LA CAMPAGNE POUR AMETON EPSILON IV

Merci à Frédéric VR

Ameton Epsilon IV, ainsi que la campagne opposant principalement les tyranides et Ultramarines ont été décrites par le menu sur le site de Games Workshop France durant l'été 2005. Cette longue nouvelle est parue par fragment sur plusieurs mois. Cela ressemble très très fort à une campagne interne au studio.

SOMMAIRE
Première Partie – Historique
Chapitre I  - Théâtre d’Opération : Ameton Epsilon IV
Chapitre II - L’Incident Béhémoth
Chapitre III - Les Forces de Défenses d’Ameton Epsilon IV
Chapitre IV – Les Nomades
 
 Deuxième Partie – La Seconde Bataille pour Ameton Epsilon IV
Phase I : Invasion
Phase II : Guerre Totale

 

PREMIERE PARTIE - HISTORIQUE

CHAPITRE I : Théâtre d'Opérations - Ameton Epsilon IV

Rapport du Technomagus Kemps, à l'attention de son Eminence HULL

LA PLANETE

Environnement

Ameton Epsilon IV est l'une des planètes du système de Maccrage, autour de laquelle elle gravite selon un cycle de 956 jours (norme de Terra). Sa lente révolution sur son axe plonge le pôle nord de sa surface dans l'obscurité la moitié de l'année, tandis que l'autre pôle sur l'hémisphère opposé subit un jour perpétuel. La température dans la partie nocturne dépasse rarement 0°C , tandis que sur l'autre pôle de la planète, elle ne descend jamais en dessous de 25°C , avec des variations de +/- 8°C . Entre ces deux pôles, la température évolue entre 0° et 30° selon la saison.

Son diamètre est sensiblement d'un quart de celui de Maccrage et sa masse suit les mêmes proportions que la majorité des planètes habitables de l'espace connu. Elle est recouverte à 78% d'eau.

Ameton Epsilon IV dispose, selon les critères impériaux, d'une atmosphère propice à la colonisation. Du fait de son climat particulier (lié à sa révolution), les formes de vie végétales ont dû s'adapter pour se développer en surface. Elles prennent l'apparence de grandes étendues d'herbes basses, rigides aux feuilles tranchantes. Dans certaines parties de la planète, ces étendues peuvent occuper des centaines de kilomètres carrés. Le relief est impressionnant, certaines montagnes culminant à 12400 mètres, et se concentrent en quelques barrières qui découpent et parcellent les deux continents.

Les formes de vies animales sont pour ainsi dire inexistantes depuis l'incident Béhémoth (voir Chapitre II) et se résument aux espèces amenées par les colons impériaux. Toute tentative de repeupler la planète à l'aide de ces animaux s'est soldée par un échec, devant l'inaptitude de quelque espèce que ce soit à s'acclimater aux conditions particulières de cet environnement inhospitalier. Exception notable : l'auroch, mammifère qui assure la subsistance des populations nomades (voir Chapitre IV)

Les terres habitables de la planète consistent en deux grands continents, séparés par une multitude d'îles de taille variable. C'est sur ces continents que se rassemble la majorité de la population, les îles ne présentant aucun intérêt en termes de ressources exploitables. 

Population

Le continent Nord est dénommé Ameton Epsilon Prime. Ses riches gisements miniers ont justifié l'implantation d'un ensemble de sites d'exploitation, qui fournit Maccrage ainsi que de nombreux autres systèmes (dont nombre de mondes-forges de l'Adeptus Mechanicus) en matières premières. Du fait de la densité de minerai au centre du continent, c'est là qu'a été édifié le principal complexe industriel, l'Asgrad. Ce complexe, de 1200 km de diamètre, est ceinturé par un réseau de forts de la Garde Impériale qui constitue la principale garnison de ce continent. Les autochtones ont surnommé cette ceinture les Marches d'Acier. Son existence se justifie par la protection qu'elle apporte face aux tribus indigènes (nous y reviendrons plus loin).

On trouve sur Ameton Epsilon Prime deux cités ruches, Asgrad Alpha et Asgrad Bêta. Ces cités s'élèvent respectivement à 5300 et 2800 mètres. La première abrite 1.405.697.143 ouvriers et personnel d'encadrement tandis que la seconde en accueille 789.937.682. La quasi-totalité de ces habitants est destiné à l'exploitation des sites miniers du continent.

Une importante unité de l'Adeptus Arbites occupant la ruche et veillant à sa sécurité, aucun problème d'importance n'a troublé l'ordre et le bon fonctionnement de l'exploitation industrielle durant ces dernières années.

Comme vous le constatez, la population est regroupée au centre des terres, l'est du continent étant peuplé des tribus hostiles qui justifient un traitement séparé plus loin.

Le second continent (Ameton Epsilon Secundus), dont la superficie est nettement moins importante que le premier (de l'ordre de la moitié) abrite l'ensemble des instances gouvernantes de la planète. La cité administrative est située au sud, et abrite le palais du gouverneur, Adrianus Quintex. Les ressources exploitées sur Ameton Epsilon Prime sont acheminées sur ce continent afin d'être traitées et expédiées vers les différents mondes qui emploieront la matière première extraite du sol de la planète.

La cité administrative a été construite sous un dôme de plastacier qui la protège contre toute agression, et qui lui vaut le surnom de Dôme, tout simplement. Ce dôme protège l'ensemble des complexes vitaux à l'administration de la planète contre toute agression et, bien qu'il ait montré sa résistance durant l'incident Béhémoth, a été reconstruit et renforcé depuis.

Le Dôme abrite le palais du gouverneur, le Haut Commandement de la Garde Impériale d'Ameton Epsilon et depuis l'incident Béhémoth, le Couvent de Notre Mère des Souffrances. A l'ouest de la cité, à une dizaine de kilomètres, s'étend le spatioport par lequel transitent toutes les navettes en provenance ou à destination de la planète. Ce lieu de haute importance est une base fortifiée et lourdement défendue par le personnel terrestre de la Flotte Impériale.

Les deux continents sont reliés par une impressionnante construction de pierre et de métal, un pont aux dimensions extraordinaires qui s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres. Ce pont, réseau vital de communications entre les points d'extraction minière et le Dôme, est protégé en permanence par une garnison de la Garde Impériale , et voit quotidiennement passer des centaines de trains, tous chargés de la précieuse matière première.

Géographie

•  Ameton Epsilon Secundus

C'est sur le second continent de la planète que se retrouvent les structures administratives essentielles à la planète. C'est ici que se sont installés les premiers colons il y a des siècles de cela, en raison des conditions climatiques plus favorables que sur le continent nord.

•  Le Dôme

Centre nerveux et décisionnaire de toutes les composantes administratives d'Ameton Epsilon, cette ville hautement stratégique a toujours fait l'objet de toutes les attentions en termes de défenses et de garnison. Rassemblant la majorité des hauts fonctionnaires et les représentants des instances impériales, sa prise en période de guerre entraînerait la paralysie de la planète, menaçant grandement les capacités de survie de ce monde.

•  Désert des cendres

Cette immense étendue sèche et rocailleuse doit son nom à la fine couche de particules produite par l'érosion naturelle rapide des minerais qui composent son sol. Régulièrement, des vents venus de l'océan soulèvent ces particules dans un phénomène dénommé localement « Tempête de Cendres », qui dure souvent plusieurs jours. Ces tempêtes rendent l'air irrespirable, et toute expédition dans ces terres désolées où n'existe aucune forme de vie animale ou végétale doit se faire muni d'un équipement adéquat.

•  Monts Antigonos

Suite à l'effondrement qui se déroula ici durant la première bataille d'Ameton Epsilon, Antigonos n'a plus de montagne que le nom. Ce qui subsiste de ce qui fut jadis l'un des sommets les plus importants de la planète n'est plus qu'une immense colline rocheuse, aux éboulis fréquents. Il fut un temps question d'excaver la créature qui repose sous ces tonnes de roches, mais le projet s'est perdu au fond des archives impériales dont il ne surgira certainement jamais.

•  Mausolée de Notre Mère des Souffrances

La Commanderie qui dans le passé se tenait en plein désert des cendres n'existe plus, anéantie et absorbée par la flotte-ruche Béhémoth lors de son invasion d'Ameton Epsilon en 745.M41. A sa place se dresse un mausolée érigé en l'honneur des Sœurs de Bataille tombées durant la défense de leur sanctuaire, mausolée qui est la destination d'un pèlerinage des Sœurs de la Commanderie actuelle, qui se trouve au cœur du Dôme.

•  Spatioport Secundus

Ce spatioport est le lieu de transit obligatoire de toute navette qui part ou arrive sur Ameton Epsilon. Occupé par la Garde Impériale, il est en outre équipé de nombreuses batteries anti-aériennes qui le protègent de toute attaque par les airs.

•  Mare Occidentalis et Orientalis

Ces océans sont séparés administrativement par la frontière artificielle que constitue le pont intercontinental. Le gouvernement d'Ameton Epsilon ne dispose d'aucun engin maritime (de tels engins n'existent plus que dans certains systèmes archaïques de la sphère de contrôle impériale) et seuls des balises de relevés sismographiques occupent sa surface. Epargnées par les tyranides, contrairement aux mammifères et reptiles terrestres, les formes de vie maritimes n'ont pas subi le fléau Béhémoth.

•  Pont intercontinental

Cet ouvrage titanesque de plusieurs centaines de kilomètres s'étend entre les deux continents d'Ameton Epsilon, permettant le convoyage des biens et des personnes. Il a été construit afin de permettre un acheminement économique et rapide des minerais extraits d'Asgrad vers les usines de traitement du Dôme et le spatioport d'Ameton Epsilon Secundus.

Les deux accès (nord et sud) sont contrôlés et régulés par une importante garnison de Gardes Impériaux.

•  Ameton Epsilon Prime

Premier continent en terme de superficie, il concentre aussi l'ensemble des ressources minières de la planète.

•  Marches d'Acier

Il s'agit du nom donné à l'imposante ceinture de fortifications qui défend le site minier d'Asgrad. Plusieurs dizaines de milliers de Gardes Impériaux l'occupent en permanence et les Marches d'Acier disposent de leur poste de commandement autonome.

•  Asgrad

Complexe industriel consacré à l'exploitation et au traitement des minerais extraits du sol d'Ameton Epsilon, Asgrad est la raison de la présence humaine sur cette planète hostile. Le minerai est la seule richesse d'Ameton Epsilon, mais la quantité qui en est extraite suffit à justifier la mobilisation de tant de personnel civil et militaire. Dans la perspective improbable où un jour ces ressources viendraient à s'épuiser, la colonie quitterait en toute vraisemblance la planète.

•  Asgrad Alpha

Première Cité-ruche par l'âge et la population, Asgrad Alpha est construite au cœur du complexe industriel. Elle s'étire sur plusieurs kilomètres de hauteur, la rendant visible à des lieues à la ronde.

•  Asgrad Bêta

Cette seconde cité ruche fut bâtie lorsque la capacité d'accueil de l'Asgrad Alpha atteignit ses limites. Sa superficie et sa hauteur sont largement inférieures à celles de sa sœur qui se trouve quelques kilomètres à l'ouest.

•  Les collines noires

C'est le nom donné aux reliefs qui constituent la frontière naturelle entre les terres colonisées et celles occupées par les Nomades. Ces collines sèches et nues sont régulièrement patrouillées par des compagnies de Gardes Impériaux fréquemment prises à parti par des tribus nomades, attaques qui se finissent immanquablement par des expéditions punitives.

•  Les Plaines

Dans cette immense étendue aride vivent les Nomades, qui se rassemblent autour des quelques oasis de végétation qui parviennent à subsister sous le climat hostile d'Ameton Epsilon. Les tribus voyagent au gré des saisons, fuyant les périodes de tempête qui balaient le continent du nord au sud selon un cycle annuel, emmenant avec eux les troupeaux d'aurochs qui sont les seuls mammifères à être parvenus à survivre en ces lieux.

•  Monts Basaltes

Importantes chaînes montagneuses coupant en deux les plaines, c'est ici que se retirent et meurent les Anciens, nom donné aux doyens des tribus nomades devenus incapables de suivre les mouvements de leur tribu. Ils se rassemblent en petites communautés vivant dans les vallées et les grottes de ces montagnes, et survivent grâce aux maigres ressources que leur offre leur environnement.

 

 

CHAPITRE II : L'Incident Béhémoth 745.M41

Retranscription partielle des Archives Impériale du Sanctuaire Incarnat du Dôme d'Ameton Epsilon Secundus

(…) les évènements liés à l'apparition de la Flotte-Ruche Béhémoth ayant fait l'objet d'un rapport extrêmement détaillé de la part de son Eminence Kryptman (loué soit l'esprit des forts), il convient ici de s'attarder sur les incidences que l'apparition de ces envahisseurs eut sur notre satellite.

Ameton Epsilon était au cœur de la bataille entre la flotte-ruche tyranide et les flottes impériales lorsque celles-ci s'affrontèrent dans le système de Macragge. Comme expliqué précédemment, notre planète servait de base avancée pour Macragge, et en tant que tel, d'objectif prioritaire pour la flotte ruche.

Dès qu'il devint évident qu'une lutte à mort allait s'engager entre les humains et ces créatures, toute production minière fut immédiatement interrompue, et les hommes redirigés pour la mise en oeuvre des batteries d'armes et les milices. Les femmes et les enfants, après la Directive N °227 édictée par Théobald Von Steik, gouverneur de la planète, étaient quant à eux, attelés à la manutention et au transport des armes, du ravitaillement et des batteries énergétiques à l'usage des canons orbitaux.

L'effervescence gagna notre planète, alors que pour la première fois il était rendu possible à notre population, masse muette et aveugle en d'autres temps, de servir notre Empereur, de se rallier à Sa bannière pour lutter contre Ses Ennemis. Certes, quelques éléments se rebellèrent contre ces mesures d'urgence, mais là où la contestation naissait, l'Arbites n'était pas loin, grâce lui en soit rendue.

Contact

Durant deux semaines, nos canons firent pleuvoir leur énergie sur Béhémoth, tandis que les vaisseaux de notre Flotte l'engageaient dans un duel meurtrier. Notre horizon était illuminé constamment des lueurs des tirs jaillissant vers la stratosphère, et il n'était plus possible de discerner les étoiles de la voûte céleste des explosions des organismes ennemis.

Nous ne savions pas comment se déroulait le combat dans l'espace, et tout ce qui nous importait était de maintenir la cadence de tir de nos armes et d'apporter notre pierre à l'édifice de la Bataille pour Macragge

Au dix-huitième jour de combat, des ombres apparurent dans nos cieux. De grandes formes sombres, semblables à d'immenses crustacés dotés de monstrueux appendices. Ces choses ceignirent notre planète d'un anneau, à l'instar d'un étau se refermant sur nous. Les batteries redoublèrent d'intensité, et nous fîmes décoller la maigre flotte d'intercepteurs dont nous disposions.

Trois heures plus tard, nos chasseurs entrèrent en contact avec les tyranides.

Escadron Alpha à Ameton Epsilon Secundus…
Nous arrivons à distance visuelle de l'ennemi… Contact dans une minute…Roquettes armées… contact dans 30 secondes….Artilleurs aux postes de combat…Contact dans 10 secondes…Ils sont immenses !!!...Ce ne sont pas des vaisseaux, ce sont des monstres…Première salve dans 10 secondes…Ils nous ont repérés, ils fondent sur…
(Fin de la communication)
Retranscription de la dernière communication avec Caiurs Cleg, commandant de l'escadron Alpha, 3ème batt. de la flotte d'Ameton Epsilon.
 

En l'espace de quelques minutes, notre flotte de quatre cents appareils avait été littéralement happée par ces choses. Il devenait nécessaire de rapporter ces évènements aux Ultramarines afin qu'ils sachent ce qu'il se passait ici. C'est à ce moment que nous nous rendîmes compte que toute communication psychique avec l'extérieur avait été rendue impossible par la présence de ces créatures dans notre orbite. Toute tentative pour établir un lien astropathique se soldait par d'incommensurables douleurs pour le télépathe qui, parfois, engendraient sa mort.

Nous étions seuls…

L'invasion

Au vingtième jour, d'intenses bourdonnements se firent entendre, émanant de la flotte ruche. Ces bourdonnements allèrent crescendo jusqu'à atteindre leur paroxysme dans d'immenses explosions jaillissant du corps même des vaisseaux tyranides. Pendant quelques instants, nul ne sût ce qui se passait, et beaucoup virent dans ces explosions l'intervention des Ultramarines, venus à notre secours. Il n'en était évidemment rien.

En l'espace de quelques instants, l'air fut saturé de milliers d'objets sphériques, organiques, de taille diverses et terminés par des appendices qui semblaient les guider dans leur chute. Ces organismes vinrent s'abattre sur la surface de notre monde, faisant trembler le sol sous la violence de cette multitude d'impact. Du pôle nord au pôle sud, il n'y avait pas un kilomètre de terre qui ne soit frappé par ces spores.

