meurtre et des Batailles rugit de fureur en découvrant que l’un de ses siens lui avait été retiré de cette façon. Il s’ensuivit un conflit frontal entre Khorne et Slaanesh, le Dieu du Sang luttant pour récupérer la portion de pouvoir qui devait lui échoir, Slaanesh guidé par sa faim inextinguible qui le poussait à tout consumer dans son passage. Le dieu à la Main Sanglante fut ballotté en tous sens, d’abord agrippé par Slaanesh, avant de revenir dans le giron de Khorne.

À la fin, la furie du Dieu du Sang et l’exaltation du Seigneur du Plaisir se trouvèrent épuisées, ce qui établit pour la suite la frontière entre leurs domaines. Comme une feuille dans l’œil d'un cyclone, Kaela Mensha Khaine chuta dans le calme ainsi créé, jusqu’au Royaume du Chaos et dans l’univers matériel. En revenant dans l’univers réel, il éclata en une multitude d’éclats d’énergie, dispersant sa puissance de telle sorte que ni Khorne ni Slaanesh ne puisse à nouveau mettre la main sur lui. Chacun de ces fragments est désormais sensés se trouver au cœur du réseau de moelle spectrale de chaque vaisseau-monde, où il prit racine et se transforma en un Avatar du dieu a la Main Sanglante.

La Compilation parle d'eldars possédés par ces "éclats" de Khaine mais ne dit pas comment est-ce qu'il se retrouvèrent ensuite au coeur des vaisseaux-mondes :

"Chaque fragment intégra le corps d’un eldar, emplissant le corps avec son esprit divin, le possédant, de sorte qu’il devint un meurtrier assoiffé de sang potentiellement indestructible – l’incarnation du dieu à la Main Sanglante. "

LE TRONE DU DIEU DE LA GUERRE

Au sein de chaque vaisseau monde existe une chambre scellée. A l'intérieur, sur un trône de métal en fusion siège l'Avatar du Dieu à la Main Sanglante. Cette statue semble faite d'un antique métal constellé de rouille et patiné par l'age. Ses yeux sont deux puits sans fond, comme si tout son corps était une coquille de métal vide. La moelle spectrale formant la salle de l'Avatar court dans toute la structure du vaisseau et le trône est connecté à chacune des parties de celui-ci. La chambre est faite de moelle spectrale qui forme le squelette de tout le vaisseau monde, ce qui le connecte à chacune de ses parties, même les plus éloignée.

Quand les eldars se préparent à la guerre, la moelle spectrale psychoréceptive se met a enregistrer le désir de combat des eldars. Le corps de métal commence à brunir, le sang brûlant se répandant peu à peu dans ses membres. Son coeur de métal bat de plus en plus vite et sa chair renaît. Du métal en fusion coule dans ses veines, sa peau se craquelle comme de la lave. Dès qu'il se réveille, tous les exarques et guerriers Aspects du vaisseau ressentent sa présence à travers la moelle spectrale qui se met à résonner. A ce signal, l'appel à la guerre de l'Avatar, les exarques et les guerriers Aspects chantent pour le dieu de la Guerre et commencent les rituels de préparation.

Quand l'Avatar se réveille de son premier sommeil, les plus vieux exarques du vaisseau - un de chaque temple présent – se réunissent devant la porte de la Chambre et entament le rituel du réveil. Ils portent leurs masques et armures rituelles. Ils sont accompagnés d'un autre exarque appelé Jeune Roi. Le Jeune Roi est sélectionné chaque année par un rituel de divination par les grands prophètes du vaisseau-monde – les psykers qui guident le vaisseau dans ses décisions politiques. Ce rang n'est tenu que pendant une année, à l'issue de laquelle, l'exarque se désiste et un nouveau Jeune Roi est élu. La cérémonie du Réveil commence lorsque le Jeune Roi est rituellement dévêtu et désarmé. Une guirlande de fleurs spectrales lui est mise au cou et les runes de Kaela Mensha Kaine sont peintes avec du sang sur son corps - entrelat de formes évoquant la course annuelle du soleil, depuis l'aube jusqu'à l'inévitable crépuscule automnal. Les exarques apportent avec cérémonie les atours rituels de l 'Avatar, depuis les autels dédiés au Dieu de la Guerre et les présentent au Jeune Roi. Ces épaules sont alors drapées du long manteau bleu retenu par une fibule en or. Il tient la longue lame sombre de l'Avatar dans sa main droite - la Siun Daellae - la Mort Hurlante. Son autre main empoigne le Calice de Criel - la coupe pleine de son propre sang.