Le contact avec le sol les faisait éclater, et de leur sein jaillirent ces créatures que nos magos allaient répertorier sous le nom de Termagants, d'Hormagaunts ou de Guerriers tyranides, autant d'espèces d'une race dont l'ultime dessein était notre anéantissement, l'absorption de nos êtres dans l'anonymat biologique de leur flotte ruche. Ces créatures déferlèrent telle une vague sur nos maigres défenses. L'hystérie gagna jusqu'au cœur de l'administration planétaire, tandis que fébrilement chacun tentait d'organiser la défense des installations vitales, ou tout au moins, leur survie.

Il fut rapidement décidé, à la vu du phénomène que nous vivions, qu'il serait salutaire de se rassembler dans les complexes les plus aisément défendables, à savoir le dôme de la cité administrative sur Ameton Epsilon Secundus, et les cités ruche d'Ameton Epsilon Prime.

Tout en organisant le rassemblement de la population dans ces zones, la Garde Impériale engagea les premiers combats contre ces adversaires dont rien n'était connu alors. La XIème brigade d'infanterie motorisée renforcée d'éléments du IVème régiment d'artillerie autopropulsée fut le premier détachement de la Garde qui rencontra sur le champ de bataille les tyranides, à 850 km au nord-est du Dôme. Bien que dans un premier temps le blindage de nos tanks pût faire obstacle aux armes des créatures, il apparut rapidement que ceux-ci succomberaient sous le nombre des assaillants. La peur induite par ces espèces contre-nature joua un rôle important, nombre de rapport signalant des équipages abandonnant leurs blindés, ou restant prostrés de peur panique dans l'habitacle de leur véhicule. Après quarante-cinq minutes de combat, le colonel ordonna le repli. L'affrontement nous avait cependant livré un enseignement clair : il n'y avait rien dans cette armée extraterrestre que ne pouvait arrêter un obus de 98 mm propulsé par le fût d'un Leman Russ.

Pendant deux jours, de multiples attaques de la sorte furent organisées, dont l'objectif était de gagner du temps et permettre la mise en place d'une défense efficace du Dôme. Les batteries de turbo-laser furent abandonnés au profit d'une défense terrestre contre l'envahisseur, et chaque homme capable de porter une arme s'en vit remettre une.

Le siège

En quelques jours, la population ayant survécu à l'assaut mycétique se retrouva à l'abri du Dôme de plastacier de la Cité administrative. Chaque espace avait été réquisitionné pour entreposer des denrées vitales comme les munitions ou la nourriture, ou pour servir de dortoir aux non-combattants. Dans les hauteurs de la cité, Théobald Von Steik organisait la lutte, tandis que ses Astropathes tentaient vainement de contacter l'extérieur. Le voile psychique tombé sur la planète était tellement lourd qu'il était devenu impossible d'établir toute communication avec l'autre continent, de sorte qu'en ces moments, nous ne savions même pas comment la lutte se déroulait ailleurs, si tant était qu'elle se poursuivait.

Nous étions seuls, et nous devions survivre…

L'épaisseur du dôme de plastacier s'avéra salutaire dans les jours qui suivirent. Les tyranides, même les créatures les plus imposantes n'avaient pas les moyens de le percer, et devaient par conséquent concentrer leurs efforts autour des portes de la cité, ce qui facilitait grandement sa défense. Celles-ci avaient été murées, titanesques barricades de briques et d'acier derrière lesquelles la Garde avait pu ériger ses défenses.

Mus uniquement par leur instinct de prédateur, les tyranides ne connaissaient ni faim, ni fatigue, et renouvelaient leurs assauts jour comme nuit. Les corps de leurs congénères leur servaient à atteindre les meurtrières derrière lesquelles nos gardes se réfugiaient, pour y passer leurs griffes ou vomir leur acide (que la Foi en notre Guide soit notre armure en ces moments). Eux étaient innombrables, mais chacun de nos morts étaient une lourde perte pour nos défenses. Pourtant, nous savions que tant que le dôme résisterait nous survivrions.

C'est alors que tout s'arrêta. Comme poussées par un ordre muet, les créatures se retirèrent, nous laissant dans la stupéfaction d'une victoire que jamais nous n'aurions crue possible. Les tirs s'arrêtèrent, les canons se turent tandis que la masse grouillante refluait à l'horizon, ne laissant derrière elle qu'un champ de corps brisés. En un instant, sept jours de combats avaient pris fin.

C'est alors qu'elle apparut. Une créature qui par sa taille ridiculisait toutes celles que nous avions vu jusque là, s'élevant à plusieurs dizaine de mètres de hauteur, à la carapace chitineuse aussi épaisse que les blindages de nos plus puissants tanks, dont la tête dégageait des éclairs, témoignages terribles d'une incroyable matrice psychique. Son dos était surmonté d'un immense appendice qui prenait la forme d'un canon, qui ne tarda pas à cracher un jet d'acide qui alla ébranler notre dôme dans ses fondations. Elle se trouvait encore alors à plus de 5 kilomètres.

Une Dominatrix, comme nous allions l'apprendre ultérieurement.

Les minutes s'égrainèrent, ne laissant derrière elles que le germe d'une terreur absolue, primale, celle qu'éprouve la proie acculée devant son prédateur.

La créature s'avançait résolument vers notre forteresse quand l'ordre de tir se fit entendre. Il sortit les hommes de leur léthargie et toutes les pièces disponibles pointèrent leurs bouches en direction du monstre. Un duel s'engagea entre notre artillerie et le canon dorsal de la Dominatrix. Sous chacun de ses tirs, des pans entiers des murs de notre forteresse s'effondraient, ensevelissant des centaines de gardes et de civils sous des tonnes de gravats. Mais il devint rapidement évident que nos tirs n'étaient pas vains, chaque impact entamant la carapace de cette chose pour laisser apparaître sa chair congestionnée.

Comme si elle savait qu'elle ne pouvait lutter contre le barrage que nous lui imposions, elle s'arrêta, pour laisser apparaître derrière elle la masse grouillante des autres créatures qui renouvelèrent leur assaut. Nous ne pouvions lutter longtemps contre ce monstre biologique et la multitude de ces créatures.

La Onzième Heure

Nous parvenions à retenir les assaillants depuis plusieurs heures lorsqu'à l'ouest, l'horizon fut obscurci par un nuage de fumée et de poussière. Avant même que n'ayons eu le temps de nous inquiéter de ce phénomène, le ronronnement des moteurs de la XIème Brigade du Colonel Kemps se fit entendre. Après le repli désorganisé ayant suivi le premier contact avec les envahisseurs, le lieutenant avait rallié sa brigade et ordonné le retour vers la Cité. Après avoir par on ne sait quel miracle traversé les hordes extraterrestres, il était parvenu en vue du Dôme. Ayant vu celui-ci assiégé, il avait organisé un vaste mouvement de contournement pour prendre l'armée ennemie entre nos batteries et ses blindés.

L'arrivée des trois cent blindés fit pencher la balance en notre faveur, tandis que les gaunts mouraient par centaine sous les déflagrations des obus. A l'aube, les tyranides se retirèrent, laissant derrière eux le corps de la Dominatrix que étions parvenus à abattre.

Le Colonel Kemps fut accueilli tel un héros. Il se vit remettre l'Honorifica Imperialis pour son action décisive et fut élevé Maréchal de Défense des instances gouvernementales, ce qui fit de lui l'autorité suprême pour tout ce qui touchait à la défense du dôme administratif. Dans l'affrontement son unité avait subit des pertes notables, mais de jeunes recrues vinrent hâtivement renforcer les effectifs de la brigade.

Guerre Totale

Dans les semaines qui suivirent, les assauts tyranides diminuèrent d'intensité contre la cité, tandis qu'ils se multipliaient partout sur Ameton Epsilon. Ces jours se révélèrent propices pour rationaliser notre défense, sous l'impulsion du Maréchal Kemps. Les batteries furent réorganisées pour se concentrer dans les secteurs sensibles, les fortifications renforcées et le rationnement et un système de conscription furent mis en place. Les nouvelles parvinrent des autres théâtres d'opération du conflit.

Au nord, Ameton Epsilon Prime subissait lui aussi les assauts répétés des tyranides. Dans les jours ayant suivi l'invasion, la ceinture défensive des Marches d'Acier avait été percée en de nombreux points, et amena l'évacuation de la Cité Ruche d'Asgrad Bêta. La population et les divisions de la Garde Impériale se retranchèrent dans la seconde cité-ruche, plus grande et plus propice à une défense acharnée. Les directives de Von Steik étaient claires, et tenaient en quelques mots "Plus un pas en arrière !".

Les mines avaient été piégées et toutes les réserves d'explosifs nucléaires entreposées dans les profondeurs des souterrains avaient été activées, creusant dans le sol un cratère béant qui engloutit des dizaines de milliers de tyranides dans une explosion qui fit trembler les fondations d'Asgrad Alpha.

Asgrad Alpha, surpeuplée et faisant face à de terribles problèmes de ravitaillement en denrées alimentaires et en munitions tenait cependant fermement face à l'envahisseur. Les tyranides payaient chèrement chaque assaut aveugle et frontal sur des défenses parfaitement organisées. Il fut décidé que tout citoyen non-combattant (ce qui couvrait tous les hommes de moins de 14 ans et de plus de 50 ans, ainsi que toutes les femmes) ne serait plus nourri pour assurer la subsistance du personnel militaire.

La Commanderie de Sainte Mère des Souffrances avait été absorbée par la Flotte Ruche. Les quelques Sœurs survivantes purent rejoindre le Dôme où elles contribuèrent à la défense de la cité.

Dans les cieux, ils étaient difficiles de percevoir ce qu'il advenait des flottes qui s'affrontaient. L'absence de communication avec l'extérieur nous privait de toute information et les supputations allaient bon train, aussi bien parmi les civils que dans les rangs de la Garde Impériale. Signe positif, les bombardements de spores mycétiques avaient cessés depuis quelques semaines, évitant que les tyranides soient constamment renforcés comme ils l'avaient été dans les premiers jours.

Le sort des tribus primitives importait peu à qui que ce soit, et il était vraisemblable qu'elles aient été décimées, dépourvues qu'elles étaient de tout armement impérial ou de fortifications derrières lesquelles se retrancher.

Devant l'affaiblissement des assauts des tyranides contre la cité administrative d'Ameton Epsilon Secundus, le Maréchal Kemps décida que l'heure était venue de contre-attaquer et décréta un ensemble de directives dans ce sens.

Ces directives prévoyaient la création d'un corps d'armée d'élite, composé des meilleurs éléments des différentes formations blindées, qui serait le fer de lance des opérations à venir. Ce corps d'armée, intégralement motorisé et soutenu très largement en artillerie, concentrerait la quasi-totalité des ressources offensives de la Garde Impériale d'Ameton Epsilon Secundus.

Un autre corps d'armée rassemblerait l'ensemble des cadets et des Boucliers Blancs en une formation distincte, encadrées très largement par des Commissaires dont l'objectif serait le maintien de la discipline et la cohésion de cette formation.

Enfin, l'ensemble des autres formations fut réuni dans un troisième corps d'armée, qui ferait office de réserve capable d'exploiter les succès du premier corps d'armée.

Opération Heartbreaker

Durant les semaines passées, les affrontements contre les tyranides avaient apportés de précieux enseignements au Maréchal Kemps, dont les conclusions tenaient en plusieurs points :

•  les offensives des tyranides ne sont pas raisonnées. Ils se contentent de déferler sur les centres de population en de multiples vagues d'assaut qui, si elles échouent, se réduisent pour se concentrer en des endroits plus faibles. De plus, ils ne concentrent jamais leurs éléments les plus puissants en un endroit, mais les répartissent sur l'ensemble de leur axe d'attaque, ce qui uniformise mais affaiblit leur impact.

•  Si la capacité offensive des créatures est impressionnante, elles ne peuvent pour leur immense majorité rivaliser avec les blindés de la Garde Impériale. La concentration de ces blindés pose réellement un problème aux tyranides, dans la mesure où la plupart d'entre eux sont incapables de nuire à un char.

•  Il semble exister une hiérarchie au sein de la Flotte-Ruche, les créatures les plus petites suivant les injonctions télépathiques des plus importantes, qui sont en quelque sorte le cœur des forces d'invasion. S'il est impossible de contenir l'ensemble de l'armée ennemi, il est concevable de frapper uniquement les créatures les plus importantes, pour désorganiser l'ennemi.

A la lumière de ces enseignements, l'opération Heartbreaker vit le jour. Le plan était d'engager avec le Deuxième Corps (celui des Boucliers Blancs) les tyranides sur un front très large (sur plusieurs centaines de kilomètres) tandis que le Premier Corps blindé s'enfoncerait sur un point névralgique, en direction des créatures les plus imposantes, les Dominatrix et les Bio-Titans. Onze d'entre elles avaient été recensées. La mobilité et la puissance du Premier Corps devraient permettre de frapper plusieurs de ces objectifs en quelques jours. Néanmoins, les besoins de ravitaillement en carburant et en munitions obligeraient le Premier Corps à échelonner ses offensives, se retirant derrière les lignes régulièrement pour s'approvisionner.

Le rôle du Troisième Corps était d'exploiter les premières percées des blindés pour détourner l'attention de la Flotte Ruche. Le moment venu, ce corps d'Armée se retirerait en bon ordre en vue de la prochaine offensive motorisée.

Il fut estimé que le Second Corps d'armée serait capable de tenir le front pendant six semaines, avant son écroulement. Durant ce laps de temps, le premier corps devait être à même de mener une dizaine de frappes sur les objectifs déterminés. Les délais impartis étaient stricts, et la moindre faiblesse d'une des trois composantes de l'opération entraînerait son échec, avec des conséquences funestes pour Ameton Epsilon Secundus.

L'opération fut baptisée Heartbreaker.

Déroulement de l'opération
« Aucun plan ne résiste au contact avec l'ennemi »
Vieux dicton enseigné dans les académies militaires impériales

Les premiers jours de l'opération se déroulèrent en accord avec les schémas établis par le Maréchal Kemps. La stratégie de frappe ciblée fit des merveilles et en l'espace d'une vingtaine de jours, il devint rapidement évident que la destruction des centres névralgiques de la Flotte Ruche la paralysait, semant un trouble qui facilitaient d'autant les interventions ultérieures.

Néanmoins, le 23ème jour, le IVème régiment d'assaut blindé du Premier Corps repéra sur ses radars un signal beaucoup plus important que tous ceux perçus jusqu'alors, situé à 100 km au sud-ouest de la Dépression Aride. L'analyse des données indiqua qu'il s'agissait là d'une créature tyranide aux proportions inégalées dans toute la Flotte Ruche, rivalisant de taille avec les Titans Imperator. De toute évidence cette créature se dirigeait vers le Dôme Administratif.

Alerté, le Maréchal Kemps décida de maintenir et de poursuivre l'opération Heartbreaker, dont les objectifs actuels étaient suffisamment éloignés de cette créature pour qu'elle n'entrave pas la conduite des opérations. Pourtant, il ne pût s'empêcher de constater que parmi ses ressources disponibles, aucune n'était en mesure de rivaliser avec ce monstre cyclopéen, que l'on connaîtrait plus tard sous le nom de Reine Norne, le cœur et le cerveau de l'invasion tyranide.

Malgré des pertes extrêmement lourde, aussi bien dans le Premier que dans le Deuxième Corps, l'opération en vint à en éliminer 75% de ses cibles. Malheureusement, après cela, les effectifs du Premier Corps n'étaient plus en mesure de poursuivre sur leur lancée, et l'avancée de la Reine Norne obligea la retraite de l'armée en vue d'une défense acharnée de la Cité Gouvernementale.

Néanmoins, l'opération Heartbreaker avait eu un impact certain, aisément mesurable par le fait que dorénavant, la Flotte-Ruche avançait bien plus lentement, privée qu'elle était de certains de ses centres névralgiques.

Contact Rétabli

Alors que l'Opération Heartbreaker touchait à sa fin, les communications avec la Flotte Impériale qui affrontait les vaisseaux tyranides furent rétablies. Le rétablissement de ces communications tenait à la convergence de deux facteurs : la victoire sur la Flotte Ruche, qui l'amena à battre en retraite vers Circé, en bordure du système de Macragge, et la destruction de plusieurs des vecteurs psychiques tyranide par l'opération Heartbreaker.

Bien entendu, le Maréchal Kemps, dans son rapport des activités sur Ameton Epsilon IV demanda l'envoi rapide de renforts, avançant le fait que les forces impériales ne pouvaient se permettre de perdre ce monde à l'arrière de leur ligne.

Les Autorités Impériales nous annoncèrent l'envoi immédiat de deux croiseurs de bataille de classe Lunar capables de procéder à des bombardements orbitaux, ainsi que des renforts terrestres.

Ces renforts devaient nous atteindre dans un délai de cinq jours.

Des nouvelles nous parvinrent également d'Ameton Epsilon Prime. Asgrad Beta résistait elle aussi aux tyranides, mais l'ensemble des Marches d'Acier était tombé aux mains des envahisseurs. Les messages qui nous arrivaient étaient alarmistes, la résistance allait faiblir, par manque de ressources humaines et industrielles, les munitions commençant à faire gravement défaut.

Durant ces cinq journées, les tyranides continuèrent leurs attaques avec encore plus de vigueur, poussés en ce sens par la présence de leur reine. Leurs effectifs déclinaient et cela se ressentait dans le temps qui séparait chaque assaut. Etrangement, la Reine Norne cessa sa progression vers nous, pour se diriger vers le Mont Antigonos, comme si elle avait conscience que tout était dorénavant perdu.

Renforts

A l'aube du sixième jour, les croiseurs arrivèrent en orbite d'Ameton Epsilon et déclenchèrent le barrage orbital. Un déluge de feu et de flammes s'abattit sur la horde tyranide, bombardement qui ne cesserait qu'au terme de trois jours. La liesse gagna la population du Dôme tandis que les créatures qui avaient failli causer notre perte étaient à leur tour dévorées par le feu vengeur de l'Empereur.

Tous les tyranides refluèrent vers le Mont Antigonos, comme pour protéger leur Reine. A notre surprise, le bombardement ne se concentra pas sur la montagne.

L'explication nous fut donnée quand débarqua la 8ème Compagnie des Ultramarines, détachée pour nous venir en aide, et commandée par le Frère-Capitaine Demetrius.

Il disposait d'ordres de mission émanant directement de son excellence l'Inquisiteur Kryptman, et avait pour ordre de tuer la Reine Norne en maintenant l'intégrité de son enveloppe charnelle en vue d'étude par l'Ordo Xenos. Par voie de conséquence, tout bombardement orbital du site dans lequel elle s'était réfugiée était exclu.

Demetrius allait prendre en main l'opération visant à tuer ce monstre. Son plan était simple : frapper directement la reine par le biais d'un détachement aéroporté, composé de Space Marines et de vétérans équipés pour l'occasion puisqu'il était suicidaire d'affronter la masse de créatures inférieures.

Tandis que cette unité attaquerait l'objectif prioritaire, un autre détachement, plus conséquent, engagerait les tyranides en gravissant le Mont Antigonos.

Après un recensement des effectifs, il apparut qu'il nous était possible d'acheminer mille trois cents de nos vétérans, qui viendraient renforcer la centaine de Space Marines du Frère-Capitaine Demetrius.

Le dernier combat

Cette dernière mission, qui allait sceller le sort de l'invasion tyranide sur Ameton Epsilon, fut effectuée neuf jours après l'arrivée des Space Marines.

Les Space Marines et les gardes impériaux furent déposés sur place par une flottille de Valkyries et de Thunderhawks et menés au combat par Demetrius lui-même.

Peu d'informations sont disponibles quant à la nature des combats qui opposèrent nos troupes à la Reine Norne, le rapport du Capitaine Demetrius ayant été classifié Omega.

Néanmoins, il apparaît que le combat tourna rapidement en faveur de nos troupes qui, à l'aide de bombes à fusion, blessèrent grièvement la créature. Des ondes psychiques balayaient les gardes impériaux, moins résistants mentalement que les Space Marines. Les armes biologiques de la monstruosité prélevaient un lourd tribut parmi ses adversaires. L'Archiviste Varus périt dans les premières minutes, terrassé par le pouvoir de la reine.

Au moment où celle-ci ployait sous les blessures, elle émit un hurlement terrible qui ébranla la montagne jusque dans ses racines. Sa tête explosa, libérant toute l'énergie qu'elle contenait. La montagne elle-même se fissura et tout le sommet s'écroula, laissant le Mont Antigonos défiguré.

Le corps de la Reine Norne avait été englouti par la montagne elle-même, ainsi que des milliers de gardes impériaux. Grâce à leurs réacteurs dorsaux, la majorité des Space Marines avaient pu éviter le pire.

A présent, vaincu, le cœur de la Flotte Ruche gisait sous des milliers de tonnes de pierres, laissant les tyranides sans maître et incapables de combattre.

La guerre était finie, et nous avions gagné…

 
CHAPITRE III : Les Forces de Défense d'Ameton Epsilon IV

Comme la première bataille d'Ameton Epsilon l'a montré, la capacité de résistance de ce monde dépend grandement de sa capacité à dépendre d'un seul et même commandement, une entité capable de coordonner les offensives des diverses composantes des forces disponibles. Devenu gouverneur, Kemps a, malgré l'opposition farouche de ses détracteurs, imposé cette réalité sous la forme d'un Commandement Suprême des Opérations de Défense (CSOD). Ce quartier général, maintenu en activité durant les périodes de paix, ne voit son autorité activée que lorsqu'un conflit menace directement Ameton Epsilon, et sur ordre du Gouverneur uniquement. Une fois actif, il a autorité sur la Garde Impériale, l'Adepta Sororitas et les Milices Territoriales. Il reste soumis à l'autorité des Ordo de l'Inquisition et de l'Adeptus Astartes si ceux-ci venaient à intervenir dans le conflit.

A l'heure actuelle, c'est Wilmer von Epsilon qui est à la tête de cet organisme. Descendant d'une longue lignée aristocratique d'Ameton Epsilon, il est parvenu à ce poste après une carrière exemplaire dans la Garde Impériale, où il a fini comme Maréchal-général, avant d'être choisi par Adrianus Quintex pour assurer cette fonction.

La Garde Impériale

La Garde Impériale fournit l'écrasante majorité du personnel combattant chargé d'assurer la garnison d'Ameton Epsilon IV, comme sur l'ensemble des mondes impériaux. Le haut commandement de ces forces est basé dans le Dôme administratif d'Ameton Epsilon Secundus, dont les ordres sont relayés par des quartiers généraux disséminés autour de toutes les installations importantes, notamment celles d'Ameton Epsilon Prime. L'ensemble de ces forces est réuni en deux armées, elles-mêmes divisées en trois corps d'armée. La première armée réunit toutes les forces statiques de garnison, qui casernent les Marches d'Acier et la Muraille du Dôme. La Seconde Armée, est une force mobile, destinée à assurer la défense en profondeur, capable de mener à bien des opérations offensives et mobiles.

Première Armée

Commandant : Capitaine Général Otto Kalistan

Effectifs : 220.000 soldats, 50.000 officiers et membres d'état-major.

Composition :

- Quartier général
- Unité de Contrôle et de Discipline
- 1ère Brigade Blindée, sous le commandement direct du QG
- Trois Corps d'Armée, avec pour chacun : six Divisions, composée chacune de trois Régiments d'Infanterie et d'un Régiment d'Artillerie autopropulsée. Une division par corps est motorisée.

Affectation : Marches d'Acier (Ier et IIème Corps), Murailles du Dôme (IIIème corps).

Comme indiqué ci-dessus, la Première Armée est une formation statique, vouée à la défense de position préparée. Elle dispose d'une composante motorisée destinée à améliorer sa flexibilité devant une opposition en permettant une défense élastique. Outre ses propres affectations d'armes lourdes et de soutien, elles disposent de l'ensemble des dispositifs d'artillerie fixe qui équipent les forts des Marches d'Acier ainsi que la Muraille du Dôme; mais aussi d'une brigade blindée composée principalement de tanks de modèle Leman Russ, pouvant venir soutenir l'infanterie dans des zones menacées.

Contrairement à ce qui est la norme dans nombre de formations de la Garde Impériale, les blindés ne sont pas destiné à être disséminés dans les unités en support aux formations d'infanterie, mais rassemblés en formations autonomes capables de concentrer une puissance de feu à laquelle peu d'adversaires sauraient résister.

Cette armée est aussi le centre de formation par laquelle passent tous les cadets affectés à Ameton Epsilon. Ses cadres instructeurs sont rôdés et savent maintenir une discipline de fer dans les rangs.

Deuxième Armée

Commandant : Capitaine Général Luke Hergeï

Effectifs : 140.000 soldats, 30.000 officiers et membres d'état-major.

Composition :

- Quartier général
- Unité de Contrôle et de Discipline
- Un Corps d'Armée Blindés composé de deux Divisions (avec pour chacune deux Régiments Blindés et un Régiment d'Infanterie Motorisée) ainsi que d'une Division d'Artillerie autopropulsée (composée de deux Régiments d'Artillerie et d'un Régiment d'Infanterie Motorisée).
- Deux Corps d'Armée Motorisés, avec pour chacun : trois Divisions, composée chacune de deux Régiments d'Infanterie Motorisée et d'un Régiment Blindé.

Affectation :

Ier Corps Blindé : en casernement dans le Dôme administratif
Ier Corps Motorisé : Cité-Ruche Asgrad Alpha
IIème Corps Motorisé : Cité-Ruche Asgrad Bêta

La Deuxième Armée n'est composé que de gardes impériaux ayant à leur actif au minimum 8 ans de service dans une formation statique. Avant leur intégration dans l'armée blindée, ils subissent une batterie de tests et de formations qui assurent la qualité des effectifs en terme d'expérience et d'entraînement. Cette armée est l'outil offensif du haut commandement. C'est aussi elle qui est dépêchée lorsque les instances supérieures réquisitionnent des formations pour des opérations dans d'autres systèmes, comme durant les croisades impériales. Elle fut envoyée sur Armaggeddon à la fin de la Troisième Guerre dans le cadre des opérations de nettoyage des dernières poches de résistance orkoïde.

La puissance de cette armée tient à sa très grande mobilité, car elle est capable de parcourir plus de deux cents kilomètres par jour. Revers de la médaille, cette formation dépend grandement d'un approvisionnement important en carburant et en munitions, et nécessite pour opérer indépendamment d'une grande quantité d'officiers d'encadrement et d'intendance.

Adepta Sororita

Les Sœurs de Bataille d'Ameton Epsilon appartiennent à l'Ordre Militant de Notre Mère des Souffrances, un ordre mineur fondé il y a 12 siècles par Sœur Emaëlle à la suite de son martyre durant la rébellion d'Oliende III. Elle fut canonisée et un Ordre fondé en sa mémoire.

Notre Mère des Souffrances est une émanation de Notre Dame des Martyres, dont elle continue de partager le credo et les préceptes. Cet Ordre ne dispose que de cinq commanderies, dont la plus importante est celle d'Ameton Epsilon.

Reconstruite au sein du Dôme après la première bataille, la commanderie est aujourd'hui dirigée par la Chanoinesse Sœur Angelle, vénérable doyenne du couvent. Elle est occupée par neuf cents Sœurs de Bataille, ainsi qu'environ mille huit cent suivants et personnels d'intendance.

Situé sur la route de pèlerinage qui mène à Macragge, le lieu est souvent une étape pour les Sœurs d'autres Ordres, qu'ils soient ou non militants. Mis à part ces visites ponctuelles, la commanderie reste recluse sur elle-même et ce n'est qu'une fois dans l'année que sœur Angelle vient assister au conseil planétaire aux côtés du gouverneur.

Cette autarcie ne saurait masquer la réalité. Notre Mère des Souffrances n'a pas oublié la destruction de son premier refuge par les tyranides et ses effectifs armés dépassent aujourd'hui ce qu'ils furent jadis. Jamais l'entraînement militaire n'a été aussi dur, l'armement aussi perfectionné et la volonté de se venger aussi forte.

Chaque année, une grande procession conduit les Sœurs à se recueillir sur l'endroit où fut jadis bâtie leur commanderie et où aujourd'hui se dresse une stèle sanctifiée à la mémoire de leurs paires tombées au combat.

A chaque fois le rituel est le même, chaque sœur s'agenouillant devant la stèle et jurant que rien ni personne ne viendra profaner ce lieu devenu sacré pour elles.

Et chaque année, elles ne peuvent s'empêcher de laisser couler des larmes de rage en songeant à l'Horreur qui s'est abattue sur ce lieu.

Comme si elles attendaient le jour où le Grand Dévoreur reviendra…

Les Milices Territoriales

A la suite de la première bataille d'Ameton Epsilon, le Gouverneur Kemps mit en place un programme de conscription perpétuelle qui obligeait chaque famille d'Ameton Epsilon a enrôler à l'âge de 12 ans son aîné(e) dans les Milices Territoriales pour une durée de 10 ans. L'objectif de ces milices est double :

- Servir à renforcer les effectifs de la Garde Impériale et lui fournir du personnel de support et de la main d'œuvre.

- Donner une formation militaire avancée à une partie non négligeable de la population, qui pourrait se voir armée en cas de danger.

Cette réforme a rencontré une grande hostilité auprès des instances gravitant autour du gouvernement, et non des moindres dans les rangs de la Garde Impériale, qui voyait d'un mauvais œil autant de civils armés. D'autres y trouvaient un danger à l'ordre public dans le cas où une rébellion venait à éclater. Pour pallier à cela, le Gouverneur Kemps créa la Cellule d'Endoctrinement et de Veille, un organisme fondé avec le soutien de l'Ecclesiarchie, composé de prêcheurs dépêchés par le Ministorum, et chargé d'encadrer les recrues et de les guider dans les sentiers du dévouement, de l'obéissance et de la résignation. Chaque matin et chaque soir, les sections de recrues sont tenues d'assister à des messes où leur est administré l'Eau de Pureté, un onguent qui sape leur volonté et annihile tout esprit de revendication. De plus, aucun contact n'est autorisé entre les Conscrits et l'extérieur. D'ailleurs, la majorité d'entre eux servent dans les forts des Marches d'Acier, loin de la population civile.

Ces milices territoriales totalisent à l'heure actuelle un peu moins de 80 millions de conscrits, chiffre qui est gardé stable par les effets du contrôle gouvernemental de la natalité et de la propagande impériale. On estime qu'en cas de guerre près de quatre cent cinquante millions de citoyens pourrait être rappelés dans les milices pour défendre leur planète.

Les Défenses fixes

Dans la période de reconstruction ayant suivi la première bataille d'Ameton Epsilon l'ensemble des fortifications de la planète a été repensé et réaménagé. Les systèmes de défense fixes se concentrent en deux points : d'une part la Muraille du Dôme, qui protège les complexes de la Cité Administrative, d'autre part les Marches d'Acier, ceinture de forts et de casernes ceignant les installations minières essentielles à la planète.

La Muraille du Dôme

Ayant subi d'importants dommages lors des assauts tyranides en 745.M41, une grande partie de cet édifice dut être reconstruit, en l'améliorant. Ayant servi pour la première fois, cette construction révéla nombre de faiblesses qui purent être corrigées. La première modification fut d'augmenter sa hauteur, la faisant passer de huit à quatorze mètres avec toute la partie supérieure proéminente afin de rendre toute tentative d'escalade impossible. L'épaisseur de six mètres a été conservée. La plate-forme supérieure de la muraille, qui assure la jonction avec le dôme de plastacier, est occupée par des canons orbitaux situés tous les cent vingt mètres. La muraille elle-même est traversée par un ensemble de couloirs et de postes de tirs occupés par diverses pièces d'artillerie, antichars et antipersonnelles, destinées à contrer tout assaillant terrestre.

Enfin, pour compléter ce dispositif, une zone de deux kilomètres autour de la cité a été minée, mines qui ne peuvent être actionnée qu'à distance à partir de la muraille.

Les Marches d'Acier

Les Marches d'Acier est le nom donné à l'important anneau de fortifications ceinturant les installations minières d'Ameton Epsilon Prime. A l'instar de la Muraille du Dôme, ces installations ont été en partie détruites par les tyranides, et les instances gouvernementales ont profité de leur reconstruction pour les améliorer considérablement.

Cette ligne de fortifications est double, avec deux cercles concentriques composés chacun d'une ligne de forts. Chaque fortification est séparée de la suivante par trois mille mètres de mines, barbelés et autres ouvrages défensifs. Seuls des routes balisées relient les différents forts.

Les deux cercles de forts sont séparés de cinq kilomètres, avec des ouvrages en quinconce.

Chaque fort est une entité autonome, occupée par huit cent soldats, parmi lesquels une majorité de conscrits des Milices Territoriales. Il dispose de sa propre armurerie et de réserves permettant de subsister quarante-cinq jours sans approvisionnement. Outre son personnel, chaque fort dispose de pièces d'artillerie pour assurer sa défense ainsi que d'un système d'autodestruction activable par le lieutenant en poste et générant une déflagration de deux kilomètres de diamètre.

La séparation entre les forts permet une défense plus souple et assure une progression plus lente de l'ennemi, qui se voit contraint d'assiéger et de détruire chaque fort, de peur de laisser des ennemis derrière ses lignes. La disposition des forts est en outre conçue pour permettre de prendre les ennemis sous le tir croisé des pièces d'artillerie des différentes positions.

CHAPITRE IV : Les Nomades

Origines

C'est par le terme de « Nomades » qu'on désigne les indigènes d'Ameton Epsilon IV, depuis l'époque lointaine de la colonisation de la planète jusqu'à nos jours. Aucun archéotechnologue n'a été en mesure de dater précisément l'apparition de l'espèce humaine sur cette planète, mais il semble probable qu'elle soit postérieure à son apparition sur Terra.