Les exarques, le Jeune Roi et un grand chœur de prophètes eldars prennent place autour des massives portes de bronze de la salle du trône, contemplant le métal qui s'échauffe de plus en plus, rayonnant d'une lueur vermeille. Devant ces portes, le chœur des prophètes chante l'Hymne du Sang, dont la complainte est reprise par les exarques. Le vacarme de métal torturé et du brasier s'échappe de la chambre. Les portes de bronze, très lentement, s'ouvrent. Dans une clarté à peine supportable, au centre de la pièce, assis sur son trône, se dresse une ombre ténébreuse enveloppée d'une lumière intense: l'Avatar. Le Jeune Roi pénètre le sanctuaire alors que l'hymne du sang monte crescendo, hurlements ritualisés, à première vue totalement aléatoires, mais orchestrés et répétés avec soin tout comme le reste de la cérémonie. Lentement, les portes de bronze se referment délibérément derrière lui.

La musique et les chants cessent lorsque les bruits provenant de la chambre deviennent sourds et graves comme les échos d'un lointain orage. Les exarques joignent leurs mains, formant un cercle continue et commencent leur veille. Des groupes d'exarques se relaient pour assurer la continuité du chant en fredonnant. Le réseau d'infinité se met a crépiter sous la tension de l'immense pouvoir qui converge vers la chambre du trône. Les exarques attendent parfois plusieurs jours avant le réveil de l'Avatar mais habituellement une heure ou deux suffisent. Et son réveil est brutal. Soudain, un hurlement sourd et inhumain retentit et les portes de bronze s'ouvrent violemment dans une explosion d'énergie et de lumière. Les exarques luttent désespérément pour rester debout et maintenir leur cercle fermé contre cette puissante tornade. L'Avatar se lève de son trône et à ce même moment, en communion dans tout le vaisseau-monde, les guerriers Aspects coiffent leurs casques à l'apogée d'un rituel parallèle à celui de la salle du trône.

LE REVEIL DE L’AVATAR

L’enveloppe jusqu'alors vide de l’Avatar est à présent parcourue d’une puissante énergie. Ses yeux rougeoient comme des charbons ardents et, à chaque mouvement, sa surface entière crépite et crache comme du métal en fusion. Du fer fondu coule dans ses veines et des émanations de sang bouillonnant jaillissent et se solidifient sur sa peau. Il s’avance drapé de volutes de fumées et de cendres volantes. L'odeur caractéristique du sang se mêle aux exhalations de fonderie. Il porte le manteau accroché à l’épaule par une broche. Ses longs bras puissants sont couverts de sang jusqu’aux coudes. Un épais sang carmin suinte de ses mains et dégouline de ses doigts en laissant une vapeur écarlate derrière lui. Il tient dans sa main droite la Mort Hurlante. Les runes de sa lame infernale s'emmêlent tandis qu'elles semblent chercher il s'évader, comme si elles étaient torturées par la chaleur de la poigne de l'Avatar.

Du Jeune Roi, rien ne subsiste - à l’exception du sang écoeurant suintant des bras ensanglantés de l’Avatar. L’enveloppe externe de l’Avatar est similaire à une combinaison de combat et est incrustée de pierres-esprit individuelles qui palpitent d’une lumière vermillon. Elles contiennent les esprits de tous les Jeunes Rois qui sont entrés dans la chambre. Les personnalités et les mémoires enfermées dans ces pierres-esprit renforcent l’Avatar et lui permettent d’en référer aux expériences des Jeunes Rois. C’est pourquoi, d’une certaine façon, les exarques qui fusionnent avec l’Avatar ne meurent jamais – ils sont unis à l’Avatar et vivent en lui pour toujours.