Les colons découvrirent rapidement que le niveau technologique des autochtones était archaïque, ceux-ci ne disposant d'aucun moyen de transports mécaniques, n'avaient pas découvert la poudre noire et leur société reposait sur une tradition orale. Pourtant, malgré tous les efforts des missionnaires de l'Ecclesiarchie, ces indigènes résistèrent farouchement à toute tentative de conversion impériale. Bientôt, le conflit ne tarda pas à éclater entre colons et nomades. Surclassés militairement, ces derniers se retirèrent vers l'ouest, dans les Plaines. Trop occupés à implanter une colonie viable, les émissaires de l'Imperium décidèrent de se préoccuper à un moment plus propice de ce problème.

Quelques décennies plus tard, après que la colonie se soit implantée, exploitant les ressources minières de la planète, les autorités décidèrent de soumettre la population originelle. Il était trop tard. De sédentaires, les indigènes étaient devenus nomades, s'acclimatant aux conditions hostiles des Plaines, adaptant leur mode de vie à leur environnement. Absolument insaisissables, ils échappaient à toutes tentatives visant à les affronter et à les vaincre en bataille rangée. En quelques années, il devint évident que les effectifs militaires de la planète ne suffiraient jamais à les soumettre par la force.

Pourtant, au long des siècles, les gouverneurs, excédés par les raids que menaient les nomades sur les convois et les patrouilles impériales, déclenchaient régulièrement des opérations d'envergure en représailles. Ce n'est qu'en 432.M40, après le massacre de trois compagnies de Gardes Impériaux dans la passe de Theng, qu'il fut décidé de s'en tenir à une posture défensive, en se contentant de protéger les biens impériaux sans chercher à pacifier les nomades. Toute volonté de conversion des indigènes s'éteignait avec cette résolution.

Société

Les nomades, avant la colonisation impériale, se regroupaient au centre d'Ameton Epsilon Prime, exploitant les rares zones cultivables où ont surgi aujourd'hui les exploitations minières impériales. Chassés de leur habitat, les indigènes durent s'adapter aux rudes conditions des Plaines, immensités arides qui s'étendent par delà les Collines Noires. Le cycle des tempêtes qui balaie les Plaines annuellement du nord au sud les a amenés à adopter une vie de nomade, voyageant là ou le climat est propice, calquant leur mouvement sur celui des troupeaux d'aurochs. L'auroch est un bovin de près de deux mètres de haut, l'un des rares mammifères à pouvoir survivre dans les Plaines, se nourrissant des herbes qui y poussent.

Cet animal fournit tout ce qui est nécessaire aux Nomades pour survivre : sa chair, son cuir épais et ses cornes très résistantes fournissent de quoi se nourrir, s'habiller et s'armer. Sensible à l'approche des tempêtes, ses migrations l'amènent du nord au sud et du sud au nord, mouvements que suivent les tribus.

La société nomade est structurée par un système clanique et patriarcal. Les Anciens, comme on les appelle, dirigent les tribus qui rassemblent entre deux cents et trois mille individus. Annuellement, les Anciens des principales tribus se rassemblent dans les Monts Basaltes pour asseoir la paix entre les clans.

Leur religion est fondée sur le vent et les tempêtes qui balaient les Plaines, qu'ils ont déifiés comme le font de nombreuses cultures païennes. C'est cette vénération et ses croyances qui ont été l'une des principales barrières à leur conversion au credo impérial. Leur foi, profondément enracinée et indissociable de leur culture, fit obstacle aux prêches des missionnaires et des envoyés impériaux.

Si jadis le niveau de technologie était bien inférieur à celui des impériaux, il a considérablement progressé depuis, au gré des raids et du pillage des convois et installations gouvernementales. Les nomades ont pu au fil des siècles s'accaparer nombre de véhicules impériaux, et ont obligé leurs prisonniers à partager leur savoir sur la maîtrise, l'entretien et l'utilisation de ces merveilles mécaniques. Ainsi, les tribus sont aujourd'hui motorisées, et les guerriers sont armés de fusils comme la Garde Impériale. Pourtant, ne disposant d'aucune ressources, les nomades sont condamnés à piller en permanence les impériaux pour se fournir en carburant et en munitions.

Le ver dans le fruit

Après la première bataille d'Ameton Epsilon, il restait encore de nombreux tyranides à différents endroits de la planète. Des campagnes d'épurations furent mises en place au niveau planétaire, mais ces dernières ne s'étendaient pas aux territoires des nomades, qui durent mener leurs chasses eux aussi.

Malheureusement, le mal était fait. Le contact avec les tyranides avait amené nombre de nomades à être contaminés par les genestealers, qui semèrent en eux les germes de la corruption de la Ruche. Durant des décennies, au sein même de la société des nomades, dans le plus grand secret, se développèrent des cellules du Culte Genestealer, composées de consanguins, qui au fil des années devinrent hybrides, entièrement dévoués sans le savoir à la cause du Grand Dévoreur.

Bientôt, un Patriarche et des Magus émergèrent, prêts à suivre le moment venu les injonctions psychiques des tyranides. Le Patriarche vit terré dans une grotte des Monts Basaltes, et son lieutenant, le Magus Skongärd va de tribu en tribu pour y recruter de nouveaux membres. Et chaque année, le Culte gagne en importance.

Ce culte, né secrètement dans les tribus, fait l'objet de nombres de légendes parmi les nomades, qui parlent de Culte Noir, de sorcellerie et autres superstitions bien lointaine de la terrible réalité…

Les Hybrides

« Tous les genestealers sont des psykers. Ils partagent une forme limitée de télépathie qui permet aux différents membres d'une fratrie de communiquer. Ils utilisent aussi ce pouvoir pour hypnotiser leurs victimes avant de leur implanter leur descendance, les amenant à la soumission, puis effaçant ces évènements de leur esprit. Ce n'est que lorsque l'enfant tant aimé d'une telle victime voit le jour que la vérité devient apparente – à ce moment la victime est aveuglée, liée à son enfant hybride par les chaînes de l'amour filial, renforcé par les pouvoirs psychique latent de l'Hybride. A partir de cet instant, une fratrie d'Hybrides et de Suivants va grandir, jurant allégeance à son fondateur et son Patriarche. »

DEUXIEME PARTIE - LA SECONDE BATAILLE POUR AMETON EPSILON

PHASE I : Invasion

J : 0

- Secteur Macragge

A la frontière orientale du secteur Macragge, les ordinateurs enregistrent une concentration anormale de débris stellaires. Un champ d'astéroïdes à la dérive entraîne dans son mouvement un conglomérat d'épaves de vaisseaux impériaux et marchands.
Le gouverneur d'Ameton Epsilon décide d'envoyer une patrouille de chasseurs inspecter le phénomène afin d'en savoir plus.

- Ameton Epsilon Prime, 380 km. NE des Marches d'Acier

Un convoi de prospecteurs gouvernementaux, la mission C-23B, escorté par une compagnie de Gardes Impériaux, tombe dans une embuscade au cours de leur recherche de nouveaux gisements miniers.
Alors qu'ils progressent vers le Nord Est, des dizaines de Genestealers fondent sur eux et les taillent en pièces. Il n'y a aucun survivant.
Le seul message qu'ils ont le temps d'envoyer témoigne d'une attaque sans toutefois rien dire delanature de l'agresseur. Le commandement des Marches d'Acier en déduit que les Nomades ont encore mené un raid contre des impériaux, et décide d'envoyer un détachement de Gardes Impériaux en représailles contre la tribu occupant ce secteur.

- Ameton Epsilon Prime, Monts Basaltes

Le Magus Skongärd a rassemblé les tribus nomades sous son autorité. Elles affluent de partout, menées par des seigneurs sous l'emprise psychique de l'hybride et de son maître. Bientôt, plus de 250.000 guerriers attendent de déferler sur les installations impériales. Devant l'assemblée des chefs des tribus, le Magus les exhortent à prendre les armes pour attaquer les installations gouvernementales. La plupart des chefs sont sous l'emprise télépathique de l'hybride, tandis que les autres sont galvanisés par les promesses de ce nouveau culte. Tous acceptent de se joindre à la cause.

« Aujourd'hui est un grand jour, guerriers. Le moment est venu de briser ces chaînes qui vous entravent. Vous avez fermé les yeux sur la condition qui était la vôtre pendant trop longtemps, baissant la tête servilement devant cet envahisseur qui vous a tout pris. Depuis des millénaires vous attendez de pouvoir vous dresser, unis, et chasser ceux la même qui exploitent vos mines, occupent vos terres et vous méprisent.
Prenez les armes et vengez vos pères, vos mères et tous ceux dont la vie a été brisée par la folie de ces colons ! »
Discours du Magus Skongärd à l'assemblée des Seigneurs des Tribus

 

J+1

- Secteur Macragge

Pour une raison inconnue, l'amas d'astéroïdes semble prendre de la vitesse, et son déplacement s'apparente plus maintenant à un mouvement dirigé qu'à une dérive naturelle. Le croiseur Blow of the Mighty est détaché de l'orbite d'Ameton Epsilon et envoyé à la rencontre du phénomène.

- Ameton Epsilon Prime, Monts Basaltes

Les tribus rassemblées se mettent en mouvement. Elles se dirigent toutes vers le Nord des Marches d'Acier, tandis que des émissaires sont envoyés auprès d'autres tribus pour fédérer les récalcitrants.

- Ameton Epsilon Prime, zone de disparition de la mission C-23B

Le détachement impérial, commandé par le Lieutenant Zeller, découvre le site de l'embuscade du jour précédent. La violence de l'attaque semble inouïe, les corps des Gardes Impériaux littéralement déchiquetés faisant paraître peu plausible l'hypothèse d'un raid des tribus locales. Poursuivant leur recherche, dans l'espoir de trouver des survivants, le détachement atteint un village de Nomades qui semble avoir subi le même sort que la mission impériale. Terrée sous le véhicule, une famille a été le témoin impuissant du massacre.
Le lieutenant Zeller décide avec l'accord du commandement de ramener ces survivants au fort pour interrogatoire. Il espère en savoir plus sur ce qui a anéanti la mission et la tribu.

- Ameton Epsilon Prime

Des hybrides rapportent à Skongärd que les Gardes Impériaux ont, comme prévu, ramené dans leur fort les survivants de l'attaque, des consanguins reliés téléphatiquement au Magus. Tout semble se dérouler selon ses plans, les Gardes Impériaux ayant été bernés par la mise en scène.

- Les consanguins

« Les consanguins sont des humains dans lesquels ont été implantés des gènes de genestealers et qui ont tenu le rôle de géniteurs pour des progénitures hybrides. L'esprit et la pensée du consanguin sont complètement investis par la volonté de l'essaim genestealer, il est maintenant un fanatique totalement dévoué à la cause extraterrestre.
Les consanguins vénèrent le patriarche comme un dieu et honorent le Magus comme son prophète suprême. Quand la secte part en guerre, les consanguins donnent leurs vies sans réfléchir pour le bien de la cause, ce qui est largement exploité par le patriarche dans sa quête de domination. »

 

J+2

- Secteur Macragge

La flottille d'intercepteurs parvient à son objectif, le champ d'astéroïdes en mouvement vers Ameton Epsilon. Les capteurs de vaisseaux décèlent bientôt des formes de vie au sein de ce phénomène spatial. Au moment même où la flottille s'apprête à transmettre ses premières constatations à l'état major, une perturbation d'origine inconnue brouille toutes les communications.
La patrouille disparaît corps et biens, absorbée par le champ d'astéroïdes.

- Ameton Epsilon Secundus, Cité Impériale

Le Gouverneur Quintex est mis au fait de l'incident.
Un conseil est tenu, réunissant les plus hautes autorités militaires et civiles de la planète. A l'issu de ce conseil, il est décidé d'envoyer immédiatement un message vers Macragge pour rendre compte de l'incident survenu avec ce phénomène inexpliqué. L'Etat d'Urgence de Classe 1 est décrété, ce qui a pour conséquence de mettre en état d'alerte maximal les croiseurs en orbite autour de la planète.
La réponse de Macragge ne se fait pas attendre. Les Ultramarines avaient déjà repéré le phénomène et dépêchent deux barges de bataille pour supporter les défenses impériales d'Ameton Epsilon.
Aucun autre soutien n'est cependant à attendre avant que l'hypothétique menace ne soit identifié.

 

J+3

- Secteur Macragge

Le champ d'astéroïdes gagne de la vitesse et il apparaît maintenant clairement qu'il se dirige vers Ameton Epsilon. Les calculateurs indiquent qu'il pourrait pénétrer l'atmosphère de la planète sous deux jours, et que son contact avec la surface de la planète entraînerait des conséquences extrêmement graves pour son écosystème. Le rapport destiné au gouverneur mentionne raz-de-marée, tremblements de terres en chaîne et éruptions volcaniques. Les dangers pour les sites d'exploitation minière sont réels.

- Ameton Epsilon Secundus, Cité Impériale

Après avoir reçu les analyses des technogures, le gouverneur Quintex décide, en accord avec les amiraux de la Flotte de Guerre Impériale, de déployer les croiseurs de classe Lunar entre la planète et le champ d'astéroïdes. Si les astéroïdes maintenaient leur trajectoire, les vaisseaux ont pour mission d'utiliser l'ensemble de leur puissance de feu pour disloquer les amas rocheux. Les scientifiques pensent en effet que réduits en masses moins importantes, les astéroïdes se désagrègeraient en rentrant dans l'atmosphère d'Ameton Epsilon.

- Ameton Epsilon Secundus, Cité Impériale

Une communication venue de Macragge annonce l'arrivée imminente des barges de bataille Space Marines. Elles coopéreront avec la Flotte tout en restant sous autorité de l'Astartes.

- Marches d'Acier, Fort Alpha 122

L'interrogatoire des rescapés du camp Nomade débute. Leurs propos incohérents ne sont que de peu d'utilité aux Gardes Impériaux, d'autant plus qu'ils semblent récalcitrants à coopérer. Contrôlés télépathiquement par leur maître, le Magus Skongärd, ils relayent tous les propos échangés dans cette cellule et agissent comme une balise psychique qui lui permet de sonder l'esprit des interlocuteurs de ses esclaves psychiques. Ainsi, il gagne de précieuses connaissances sur les systèmes de défense des Marches d'Acier.
Peu de temps avant l'aube, des genestealers fondent sur le fort. L'essaim, guidé par le Magus, a pu atteindre le fort sans heurt pour déferler telle une vague sur des défenseurs tétanisés. Tandis que sur les murailles les tyranides massacrent les gardes impériaux, les consanguins s'emparent d'armes et se dirigent vers le cœur du fort, afin d'empêcher le lieutenant en faction de déclencher le système d'autodestruction. Si l'autodestruction n'a pu être enclenchée, le fort a cependant envoyé un message d'alerte témoignant de l'attaque dont il a été victime.
En moins d'une demi-heure, plus aucun survivant ne subsiste dans les rangs impériaux. Le fort est aux mains des consanguins et des hybrides qui ont investi les lieux.

- Marches d'Acier, anneau extérieur

En conjonction avec l'attaque sur le fort Alpha 122, quatorze autres postes impériaux voisins subissent des attaques genestealers, sur une zone d'une cinquantaine de kilomètres de long. Certains de ces forts résistent mieux qu'Alpha 122, mais en trois heures, tous sont tombés.
Le commandement des Marches d'Acier est prévenu de l'attaque, ainsi que de son origine extraterrestre.

- Siège du Haut Commandement de la Garde Impériale, Marches d'Acier

Averti des multiples attaques contre les forts des Marches d'Acier, le Capitaine Général Otto Kalistan commence a faire le lien avec cette armée approchant par le nord, dont on lui a appris l'existence durant la journée. Les premiers éléments envoyés à son QG, après analyse, semblent relier les créatures extraterrestres responsable des l'attaque aux tyranides.
L'ensemble des corps d'armée casernés à Ameton Epsilon Prime est mis en état d'alerte. Le Ier Corps Motorisé doit envoyer dès l'aube un détachement afin de reprendre les forts tombés aux mains de l'ennemi.

 

J+4

- Les Marches d'Acier

A l'aube, les Nomades lancent leur attaque. Il apparaît rapidement que leur offensive se concentre au nord des Marches d'Acier, entre les forts Alpha 85 et Alpha 172. Les indigènes ont une technologie largement surclassée par les armements impériaux, et les champs de mines prélèvent un lourd tribut dans leurs rangs. Les conscrits, dont c'est le premier affrontement, montrent leurs limites dans cet affrontement. Beaucoup perdent leur calme et les lieutenants ont du mal à maintenir l'ordre et la discipline nécessaires à une défense efficace.
La férocité des attaques des Nomades, aveugles aux pertes subies entraîne la chute de plusieurs forts avant la tombée de la nuit.

- Ameton Epsilon Secundus, Cité Impériale

Le gouverneur Quintex apprend l'attaque subie par les forces stationnées aux Marches d'Acier. D'après le Capitaine Général Otto Kalistan les pertes sont importantes, mais l'attaque reste contenue. Il présente son plan de contre-attaque qui doit être déclenché le lendemain, après que ses unités motorisées se soient rendues opérationnelles.
Le plan est approuvé dans la soirée.

- Secteur Macragge

L'approche rapide des astéroïdes rend la situation critique. L'arrivée des barges de bataille Space Marines entraîne l'ordre de détruire le champ d'astéroïdes par un bombardement conjoint des vaisseaux de la Flotte de Guerre Impériale et des batteries d'Ameton Epsilon.
A 12H45 la mise à feu est déclenchée. Les turbo-lasers rentrent en action, et les multiples impacts désagrègent les masses rocheuses, pour dévoiler la véritable origine du phénomène. Au cœur des amas de vaisseaux et d'astéroïdes se dévoilent une dizaine de vaisseaux tyranides, qui ne tardent pas à engager par surprise les croiseurs impériaux et les barges Space Marines. L'objectif des créatures tyranides n'est cependant pas la destruction de la flotte de défense mais plutôt la pénétration de l'atmosphère de la planète. Tandis que 4 vaisseaux extraterrestres occupent les croiseurs, les autres se placent à une vitesse fulgurante en orbite autour d'Ameton Epsilon pour déclencher le largage des spores mycétiques.
Avant la fin de la soirée, l'invasion a commencé, comme elle le fit il y a 250 ans. Sur toute la surface de la planète s'abattent les spores mycétiques dont surgissent les prédateurs de cauchemar. Nombre de ces organismes sont détruits par les batteries terrestre avant de s'écraser, mais bien plus encore déversent le flot d'envahisseurs aux quatre coins du globe.

 

J+5

- Cité administrative, Palais du Gouverneur

Durant toute la nuit un conseil est réuni pour faire face à l'invasion commencée quelques heures plus tôt, auquel assiste l'ensemble des autorités civiles et militaires d'Ameton Epsilon. La première décision est l'activation du Commandement Suprême des Opérations de Défense (CSOD) sous l'autorité de Wilmer Von Epsilon.
Au vu des premières données recueillies par les services de renseignements de la Garde Impériale, il apparaît rapidement que cette invasion diffère de celle de la flotte-ruche Behemoth en plusieurs points. Les estimations fournies par la Garde font état d'une force d'invasion moins conséquente que durant la première bataille d'Epsilon, même si le déploiement ennemi est plus concentré dans quelques zone clés, notamment à l'est de la Cité administrative, au nord-est d'Asgrad, et à l'entrée du pont d'Ameton Epsilon Secundus. La faible densité de vaisseaux tyranides en orbite autour de la planète rend difficiles les communications avec l'extérieur, mais ne les empêche pas totalement. Enfin, ce qui ne manque pas de déclencher de multiples interrogations parmi les membres du conseil, l'attaque Nomade sur les Marches d'Acier ne saurait être une coïncidence.
A l'issu du conseil, le gouverneur Adrianus Quintex demande dans les plus brefs délais au Commandeur Von Epsilon un plan d'action en vu de lutter contre l'ennemi extraterrestre.

- Marches d'Acier

A l'aube, la contre-attaque sur les forts tenus par les Nomades est lancée. Les Nomades font preuve d'une résistance farouche, d'autant plus qu'ils ont pu s'approprier l'équipement impérial des armureries des postes occupés. Malgré tout, la puissance des blindés du détachement du IIème corps motorisé fait largement pencher la balance dans le camp impérial.
Les combats vont durer toute la journée, avec à la clé la reconquête de l'ensemble des postes capturés par les Nomades, à l'exception des Forts Alpha 122, 123 et 126, qui seront abandonnés durant la nuit, tandis que l'ensemble de l'armée Nomade entame un mouvement de retraite.

- Ameton Epsilon Prime

Les hordes tyranides se mettent en mouvement. Par l'est d'Asgrad, une vague de plusieurs centaines de milliers de créatures se dirigent vers les Marches d'Acier, suivies des créatures que les radars impériaux identifient comme étant des Dominatrix et de nombreux bio-titans.
Au sud de ce continent, une deuxième masse s'engage sur le pont intercontinental, après avoir détruit les postes de garde qui le défendaient.

- Ameton Epsilon Secundus

La principale zone dans laquelle s'est concentrée le largage des spores mycétiques se trouve au sud-est du dôme impérial. Les forces tyranides dispersées ailleurs semblent toutes converger vers cette concentration. Pour l'instant, les tyranides n'entament pas de mouvement offensif.

- Complexe Asgrad, Ameton Epsilon Prime

Après le recul des Nomades vers une zone située à une centaine de kilomètres des fortifications des Marches d'Acier, se pose la question de savoir s'il est judicieux d'entamer une poursuite des forces en retraite. Certains des officiers étaient de toute évidence pour l'annihilation des assaillants avant qu'ils ne se regroupent, mais l'approche des tyranides fait décider au Général Kallistan de ne pas agir ainsi, pour regrouper ses forces en vue de l'assaut tyranide à l'est.
A cette fin, il entame une réorganisation des effectifs dans les lignes de fortification. Les Marches d'Acier orientales seraient renforcées d'éléments des Ier et IIème Corps d'Infanterie, les conscrits étant redéployés vers la ligne occidentale.

- Marches d'Acier

Durant toute la journée, des opérations de nettoyage se déroulent, destinées à purger les fortifications des dernières poches de résistance Nomades. De nombreux blessés sont récupéré et envoyés pour soins dans les cités-ruches Asgrad. Ces derniers font état de la présence parmi les assaillants nomades de mutants à la peau blafarde et dotés pour certains de membres griffus, ce qui ne laisse plus planer aucun doute sur le lien entre l'attaque nomade et l'invasion tyranide. La nature exacte de ce lien reste encore inconnue, et les données recueillies sont transmises à la Cité Administrative pour étude.

- Pont intercontinental

Tandis que les forces continuent à se regrouper au sud-est, les tyranides envoient un détachement bloquer l'accès au pont intercontinental par le sud, annihilant les unités défendant cette zone.
Une armée tyranide progresse par le nord sur le pont reliant les deux continents d'Ameton Epsilon. Les forces de garnison du pont sont balayées les unes après les autres, bloquées comme elles le sont entre cette armée progressant par le nord, et les forces massées au sud. La jonction qui va s'effectuer entre les deux forces d'invasion apparaît rapidement comme inéluctable.

- Palais Gouvernemental

Un message parvenu de Macragge, relayé par les barges de bataille space marines en orbite, annonce l'envoi par les Ultramarines d'une force d'intervention composée de trois compagnies.
Le commandeur Von Epsilon présente alors son plan de campagne, qui détermine la hiérarchisation des priorités dans les opérations à mener contre les tyranides. Dans l'ordre décroissant de priorité :

•  Reconquérir le pont intercontinental, sans qui tout mouvement entre Ameton Epsilon Prime et Secundus est impossible. Par la même, sécuriser un couloir entre Asgrad, le pont et le Dôme.

•  Eviter un siège du Dôme, afin de profiter de la manoeuvrabilité des unités de la garde impériale pour imposer une guerre de mouvements composées d'offensives ponctuelles et d'un ample mouvement de contournement.

•  Défendre les Marches d'Acier de manière statique, profitant de l'avantage de l'important réseau de défense en place. Limiter les pertes en usant si nécessaire des procédures d'autodestruction des fortifications.

•  Une fois la situation défensive maîtrisée, déclencher comme par le passé l'opération Heartbreaker, conjointement avec les Space Marines .

Nombres de généraux auraient préféré une guerre de position en tenant un siège du Dôme, dont les fortifications avaient été considérablement renforcées après la première bataille d'Ameton Epsilon. A cela, Von Epsilon avança qu'un tel siège serait non seulement très coûteux en terme de matériel et de vies humaines, mais paralyserait la Cité Administrative, empêchant toute manœuvre offensive tant que le siège ne serait pas levé. L'objectif de von Epsilon était de mettre rapidement un terme au conflit, en mettant à profit l'expérience acquise durant la première bataille.
Après en avoir débattu longuement, Adrianus Quintex donne son aval pour ce plan.

 

J+7

- Asgrad Beta, Ameton Epsilon Prime

Les blessés soignés par les médics impériaux continuent de témoigner des horreurs auxquelles ils ont assisté durant les combats contre les Nomades. Sans que personne ne s'en doute, dans les rangs de ces prisonniers se sont dissimulés plusieurs consanguins, ayant usurpé l'uniforme et l'identité de gardes tombés durant les affrontements. Ces consanguins servent d'espions pour le Magus Skongärd avec lequel ils sont reliés psychiquement, et leur mission d'infiltration pourrait apporter de précieux renseignements au leader des Nomades et à son maître.

- Fort Alpha 356

Cette journée, le fort Alpha 356 va rencontrer des créatures d'un type inconnu, qui n'existait pas encore du temps de la flotte ruche Behemoth. Ces tyranides, connus sous le nom de Rôdeurs, accompagnent les genestealers dans l'avant-garde de l'assaut. Le Fort Alpha 356 subira durant cette journée cet assaut de plein fouet. Ce qui attirera l'attention dans ce combat tient dans la conduite héroïque du Sergent Speitz qui parviendra à tuer au corps à corps l'un de ces extraterrestres. Comme finira par le dire le Sergent au sujet de ce nouveau spécimen : « C'est gros, ça pue, mais comme les autres, ça saigne… ».

- Palais Gouvernemental, Cité Administrative

Le Commandeur Von Epsilon rassemble les forces en vue de la guerre de mouvement qu'il compte déclencher dans les jours à venir. Les offensives se feront à l'échelle divisionnaire, chacune d'entre elles se devant de remplir un objectif précis. Dans un premier temps la 1ere Division du Ier corps blindé devra progresser rapidement vers le Nord afin de permettre l'accès au pont intercontinental. Pour faciliter cette opération, la 2ème Division engagera les tyranides à 100 kilomètres au sud du pont, empêchant par la même les renforts de parvenir par le sud.
Simultanément, le même type d'opération devra être lancé depuis Ameton Epsilon Prime, avec comme fer de lance le IIème Corps Motorisé. Les opérations seront déclenchées dans deux jours.

- Ameton Epsilon Secundus

A 14H58, un tremblement de terre se fit sentir sur quasiment toute la surface du continent. La magnitude de ce séisme n'engendra pas de dommages dans la Cité Administrative, mais les archives impériales ne font pas état d'un tel phénomène sismique depuis 843 ans. Les instruments de mesure semblent indiquer que l'épicentre se situe dans la région du Mont Antigonos.

 

J+8

- Marches d'Acier Orientale

Les tyranides attaquent massivement les fortifications impériales, en vagues d'assaut comme elles l'ont fait par le passé. Les combats sont acharnés, mais les nouvelles mesures de défenses prises après la première bataille d'Ameton Epsilon prouvent leur efficacité. En plusieurs endroits, les assauts sont précédés par de véritables « nuages » de spores mines. Les Gardes Impériaux, peu au fait des spécificités de ces organismes, déclenchent un tir nourri, ce qui entraîne l'explosion de ces spores et de terribles dommages dans leurs rangs. Les principaux spécimens qui suivent ces armes sont issus des créatures les plus mineures, les Dominatrix et les Bio-Titans n'ayant pas encore atteint la ligne de fortifications.
A la fin de la journée, aucun poste n'est encore tombé aux mains des tyranides.

- Monts Basalte, Ameton Epsilon Prime

S'étant retiré dans sa base arrière, le Magus Skongärd tombe de plus en plus sous l'influence de la Flotte-Ruche. Son lien avec la matrice psychique tyranide se raffermit, sans qu'il ait réellement conscience de l'absorption dont il devient la victime.
Pendant ce temps, l'armée Nomade s'est regroupée, attendant les injonctions de son leader qui tarde à se présenter aux chefs des tribus.

- Palais Gouvernemental, Cité Administrative

Malgré toutes les oppositions des instances gouvernementales et du Commandeur Von Epsilon, la Chanoinesse Preceptor Sœur Angelle annonce son intention de mener ses Sœurs de Bataille à l'endroit où se dressait leur ancien préceptoire, pour y défendre la stèle qui commémore la mémoire de celles qui sont tombées par le passé. Pour la Chanoinesse, il est hors de question de laisser à nouveau les tyranides blasphémer ce lieu de culte, et l'Adepta Sororitas défendra ce lieu jusqu'à la mort si nécessaire. A l'issu d'une grande célébration religieuse d'une ferveur proche de l'hystérie, les Sœurs de Bataille se préparent pour leur pèlerinage militaire.

 

J+9

- Ameton Epsilon Prime

Après s'être mis en mouvement, le IIème Corps motorisé engage le combat contre les tyranides en fin d'après-midi. La résistance va s'avérer plus importante que prévue et la vitesse de progression s'en ressent grandement. Les tyranides ont pris position dans les zones rocheuses situées dans la proximité de l'entrée du pont, milieu peu propice au déploiement des colonnes blindées, et sont soutenus par un nombre important de biovores qui bombardent inlassablement les troupes impériales.
Le Ier corps ceinture quant à lui efficacement le périmètre afin d'empêcher aux tyranides de bénéficier de renforts dans cette zone. Ce n'est que durant la nuit que les unités de ce corps engageront le combat avec un détachement venant à leur rencontre.
A la tombée de la nuit, le IIème Corps Motorisé est parvenu à 35 kilomètres du pont, mais s'est enlisé dans une guerre de position qu'il ne souhaitait pas.

- Ameton Epsilon Secundus

Parallèlement aux opérations dans le Nord, le Ier Corps Blindé entame sa progression. Mieux pourvu en blindé lourd et en pièces d'artillerie automotrices, il progresse rapidement vers le pont, ouvrant un couloir jusqu'à l'accès au pont qui sera sécurisé dans les jours à venir. La 2ème Division engage les tyranides durant la mise en place du cordon défensif. Les pertes sont faibles, le mouvement ayant comme pris les tyranides par surprise.

- Cité Administrative

Sous le regard d'une foule recueillie, les Sœurs de Bataille de Notre Dame des Souffrances quittent le Dôme, tel un cortège funèbre. Les critiques à leur encontre se sont tues, tout un chacun ne pouvant que s'émerveiller devant tant de courage, de foi et d'abnégation. Les accompagne une foule hétéroclite menée par des prêcheurs du Culte Impérial, qui tels des pèlerins, ont voulu participer à ce qui est déjà appelé «  La Croisade des Souffrances ». Seul Von Epsilon ne cache pas sa frustration devant un geste qu'il considère inutile et grotesque, un « sacrifice de plus dans une guerre qui n'en sera pas dépourvue ».

 

J+10

- Ameton Epsilon Secundus

La 1 ère Division blindé poursuit sa progression rapide, parvenue à créer une brèche dans les rangs des tyranides. Rapidement, il s'avère qu'il est nécessaire de ralentir l'avancée de ce corps, de peur de le voir entourer par les forces dans lesquelles il pénètre, la 2 ème Division ayant plus de difficultés à sécuriser ses arrières.

- Fort Alpha 356

Le sergent Speitz continue ses exploits. Alors que des Hormagaunts avaient pris pied sur les murs du Fort 356, il décide de mener une contre-attaque à la baïonnette contre les tyranides. Exaltés par la bravoure (ou l'inconscience) de ce vétéran, plusieurs gardes le suivent. S'engage un combat féroce dans lequel le Sergent laissera une oreille, arrachée par les griffes d'une de ces créatures. Au prix de lourdes pertes parmi ses hommes, les tyranides sont repoussées et le fort restera aux mains de la Garde Impériale. Les seuls mots que le Sergent Speitz prononcera sont : « Même pas mal… ».

- Cité Administrative

Un message relayé par les barges de bataille space marines annonce l'arrivée de renforts sous la forme de 3 compagnies de combat Ultramarines (la 4ème, la 5ème et la 6ème), sous l'autorité du Commandeur Maximus. Ils débarqueront dans des modules d'atterrissage ou largués depuis des Thunderhawks. Il est décidé après consultation des officiers d'état-major de débarquer 2 compagnies sur Ameton Epsilon Prime pour soutenir le IIème Corps Mécanisé dans sa tentative de percée. La dernière compagnie atterrira dans le Dôme pour être conservé en réserve.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

Les Sœurs de Bataille arrivent au Mausolée des Souffrances et se mettent en position, établissant un périmètre défensif qu'elles entreprennent de fortifier. Les pèlerins et prêcheurs qui les accompagnent se livrent à des actions de grâce extatiques pendant ce temps.

- Mont Basalte

Sous le contrôle psychique du Magus Genestealer, les chefs des tribus acceptent de renouveler l'assaut contre les défenses impériales. Cet assaut « où il n'y aura aucune retraite uniquement la victoire ou la mort » sera encadré par les hybrides de la secte, qui agiront à la manière de commissaires impériaux, usant de leur capacités psychiques pour dissuader les plus lâches de fuir.

 

J+11 et J+12

- Ameton Epsilon Prime

L'arrivée des Space Marines sur le théâtre d'opérations fait basculer la lutte en faveur des forces impériales. Bien que peu nombreux, les Ultramarines sèment la mort dans les rangs tyranides, tant leur expérience du combat et leur doctrine tactique surpassent celles de la Garde Impériale. Encouragés par les faits d'armes de ces guerriers d'exception, le IIème Corps Motorisé renouvelle avec vigueur ses assauts, ce qui amène une avancée notable des positions.
Le Ier Corps continue de subir quant à lui les attaques extraterrestres. Avant la tombée de la nuit, il est amené à demander des renforts pour maintenir ses positions. Il est décidé que durant la nuit, la 5ème compagnie se redéploiera au côté du Ier corps motorisé.
A la fin de la deuxième journée de combats marqués de hauts faits d'armes, les forces impériales ont pris pied sur le pont intercontinental, où les forces tyranides ont été repoussées. Maintenant que les extraterrestres se trouvent massés dans un secteur étroit et aisément indentifiable, les commandement est à même de déclencher un barrage d'artillerie sur leurs positions. A ce feu roulant vient s'ajouter un soutien aérien fourni par les escadrons du Dôme, qui multiplient les sorties et bombardent sans relâche la horde acculée.
Le Capitaine Nerus, commandant la 5 ème Compagnies Ultramarines, annonce la destruction des tyranides maintenant la partie nord du pont dans les prochaines 72 heures.

- Ameton Epsilon Secundus

La 1 ère Division blindé a cessé toute progression, mais tient le terrain acquis. Aussi bien parmi les impériaux que dans les rangs des tyranides les pertes sont importantes, d'autant plus que l'isolement de chacun des protagonistes empêche l'arrivée de renforts. En conséquence, les offensives des deux adversaires s'essoufflent au rythme de l'érosion des forces respectives.
L'arrivée des Ultramarines par le biais des Thunderhawk permet à la 2 ème Division de continuer à tenir sous la pression de plus en plus importante qu'impose l'armée tyranide. En véritables pompiers, les Space Marines passent d'un secteur menacé à l'autre, sans répit. Les pertes que la 6 ème Compagnie Ultramarine va subir durant cette unique journée s'élèveront à 18 Marines, ce qui porte les effectifs de la Compagnie à 62 hommes.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

Les radars embarqués dans les véhicules de la Sororitas indiquent l'approche de tyranides par le Sud. Les estimations parlent d'un ou deux milliers de créatures. La mise en place de positions préparées s'accélère, et tous sont mis à contribution pour entasser sacs de sables, bunkers de fortune, et poste d'approvisionnement en munitions.

- Mont Basalte

Pour la seconde fois, la horde motorisée se met en mouvement vers les Marches d'Acier. Les Nomades sont plus réticents à se battre, démoralisés après l'échec du premier assaut. Dans les premières heures, certains guerriers mettent en doute l'intérêt de l'assaut des fortifications impériales. Ceux là sont identifiés et mis à mort par les hybrides du Magus, qui tient à maintenir sous son contrôle son armée. La crainte des créatures mutantes finit par les pousser tous à l'obéissance. 

- Mare Occidentalis

Dans la soirée, les balises maritimes disséminées dans l'océan occidental ont enregistré un signal dont l'origine est inconnue. Après analyse, tout indique qu'il s'agirait d'une masse de plusieurs centaines de tonnes, faisant mouvement vers l'ouest.
Un escadron de reconnaissance est envoyé pour déterminer l'origine de ce signal.

 

J+13

- Palais Gouvernemental, Dôme Administratif

Le Gouverneur Quintex convoque l'ensemble des responsables des forces armées afin d'établir un premier bilan des affrontements près de quinze jours après le début des combats. De cette réunion ressortiront plusieurs éléments, qui alimenteront la mise en place d'une stratégie pour les semaines à venir :

•  l'assaut tyranide est extrêmement différent de ce qu'il fut durant la première bataille d'Ameton Epsilon. Pour l'instant, aucune attaque n'a eu lieu contre le Dôme, les tyranides se contentant d'attaquer les Marches d'Acier et les accès au pont intercontinental. Certains y voient un certain instinct empirique lié à la première invasion, d'autres, dont le Commandeur Maximus, subodorent un plan plus complexe, ne visant pas nécessairement la destruction des forces de défense.

•  L'assaut des Nomades qui a précédé l'invasion tyranide ne peut qu'être lié à celle-ci. Les témoignages concernant la présence de mutants dans les rangs des Nomades ne laissent aucun doute quant à la contamination par une secte genestealer.

•  La situation est critique au sud du pont intercontinental. Les forces impériales ont échoué dans leurs objectifs, et à présent leur situation se détériore d'heure en heure, à mesure que les pertes augmentent. Le commandement du Ier Corps Blindé estime qu'il peut encore tenir 2 jours avant d'entamer une retraite nécessaire à sa survie en tant qu'unité combattante.

•  Sur Ameton Epsilon Prime, les Marches d'Acier tiennent efficacement leurs positions devant les multiples vagues d'assaut tyranides. Le manque d'unités offensives ne permet cependant pas d'empêcher les extraterrestres d'étendrent leur front, ce qui à moyen terme risque d'isoler Asgrad.

•  L'accès nord du pont intercontinental devrait être sécurisé dans les deux jours à venir. Le maintien d'un couloir entre les Marches d'Acier et cet accès nécessitera cependant l'immobilisation d'un nombre important d'unités.

A la lumière de ces éléments, plusieurs orientations furent définies pour les opérations des jours à venir. Il devenait impératif de venir en aide au Ier Corps Blindé, et il fut donc décidé de faire intervenir les réserves disponibles en ce sens. Le Commandeur Maximus allait intercéder auprès de Macragge pour que soient envoyés des renforts sur le théâtre d'opérations. Enfin, afin de libérer le plus de moyens contre les tyranides, les Nomades devaient être vaincus au plus vite.

- Ameton Epsilon Prime et Ameton Epsilon Secundus

Durant toute la journée les combats se poursuivent, les forces au nord détruisant progressivement les tyranides sur le pont, tandis qu'au sud les unités résistent en subissant cependant d'importantes pertes. Les Marches d'Acier subissent les assauts tyranides sans faillir, repoussant vagues après vagues.

- Mare Occidentalis

D'importants mouvements de la faune aquatique sont signalés par les capteurs impériaux. Ces mouvements semblent liés à l'approche d'une importante masse non identifiée, évoluant à plusieurs centaines de mètres sous la surface et provoquent une fuite en avant des bancs de poissons.
Afin d'obtenir des informations supplémentaires sur l'origine de ce phénomène, une escadrille de Thunderbolt va être envoyée en reconnaissance dans cette zone.

 

J+14

- Pont intercontinental, Ameton Epsilon Prime

La lutte contre les tyranides sur le pont se poursuit. Il devient évident que leur anéantissement est maintenant inéluctable. Ordre est donné aux unités en lignes de front de se ménager afin de minimiser les pertes en vue des opérations à venir.

- Mare Orientalis

L'escadrille du Lieutenant Leips est interceptée par des Harridans au dessus de la Mare Orientalis à environ 100 kilomètres de son objectif. Dans le duel aérien qui s'engage, l'escadrille de Thunderbolt perd la moitié de ses appareils face aux monstres ailés, avant de devoir battre en retraite vers sa base. Le rapport du Lieutenant indique la présence dans la zone d'un nombre important de créatures volantes qui semblent protéger l'objectif, comportement qui accrédite la thèse d'une origine tyranide.

 

J+15

- Palais Gouvernemental, Dôme Administratif

Le Capitaine Maximus annonce au Gouverneur que Macragge va envoyer 3 autres compagnies Ultramarines, dont la légendaire Première Compagnie, dotée des armures Terminator.
Après s'être entretenu avec le Commandeur Von Epsilon, il est décidé qu'une de ces compagnies atterrirait sur Asgrad, tandis que les deux autres (la Première Compagnie notamment) seraient casernées au Dôme, dans l'attente des opérations offensives.

- Pont intercontinental, Ameton Epsilon Prime

Les forces tyranides qui occupaient encore le pont sont éliminées durant la journée. Il est décidé de laisser en retrait le IIIème Corps Mécanisé pour sécuriser la zone. Dès le lendemain, les troupes pourront faire route à pleine vitesse vers le sud pour prendre en tenaille les forces tyranides qui résistent à l'accès sud.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

L'avant-garde de l'armée tyranide qui approche par le sud engage le combat avec les Sœurs de Bataille qui repoussent efficacement cette vague. Malheureusement, les craintes de la Chanoinesse Angelle s'avèrent fondées. Les civils qui l'accompagnent se révèlent moins que fiables, et ce malgré l'encadrement des prêcheurs. Le contact avec les extraterrestres, dont certains, comme les Lictors, font près de 3 mètres de haut, terrifie ces hommes et ces femmes qui n'ont aucun entraînement militaire et dont la foi s'avère être un bouclier de papier devant de telles atrocités.

 

J+16

- Dôme Administratif

L'arrivée des Terminator de la Première Compagnie est saluée par une foule amassée devant le Palais du Gouverneur qui voit en eux les sauveurs d'Ameton Epsilon. Le Capitaine Julius, commandant de cette mythique compagnie, annonce au Gouverneur que dorénavant il dirigera le CSOD, en vertu de son rang et sa doyenneté. Avant même de s'entretenir avec le haut commandement, il se retire dans un bureau pour y étudier la situation et redéfinir la conduite à tenir face à l'invasion.
Ce camouflet infligé à Von Epsilon n'arrange pas la tension qui règne dans le Palais gouvernemental, et ce dernier remet sa démission au Gouverneur dans la journée, démission qui lui est refusée. Dorénavant, Von Epsilon sera Maréchal Défenseur, ce qui lui donne toute autorité sur les troupes de la Garde Impériale, dans le cadre des actions définies par le Capitaine Julius.

- Pont intercontinental, Ameton Epsilon Prime

Les unités progressent à pleine vitesse sur le pont, conscientes de l'importance de soulager la 1ère Division Blindée de la pression que lui font subir les tyranides. Au Nord, l'accès au pont est protégé, et les assauts sporadiques des extraterrestres sont repoussés.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

Les attaques sur les Sœurs de Bataille gagnent en importance tandis que la horde tyranide approche de leur base. Alors que le jour précédant les attaques consistaient en des éléments d'avant-garde, il s'agit à présent de créatures plus agressives et nombreuses, majoritairement de spécimen Hormagaunts. Si la zone rocailleuse que défendent les Sœurs fournit de précieux couverts au tyranides, elle handicape aussi considérablement leurs mouvements, les ralentissant en les canalisant dans les rares chemins d'approche qui se dessinent dans cette étendue de pierres acérées. Le feu nourri et coordonné des Sœurs repousse les tyranides à la tombée du jour.
Durant toute la nuit, le camp résonne des chants des Sœurs, unies dans la célébration de celles qui sont tombées, et de celles qui périront encore.

- Mare Orientalis

La masse identifiée comme étant d'origine tyranide continue à se diriger vers l'ouest, en direction du pont intercontinental. Elle progresse assez lentement, de l'ordre de 150 kilomètres par jour, et évolue à environ 300 mètres sous le niveau de la mer. Chose extrêmement inquiétante, les relevés océanographiques indiquent la disparition de toute forme de vie maritime dans le sillage de la progression de cette “chose”.

 

J+17

- Dôme Administratif

Le capitaine Julius met en place l'ensemble des téléporteurs qui permettront à la Première Compagnie de se déployer dans toute partie du théâtre d'opération où sa présence sera nécessaire. Il apparaît rapidement que les tensions entre le Space Marine et Von Epsilon risquent de poser d'importants problèmes, tant le vieux maréchal semble blessé à l'idée d'être commandé par un officier de l'Adeptus Astartes qui, sur le papier et en théorie, a un rang inférieur au sien. En ayant référé au gouverneur Quintex, ce dernier lui répond qu'il va considérer les objections soulevées. Il ne semble pourtant pas enclin à donner suite à cette affaire.
Il apparaît assez clairement que le Dôme ne sera pas l'objectif de l'armée tyranide, en conséquence de quoi, le Capitaine Julius demande le redéploiement d'une partie des forces de garnison dans les unités mobiles, en vue des prochaines offensives.

- Pont intercontinental, Ameton Epsilon Secundus

A la fin de la journée, les premières unités parviennent à l'accès sud du pont intercontinental, où se bat actuellement la 1ère Division Blindée, lourdement affaiblie par plusieurs jours d'affrontements. Dès la tombée de la nuit, elles lancent une offensive pour permettre à cette dernière de se reposer. Pris entre deux fronts, les tyranides reculent, en offrant cependant une résistance acharnée.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

Les attaques tyranides ont cessé durant cette journée, comme si la horde se préparait à un assaut d'envergure. Ce temps précieux est mis à profit par les Sœurs de Bataille pour renforcer leurs positions, en utilisant notamment les épaves des véhicules détruits les jours précédents comme couverts.

- Marches d'Acier

Les radars indiquent le contact imminent avec l'armée de Nomades qui ne se trouve plus qu'à quelques kilomètres des Marches d'Acier. En toute vraisemblance, il s'agit des survivants des premiers jours de combat, renforcés de nouvelles tribus ayant rejoint la coalition.

 

J+18

- Ameton Epsilon Prime

Les Marches d'Acier orientales résistent toujours aux assauts tyranides et ce malgré les pertes qui s'accumulent, et que comblent difficilement les renforts qui parviennent des secteurs plus stables. Une force tyranide fait toujours route vers l'accès nord du pont intercontinental, où se sont déployées les divisions du IIIème Corps Mécanisé.

- Marches d'Acier Occidentales

A l'aube, les Nomades lancent leur attaque sur les fortifications des Marches d'Acier. Toute la journée les combats vont faire rage, entraînant la perte de plusieurs forts. Non seulement les forces ennemies sont plus nombreuses, mais le redéploiement de nombre de compagnies vers les Marches occidentales a affaibli considérablement les défenses. Heureusement, les pertes pour les Nomades sont extrêmement importantes.

- Mausolée des Souffrances, Désert des Cendres

Les Sœurs de Bataille passent leur matinée à attendre anxieusement l'attaque tyranide qui tarde à se déclencher. Les extraterrestres semblent attendre à quelques kilomètres des positions tenues par les forces impériales.
Au milieu de l'après-midi, alors que la vigilance des sentinelles tendait à s'éroder, surgissent des dizaines de Lictors. En quelques minutes, ils sèment la mort dans les rangs de la Sororité. Profitant de la désorganisation causée par la présence des infiltrateurs, les tyranides déclenchent leur attaque. Pendant toute la journée et une partie de la nuit, les Sœurs de Bataille vont tenter de résister, en vain. La Chanoinesse Angelle décide de donner l'ordre de retraite pendant la nuit, permettant aux survivantes de fuir grâce aux véhicules de transports blindés.
Les pertes parmi les défenseurs sont effroyables : la majorité des civils accompagnant les Sœurs ont péri, ainsi que près de deux cents d'entre elles. Cependant, si Sœur Angelle s'est résignée à battre en retraite, ce n'est que dans l'optique de relancer une attaque afin de reprendre aux extraterrestres leur sanctuaire.

 

J+19 à J+22

- Ameton Epsilon Prime

Les affrontements continuent dans les Marches d'Acier. A l'ouest, les Nomades progressent lentement, en dépit de pertes effroyables. Toute autre armée aurait battu en retraite depuis longtemps, mais la présence des hybrides semble effrayer les guerriers tribaux bien plus que la perspective de mourir au front. Le Magus Skongärd tire grand parti des informations qu'il a récoltées grâce aux consanguins infiltrés pour faciliter les offensives.
A l'est, les tyranides sont contenus, mais progressent eux aussi. Les pertes subies sont suffisamment importantes pour préoccuper le haut commandement, qui fait part au Capitaine Julius de ses inquiétudes. Celui-ci leur ordonne de tenir le front encore quelques jours, afin de lui laisser le temps de préparer une opération décisive.
Le pont intercontinental subit à son tour les assauts tyranides et le IIème corps mécanisé contient la pression exercée par les forces tyranides. Dispersées entre deux fronts, celles-ci laissent apparaître des signes d'épuisement encourageants pour les forces impériales.

- Ameton Epsilon Secundus

Supportée par les éléments du IIème Corps Mécanisé, la 1ère Division Blindée est en mesure de détacher quelques-unes de ses unités pour assister la 2ème Division et ses alliés Space Marines. La 6ème Compagnie Ultramarine a atteint un seuil critique : il ne lui reste plus que 3 escouades opérationnelles. Durant ces quelques jours, une opération de récupération est effectuée pour ramener les survivants et le patrimoine génétique des tués au Dôme.

- Le Dôme, Ameton Epsilon Secundus

Le Capitaine Julius, maintenant à la tête des forces impériales, prépare les offensives qui devraient permettre aux défenseurs de reprendre l'initiative. Condition sine qua non préalable à ces opérations : la reprise et la sécurisation du pont intercontinental. En vertu de quoi, il décide de faire intervenir la Première Compagnie dans les jours à venir. En équipant les troupes de la Garde Impériale de balises de téléportation, les Terminators pourront frapper au cœur des forces tyranides et accélérer la victoire dans cette zone.
La nouvelle de la défaite et du repli des Sœurs de Notre Mère des Souffrances parvient au Dôme. Cette information va générer une crise dans les instances gouvernementales et militaires. Pour des raisons politiques, le gouverneur Quintex veut absolument venir en aide aux Sœurs de Bataille, décision que désapprouve le Capitaine Julius, qui n'y voit que "l'absurde idée de rajouter des morts à une liste déjà longue". Le Maréchal Von Epsilon, quant à lui, se range aux côtés de Quintex, non tant pour venir en aide aux Sœurs de Bataille, que pour manifester son opposition au Capitaine Space Marine. Ce dernier finit par céder, inquiété peut-être par le rapport que le gouverneur menaçait de faire aux autorités de l'Ecclésiarchie. Par contre, aucun Space Marine de participera à cette "opération mineure, de priorité secondaire".

- Mare Orientalis

Les informations recueillies par les balises d'analyses ont défini ce qui approchait du pont intercontinental comme une forme de vie, étrangère à l'écosystème d'Ameton Epsilon IV et en toute vraisemblance tyranide. Cette forme, ressemblant grossièrement à une pieuvre, est similaire aux Krakens que l'on trouve dans les profondeurs des océans de Fenris, et semble "escortée" par une multitude de créatures plus petites, qui suivent son sillage et absorbent toute forme de vie maritime qui n'aurait pas fui à l'approche de la créature.

 

J+23 

- Ameton Epsilon Prime, Fort Alpha 321

Alors que les combats se poursuivent aussi bien à l'est qu'à l'ouest, le Sergent Speitz, de sa propre initiative, décide de pénétrer au cœur des positions ennemies pour y activer les générateurs d'autodestruction des forts qui sont tombés dans les griffes des extraterrestres. Avec une cinquantaine d'hommes il va passer dans les lignes des tyranides pour y faire exploser le fort Alpha 321. Contre toute attente, la mission est une réussite, malgré la perte de plus de 35 hommes. Malheureusement, le Sergent Speitz voit sa jambe droite arrachée par l'explosion du fort durant le décrochage du commando. Ramené derrière les lignes impériales, on lui implante une jambe bionique. "Au moins, celle là, ils pourront pas me la becter…" a commenté le sergent Speitz, promu Lieutenant pour son courage exceptionnel.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

Les unités de la Garde Impériale continuent leur lutte farouche contre les tyranides, dans l'attente de renforts space marines qui tardent à venir. L'évacuation des space marines de la 6ème Compagnie a fait perdre aux unités en zone une partie de leur potentiel offensif. Heureusement, les tyranides eux aussi subissent les effets des pertes endurées jusqu'à présent.
En début de soirée, un message du Dôme annonce l'engagement de la 1ère Compagnie Ultramarines pour le surlendemain.

- Le Dôme, Ameton Epsilon Secundus

Les troupes destinées à soutenir les Sœurs de Bataille ont été sélectionnées. Il s'agira du 1er Régiment Blindé, issu du 2ème Corps d'Armée motorisé, gardé jusque-là en réserve dans le Dôme Administratif. Ce régiment part à l'aube avec pour mission d'épauler et d'assurer la survie du couvent de Notre Mère des Souffrances.
Durant toute la journée, le régiment ne rencontrera aucune opposition, les tyranides se concentrant massivement au nord du continent et autour du mont Antigonos.

 

J+24

- Ameton Epsilon Prime

Un rapport parvenu des Marches d'Acier Orientales met en exergue certaines spécificités de l'organisation des armées nomades. A plusieurs reprises, les Gardes Impériaux ont pu être témoin de mouvements de paniques parmi les combattants ennemis. Alors que ces derniers entamaient un mouvement de repli, ils étaient presque instantanément ralliés par la présence des hybrides. Il est évident que l'autorité seule de ces leaders ne suffirait pas, on doit voir dans ce phénomène l'influence psychique qu'exerce la Secte sur les guerriers des tribus.
Après avoir étudié ce rapport, le Maréchal Von Epsilon, sans en référer au Capitaine Julius, décide de mettre sur pied une unité spéciale, placée sous son commandement exclusif, destinée à cibler avec précision ces hybrides pour saper la volonté combattante des Nomades assujettis. Dénommé “Chasseurs de Mutants” cette unité est composée d'une centaine de snipers issus des différentes formations de la Garde Impériale disponibles. Elle devrait être effective dans les prochains jours.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

Dans les lignes ténues de la 2ème Division Blindée, plusieurs brèches sont apparues sous le poids de la pression tyranide. Ces brèches, dans lesquelles s'engouffrent des centaines d'extraterrestres, ont des conséquences fâcheuses pour la 1ère Division, qui se voit attaquée par l'arrière. La résistance devient de plus en plus difficile, et les pertes humaines et matérielles en cette seule journée dépassent toutes celles de la semaine écoulée.

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

Un tremblement de terre est à nouveau perçu, et comme le précédent, a pour épicentre les restes du Mont Antigonos. Cette fois-ci, son amplitude est plus importante, affolant les capteurs du Dôme.
Certains Technoprêtres consultés n'écartent pas l'hypothèse que la montagne pourrait entrer en éruption, ayant été jadis un volcan en activité.

 

J+25

- Désert des Cendres

Le 1er Régiment Blindé arrive à proximité du Mausolée des Souffrances où il engage les premiers combats avec les tyranides. Après qu'il est entré en contact avec les Sœurs de Bataille, ces dernières rejoignent les Gardes Impériaux afin d'établir une jonction entre les deux unités.
De concert, ils repoussent les tyranides sans grandes pertes.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

A l'aube, dans une multitude de grésillements magnétiques, les Terminators de la 1ère Compagnie font leur apparition dans le théâtre d'opérations. Toute la journée, ils sèment la mort dans les rangs extraterrestres, poussés par une haine séculaire qui les pousse à venger leurs frères tombés jadis face au Behemoth. Cette centaine de guerriers d'élite enfoncent les lignes tyranides, emmenant dans leur sillage des Gardes Impériaux galvanisés par cette présence à leurs côtés. Il ne fait aucun doute qu'en l'espace de quelques jours, le pont intercontinental reviendra aux mains impériales.

- Dôme Administratif

Ayant appris ce que préparait le Maréchal Von Epsilon avec ses "Chasseurs de Mutants", le Capitaine Julius entre dans une colère noire et décide de faire mettre aux arrêts le vieux soldat. Alerté, le Gouverneur Quintex intercède en faveur du Maréchal, le fait libérer après quelques heures de détention, et affirme à l'Ultramarines que cette unité a été créée avec son accord.
Pour éviter que de tels incidents se reproduisent, le Gouverneur décide d'assigner au Maréchal le commandement de l'ensemble des dispositifs de défense d'Asgrad, où il sera transféré par navette dans la soirée. Le capitaine Julius, quant à lui, aura toute autorité sur les formations situées hors du périmètre d'Asgard. Bien qu'il s'agisse là d'un camouflet de plus pour Von Epsilon, ce dernier se résigne sous la pression de Quintex.

 

J+26 et J+27

- Désert des Cendres

Les tyranides ayant cessé leurs assauts contre les positions occupées par les Gardes Impériaux et les Sœurs de Bataille, l'heure est venue de réorganiser les forces. Les munitions commencent à manquer pour les guerrières de la Sororité, et les munitions détenues par la Garde ne sont pas compatibles avec celles requises par les bolters.
Après s'être entretenue avec le Colonel du Régiment, Sœur Angelle préconise une attaque rapide, motorisée en contournant les tyranides par le nord.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

La 1ère Compagnie Ultramarines continue à malmener les forces tyranides, qui, défaites, se rassemblent à l'entrée du pont. Même s'ils subissent des pertes, l'entraînement, la ferveur et l'armement des Terminator leur donnent un ascendant notable sur les tyranides qui ne peuvent lutter contre ces terribles machines de guerre. Au 27 ème jour, ne reste qu'une poignée de tyranides tenant un dernier carré autour des ruines des installations de la garnison du pont.

 

J+28 

- Désert des Cendres

Les capteurs des installations des forces impériales annoncent l'approche à grande vitesse d'une tempête de cendres par l'ouest. Cette dernière empêchera toute offensive contre les tyranides dans les prochains jours. Du matériel de survie est distribué aux Sœurs et aux Gardes, afin d'assurer leur sécurité dans les conditions extrêmes qu'ils vont être amenés à endurer.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

La dernière bataille pour le pont intercontinental a lieu. La Première Compagnie Ultramarine fait face à un nombre impressionnant des plus imposants spécimens de la Flotte-Ruche, seuls survivants des combats des jours passés : Princes Tyranides, Carnifex, Hiérodules, Malefactors. L'affrontement entre les Terminator et ces monstrueuses créatures est d'une violence inouïe, chacun des camps subissant des pertes conséquentes.
A la fin de la journée, les tyranides sont vaincus, et il ne reste plus aux apothicaires du Chapitre qu'à récupérer les gènes des 38 Frères tombés au combat. Le pont intercontinental est intégralement sous contrôle impérial, mais le tribut à payer pour cela a été très lourd…

- Ameton Epsilon Prime, Complexe Asgrad

Les "Chasseurs de Mutants" ont été rassemblés dans le quartier général d'Asgrad, maintenant sous le commandement du Maréchal Wilmer Von Epsilon. Les officiers de l'unité sont briefés, équipés et devraient être envoyés dans quelques jours dans la zone d'opérations.
Le Capitaine Julius donne ses consignes au Maréchal : priorité doit être accordée à l'anéantissement des nomades, affaiblis par les semaines de combat. Une fois cette menace écartée, les forces des Marches d'Acier occidentales pourront être consacrées à la résistance à l'est.

- Ameton Epsilon Prime, Dôme administratif

Voici le discours que le gouverneur Adrianus Quintex a prononcé devant la population en cette soirée du 28 ème jour de la seconde bataille d'Ameton Epsilon.

"Aujourd'hui est un jour qui, dans les siècles à venir sera célébré par nos descendants comme un jour de liesse et de festivités, car cette journée marque notre première victoire face à l'envahisseur extraterrestre ! Nombre de nos frères, de nos fils et de nos amis gisent sur le champ de bataille, mais leur sacrifice n'aura pas été vain, et de là où ils nous regardent, ils ont assisté aujourd'hui avec fierté à la reprise du pont intercontinental.
Ce fait d'armes n'aurait pas été possible sans le courage des milliers de soldats qui, depuis presque un mois, font face aux monstruosités tyranides, et sans les formidables Space Marines dépêchés à notre aide par les Ultramarines. Jadis, déjà, ils nous avaient sauvés, et notre dette s'est encore alourdie aujourd'hui. Nous leur serons à tout jamais redevables.
Maintenant que le pont est à nouveau entre nos mains, une nouvelle phase débute, et avec elle la reconquête de nos terres. Sous le commandement du Capitaine Julius et de notre Maréchal Von Epsilon, il ne fait aucun doute que notre sol sera bientôt libéré de la souillure qui le contamine. Avec eux, le chemin nous mènera à la victoire !"

 

J+29

Voici la retranscription de la conversation entre le Gouverneur Quintex et l'Inquisiteur Hull.

+++ Analyse des données et transmission en cours

Inquisiteur Hull : Bonjour Gouverneur. Nous ne nous connaissons pas encore, aussi laissez-moi me présenter. Je suis l'Inquisiteur Hull, du 3ème Cercle de l'Ordo Xenos.
Gouverneur Quintex : Bonjour, éminence.
Hull : J'ai été mis au fait de l'invasion tyranide sur le monde dont vous avez la responsabilité.
Quintex : En effet. Elle a commencé il y a un mois de cela.
Hull : Dites-m'en plus.
Quintex : Vous n'êtes pas sans savoir que nous avons déjà fait l'expérience dans le passé d'une telle crise lors de Behemoth, et cette expérience nous a été d'une grande utilité. La plupart des attaques extraterrestres sont aujourd'hui contenues, et nous nous apprêtons, avec le soutien des Ultramarines, à engager les offensives en vue de détruire définitivement la force d'invasion.
Hull : Vous avez l'air confiant… Trop confiant peut-être…
Quintex : Nos pertes ont été importantes jusque-là, mais tout nous laisse à penser que l'envahisseur s'essouffle et recule sur de nombreuses zones.
Hull : Vous ne vous êtes bien sûr pas posé la question de la raison de cette invasion ?
Quintex : Non… Pourquoi ?
Hull : Le débarquement tyranide sur votre planète ne répond à aucun des modèles dont nous disposons dans nos archives. Tout me laisse à penser que cette invasion répond à une logique très différente des attaques connues jusqu'à présent.
Quintex : Mon savoir en ce domaine ne rivalise en rien avec le vôtre. Mais sachez que quelle que soit la raison de la venue des tyranides ici, nous les chasserons.
Hull : Vous surestimez vos forces et sous-estimez les leurs. Le xenos est vil et sournois, même quand il prend l'apparence du tyranide. Ce n'est pas parce que vous avez gagné une insignifiante bataille que vous verrez la victoire dans cette guerre.
Quintex : Sauf votre respect, nous allons vaincre.
Hull : Vous n'avez pas compris. La guerre contre le xenos est une guerre qui ne peut être gagnée. C'est un conflit perpétuel, que l'Empereur nous impose pour tester notre foi, notre honneur et notre courage. Vous pourrez le vaincre un temps, mais cette guerre durera jusqu'au jour dernier…
Qu'importe pour l'instant. Nous aurons tout loisir d'en discuter le moment venu.
Quintex : Je me tiens à votre disposition.
Hull : Préparez votre spatioport à m'accueillir demain.
Quintex : Pardon ?
Hull : Mon vaisseau arrivera dans votre orbite en milieu de journée. La menace est suffisamment importante pour justifier que l'Ordo Xenos me délègue à vos côtés. A demain, donc…

+++ Fin de la communication.

PHASE II - Guerre Totale

J+30

- Ameton Epsilon Prime, Dôme Administratif

L'arrivée de son Eminence Hull, accompagné de la Garde Lion , est vivement acclamée par la population, qui voit dans l'implication de ce représentant des sphères les plus secrètes de l'Imperium l'agent d'une victoire rapide contre les hordes tyranides. Cet enthousiasme n'est de toute évidence pas partagé par le Gouverneur et le Commandeur Maximus. Ces derniers sont bien trop au fait des méthodes expéditives de l'Inquisition pour se réjouir de l'arrivée de ce notable de l'Ordo Xenos.

Après avoir pris ses quartiers au cœur du Dôme, L'inquisiteur Hull fait mander auprès de lui tous les hauts responsables civils et militaires pour que lui soient présentés en détail les événements du mois passé. Cette réunion, où chacun pèse ses mots pour ne pas se compromettre, dure toute la journée et une grande partie de la nuit, avant que l'Inquisiteur ne congédie les intervenants pour s'isoler.

- Ameton Epsilon Secundus, Accès au pont intercontinental

La Première Compagnie se remet avec difficulté des pertes subies lors de son récent affrontement avec les tyranides. Les forces se regroupent et s'apprêtent à évacuer le théâtre d'opération pour y être relevé par la Garde Impériale, plus appropriée pour les missions de garnison.

Avant la fin de la journée, les Thunderhawk apparaissent pour transporter les Terminator au Dôme où ils reçoivent les décorations dues à leur exploit.

- Désert des Cendres

La Tempête de Cendres frappe de plein fouet la zone où stationnent les Sœurs de Bataille et leurs alliés de la Garde Impériale. Grâce au matériel de survie approprié, les forces impériales n'ont rien à craindre de ce phénomène climatique, tout au contraire des Tyranides. Les éclaireurs qui surveillent en permanence les mouvements extraterrestres témoignent des effets terribles que la Tempête sur les organismes étrangers. Les spécimens les plus petits (gaunts et voraces) semblent suffoquer, leur métabolisme n'étant pas adapté à ces conditions extrêmes. Les éléments les plus importants, s'ils résistent mieux, montrent des signes assez frappants des souffrances que la tempête leur fait endurer.

 

J+31

- Ameton Epsilon Prime, Dôme Administratif

Toute la journée, son Eminence Hull reste enfermée dans son bureau, les Gardes Lions barrant l'accès à cette pièce. Des rumeurs circulent, selon lesquelles il serait en communication avec le Cercle Intérieur de son Ordre pour décider de la marche à suivre. Certains vont même jusqu'à murmurer un mot terrifiant : « Exterminatus ».

- Ameton Epsilon Prime, Marches d'Acier

Les affrontements se poursuivent à l'est comme à l'ouest des Marches d'Acier. En enveloppant les défenses impériales, les forces tyranides et nomades ont fait leur jonction, et les assauts les plus virulents s'effectuent maintenant sur la zone nord. Les pertes subies dans l'armée nomade sont incroyables, sans que cela affecte le moral des combattants, toujours sous la domination des Hybrides. La perte de nombreux forts est rapportée dans ce théâtre d'affrontements, et les pertes en vies humaines sont préoccupantes.

- Désert des Cendres

Au vu des effets ravageurs que la tempête produit sur les tyranides, Sœur Angelle décide de monter une attaque afin de profiter au plus vite et de la manière la plus efficace de leur vulnérabilité, avant que les vents de cendre ne diminuent.
Il est décidé que les Sœurs de Bataille attaqueront par le sud, en direction du Mausolée, tandis que la Garde Impériale progressera depuis le nord. L'objectif, avant même de vouloir reconquérir le site perdu, est d'infliger le maximum de pertes aux extraterrestres, en vue des opérations à venir.

 

J+32

- Ameton Epsilon Prime, Dôme Administratif

Ayant achevé ses entretiens avec les autorités de son Ordre, l'Inquisiteur Hull convoque les responsables militaires d'Ameton Epsilon ainsi que le Capitaine Julius.
Il leur expose ses premières analyses. Après s'en être entretenu avec les experts de l'Ordo Xenos, et comme il l'avait suggéré au Gouverneur Quintex, le sujet d'inquiétude principal reste l'ignorance des objectifs exacts de la Flotte-Ruche. Les éléments en possession de l'Inquisiteur, ainsi qu'une étude approfondie des mouvements tyranides depuis le début de la bataille laissent à penser que contrairement aux invasions passées, celle-ci trouve son accomplissement autre part que dans la simple annihilation de toute forme de vie sur la planète. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la carte du déploiement extraterrestre, et voir qu'ils ne se sont pas approchés du Dôme, où se concentre pourtant une grande partie des formes de vie de l'hémisphère sud.
En conséquence de quoi, il convient d'investiguer en priorité sur les motivations de la Flotte-Ruche. Cette mission sera confiée aux Ultramarines. En charge au Capitaine Julius de sélectionner plusieurs équipes de soldats aguerris qui devront par tous les moyens obtenir le maximum d'informations sur les raisons de la présence de la Flotte-Ruche sur Ameton Epsilon IV.
Comme les tyranides semblent se masser autour du Mont Antigonos, c'est vers là que les missions devront opérer dans un premier temps. Immédiatement après la réunion, le Capitaine Julius rassemble les plus expérimentés de ses hommes pour cette mission.
Au nord, ayant appris les opérations menées par le Maréchal Von Epsilon avec son commando de snipers, Son Éminence Hull laisse l'opération se poursuivre, saluant au passage la clairvoyance du vieux général.
Quant à la position difficile que tiennent les Sœurs de Bataille en ce moment, l'Inquisiteur juge « qu'il convient à chacun d'assumer seul ses choix et ses responsabilités, dans la gloire comme dans le tourment… ». La Chanoinesse Angelle n'obtiendra donc aucun renfort et devra combattre seule.

- Désert des Cendres

A l'aube, simultanément, les Sœurs de Bataille et la Garde Impériale lance leur attaque en tenaille sur les tyranides. Les résultats dépassent les espérances. Affaiblis et handicapés par les vents violents, les tyranides n'offrent que peu de résistance aux forces de l'Imperium, adéquatement équipées pour cet affrontement. Il apparaît aussi que la Tempête désoriente même l'esprit de la Flotte-Ruche, amenant les extraterrestres à agir de manière incohérente et désordonnée.
Avant la fin de la journée, le Mausolée est repassé sous le contrôle des Sœurs, les tyranides ayant reflué vers l'est.

 

J+33

- Mare Orientalis

Alors que les capteurs avaient perdus la trace de la créature maritime qui traversait l'océan d'est en ouest, cette dernière refait son apparition durant la nuit à environ 100 kilomètres du Pont intercontinental. Apparue en surface cette fois-ci, elle est identifiée par l'Inquisiteur Hull comme un Kraken tyranide, une monstruosité de près d'un kilomètre de diamètre dont le nom provient de la lointaine parenté avec les Krakens de Fenris, le monde natal des Space Wolves.
Avant l'aube, des centaines d'appareils décollent du spatioport pour intercepter cette créature.

- Marches d'Acier Occidentales

Au matin, un assaut d'envergure se déclenche à l'est des Marches d'Acier. L'armée tyranide est soutenue par de nombreux Bio-titans venus en renfort de l'arrière des lignes. Rapidement, de nombreux forts sont détruits ou évacués. Toute la journée, les troupes impériales reculent, avant de réorganiser une ligne de défense deux kilomètres à l'ouest, où les tyranides sont enfin tenus en échec.

C'est l'occasion pour le Lieutenant Speitz de s'illustrer à nouveau. Isolé, ayant refusé malgré les injonctions du commandement d'évacuer son poste de commandement, il se décide enfin à faire retraite après avoir pris conscience que lui et ses hommes étaient les seuls impériaux à un kilomètre à la ronde. Décidé à regagner ses lignes, il se fraye un passage dans la masse extraterrestre. Le sergent Speitz y laissera une jambe et tous ses hommes (mis à part les deux survivants qui le ramènent à bout de bras).

Pour son refus de se conformer aux directives du commandement, le Lieutenant Speitz est ramené au rang de sergent. Sa carrière d'officier aura durée 10 jours. « Lieutenant, Sergent, de tout' façon c'est la même chose…T'as une épée tronçonneuse dans une main et de la barbaque tyranide dans l'autre… » a commenté le sergent Speitz.

 

J+34

- Mare Orientalis

Dans les ceux de l'océan, le combat aérien fait rage toute la journée entre la flotte de Thunderbolt et de Marauder impériaux et les Harridans protégeant le Kraken tyranide. Bien que les Harridans soient moins bien équipés pour les affrontements aériens, ils n'ont pas les problèmes de ravitaillement des vaisseaux impériaux, qui combattent à un contre trois. Nonobstant les pertes subies, les pilotes concentrent leur feu sur le Kraken, dans l'espoir d'arrêter la créature avant qu'elle n'atteigne le pont.
Malgré la victoire sur les escortes du Kraken, les impériaux ne parviennent pas à l'arrêter. Blessé, meurtri par les missiles et les balles, ce dernier parvient dans la soirée au Pont Intercontinental, qu'il entreprend de démolir à l'aide de ses tentacules. Les impériaux redoublent alors d'effort pour l'anéantir avant que ne se produise l'irréparable. Peine perdue : le Kraken est abattu, mais en sombrant dans les flots, emmène avec lui les pylônes soutenant le pont. Celui-ci, n'étant plus maintenu, ne tarde pas à s'effondrer sur plus de deux kilomètres.
Ameton Epsilon Prime et Secundus ne sont plus reliés…

- Ameton Epsilon Prime

Les premiers rapports des équipes de « Chasseurs de Mutants » arrivent au QG du Maréchal Von Epsilon. Les premières missions sont couronnées de succès, l'entraînement spécifique des recrues de ces commandos prouvant par là même son efficacité. 23 Hybrides ont été abattus par les équipes opérantes, avec des effets dramatiques sur les hordes nomades lorsque ces assassinats ont été effectués au plus fort des combats.

- Désert des Cendres

Malgré la reprise du Mausolée des tensions apparaissent entre les Sœurs de Bataille et leurs alliés de la Garde Impériale. La mission originelle du détachement de la Garde était de secourir les Sœurs de Bataille entourée par les tyranides, avant de les escorter au Dôme. Sœur Angelle n'est pas de cet avis. Le Mausolée reconquis, elle décide de le protéger coûte que coûte face aux tyranides.
Le haut commandement ne peut abandonner la Sororitas à son sort. En conséquence de quoi, il est ordonné au détachement de maintenir et sécuriser ses positions.

 

J+35 à J+38

- Ameton Epsilon Prime, Dôme Administratif

Une fois parvenue la nouvelle de la mise hors d'usage du Pont Intercontinental, des mesures d'urgence sont prises. Il paraît utopique de chercher à reconstruire le pont dans le cadre de la bataille actuelle, et toute installation provisoire serait trop fragile pour être utilisée pendant les combats. De facto, le continent nord est isolé.
Cet isolement entraîne une réorganisation des forces de défense. Les commandements d'Ameton Epsilon Prime et Secundus opéreront désormais indépendamment l'un de l'autre. Au sud, le Commandeur restera son Eminence Hull, tandis qu'au nord, le Maréchal Von Epsilon reprendra un commandement autonome.
Seul les Space Marines du Capitaine Julius seront en mesure d'opérer dans les deux théâtres, grâce aux moyens de transport dont ils disposent. Ainsi, ils agiront sur demande expresse des deux commandements.

- Marches d'Acier

Ayant réussi à stopper les tyranides à l'est, les forces impériales ont rétablis un périmètre défensif étanche. Les pertes en vies humaines ont cependant été très lourdes, avec plus de 9000 morts et blessés en l'espace de deux jours. Heureusement, les extraterrestres semblent eux aussi avoir payé lourdement cette attaque, ce qui se traduit durant ces jours par une inactivité sensible de leur part.
A l'ouest, les Nomades continuent de se heurter au mur composé par la ceinture de forts des Marches d'Acier. Les pertes causées par les Chasseurs de Mutants dans les rangs des Hybrides affaiblissent considérablement l'emprise psychique sur l'armée, ce qui se traduit par une érosion notable du moral, et des attaques moins soutenues.

- Monts Basaltes

La chape psychique que fait peser la Flotte-Ruche sur ses sbires affecte considérablement le Magus Skongärd et le Patriarche. Ces derniers vivent reclus dans les cavernes des Monts Basaltes, entourés de genestealers engendrés par le Culte. Ils ne sont plus que les esclaves de l'Esprit de la Ruche , qui leur adjoint de se joindre au combat. Ils quittent tous deux les Monts Basaltes à l'aube, pour se joindre à l'armée qu'ils ont fait déferler sur les défenses impériales.

 

J+39

- Désert des Cendres

Quelques escarmouches sporadiques opposent les impériaux à des éclaireurs envoyés par les tyranides, vraisemblablement pour tester les défenses mises en place autour du Mausolée. Aisément, ces éclaireurs sont repoussés, entamant cependant les maigres réserves de munitions dont disposent Gardes Impériaux et Sœurs de Bataille

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Le Capitaine Julius a mis sur pied les 3 groupes de Space Marines chargés d'infiltrer le périmètre tyranide autour du Mont Antigonos. Chacun de ces commandos est composé de 30 Marines, tous vétérans de plusieurs campagnes et aptes à remplir cette mission extrêmement dangereuse. Les communications entre ces groupes et le commandement seront limitées au minimum vital, pour assurer une discrétion optimale.
Dès l'aube, les Ultramarines sélectionnés embarquent à bord de Thunderhawk qui les déposeront à proximité du site.

 

J+40

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Un message parvient au Haut Commandement : les détachements de la Garde et de la Sororitas stationnés près du Mausolée manifestent un grand besoin de réapprovisionnement en munitions. Leurs réserves presque vides, ils ne pourront résister longtemps aux attaques tyranides. Il est décidé qu'un vaisseau va être affrété, contenant ravitaillement et munitions pour venir en aide à ces troupes.

- Marches d'Acier

Les tyranides renouvellent leurs attaques sur l'est des Marches d'Acier. L'affaiblissement des attaques Nomades dans les jours passés à cependant permis de redéployer des troupes qui viennent compenser en partie les très importantes pertes subies dans les jours passés. L'attaque est repoussée, mais en de nombreux secteurs, la Garde Impériale a dû opérer un repli significatif vers de nouvelles positions.

 

J+41

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

Les premiers rapports des commandos Ultramarines envoyés près du Mont Antigonos parviennent au Dôme Administratif. Ils se sont posés à environ 60 kilomètres de l'objectif, en se répartissant les zones de déploiement, et progressent pour l'instant sans encombre vers le périmètre de la zone infectée.

- Désert des Cendres

Le vaisseau transportant les munitions et les vivres destinés aux troupes impériales du Désert des Cendres a disparu des scanners à environ 150 kilomètres à l'est de sa destination. Nul n'est capable d'affirmer avec certitude ce qu'il est advenu de lui, mais tout laisse à penser que pris dans une tempête de cendres, il s'est abîmé dans le désert.
L'information est immédiatement communiquée à Sœur Angelle. Du fait des micros tempêtes qui continuent à balayer le désert, toute nouvelle tentative d'approvisionnement est exclue dans les prochains jours. Les troupes impériales devront attendre que le phénomène climatique ait complètement disparu des radars du Dôme.

- Marches d'Acier

L'arrivée sur le champs de bataille de leurs maîtres a instillé aux attaques Nomades une nouvelle vigueur, même si elle est placée sous le signe du désespoir, tant la lutte paraît inégale entre les Gardes Impériaux retranchés et les archaïques guerriers des steppes.
Des témoignages préoccupant parviennent cependant de la zone d'affrontement. En plusieurs endroits, on signale de véritables tempêtes magnétiques qui déstabilisent les forces de défense et donnent l'ascendant aux Nomades. Ces tempêtes sont générées par l'incroyable puissance psychique du Magus.

 

J+42 à J+45

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

Les Ultramarines progressent vers le Mont Antigonos prudemment, la discrétion étant le meilleur atout dans la réalisation de leur mission.
Leur rapport indique qu'au fur et à mesure de leur progression, l'influence des tyranides sur la zone est de plus en plus visible : la contamination est absolue. Le paysage lui-même a été corrompu: d'immenses protubérances chitineuses surgissant en de multiples endroits du sol, la végétation ayant été absorbée par les Voraces. La région est devenu un tableau apocalyptique présageant de ce qu'il adviendra d'Ameton Epsilon si les Tyranides venaient à vaincre.

- Désert des Cendres

Informée de l'incident survenu au transport de ravitaillement, la Sœur Angelle est plongée dans le plus profond désarroi. Une nuit, pourtant, des visions l'assaillissent, dépeignant le vaisseau s'étant écrasé dans le désert, sa cargaison intacte.
Dès lors, elle décide de monter une expédition pour sonder la zone du crash, dont les coordonnées approximatives lui ont été transmises par l'état-major du Dôme. Composée de véhicules de transport blindés, cette mission devra explorer les environs de l'accident et récupérer la précieuse cargaison.

- Marches d'Acier

Les Chasseurs de Mutants ont eu pour mission d'identifier l'origine des phénomènes psychiques qui engendrent les tempêtes magnétiques. Rapidement, le Magus du Culte est localisé. Sa protection est assurée par un nombre important d'hybrides et de consanguins. Deux missions d'assassinat échouent et sont massacrées après avoir été repérées par les hybrides, appuyés par les capacités pré cognitives du Magus.

 

J+46 à J+47

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

Les premiers contacts avec les tyranides ont eu lieu. Les commandos témoignent de la difficulté qu'ils vont rencontrer dans l'infiltration des lignes ennemis, tant la densité de troupes est importantes autour de la montagne. Les premières estimations parlent de dizaines de milliers de créatures de tous types.

- Désert des Cendres

Les premières expéditions de récupération sillonnent la zone autour du crash, à la recherche de l'épave du vaisseau, sans succès jusqu'à présent. Quelques escarmouches éclatent entre ces patrouilles et des éléments avancés de la horde tyranide.

- Marches d'Acier

Un calme relatif s'est installé sur le front oriental des Marches d'Acier, les tyranides ayant cessé quasiment toute attaque.
Les Nomades continuent à se lancer éperdument sur les fortifications impériales, sans rencontrer plus de succès que les jours précédents.

 

J+48

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Après s'être entretenu avec le commandement Ultramarine et le gouverneur Quintex, l'Inquisiteur Hull décide de transférer les Space Marines sur Ameton Epsilon Prime qui, dans les prochains jours, deviendra le front prioritaire. L'objectif est d'annihiler les forces tyranides du continent nord, pour disposer par la suite des effectifs entier dans l'inévitable assaut sur le Mont Antigonos.
Durant toute la journée, le Spatioport se prépare à embarquer les compagnies Ultramarines pour les déployer dans les Marches d'Acier.

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

L'un des commandos est tombé dans une embuscade tendue par les tyranides. Héroïquement, les Space Marines se sont battus jusqu'au dernier, sans toutefois pouvoir résister à leur implacable adversaire.
Les autres commandos continuent leur progression.

 

J+49 à J+51

- Marches d'Acier

L'arrivée dans les cieux des Thunderhawk dont débarquent les Ultramarines, déclenche une vague d'enthousiasme dans les rangs de la Garde Impériale.
Les compagnies sont rapidement déployés à leurs affectations respectives : la 1er Compagnie soutiendra les Gardes Impériaux sur la partie orientale des Marches d'Acier, tandis que les autres unités auront pour charge d'accélérer l'annihilation des Nomades à l'ouest.
Doté de tel renforts, le Maréchal Von Epsilon va pouvoir déclencher l'opération qu'il préparait depuis quelques jours, le plan « Tonnerre », qui consiste à mener brutalement une contre-offensive sur l'armée nomade et la disperser à l'ouest, dans le but de pouvoir par la suite concentrer les forces contre les tyranides.

- Ameton Epsilon Secundus, Mont Antigonos

Les rapports des commandos font état d'une anormale concentration de tyranides sur les flancs de la montagne, comme s'il s'agissait d'en protéger l'accès. Le sommet à d'ailleurs été complètement absorbé par la Flotte Ruche qui l'a transformé en une sorte de cheminée biologique, dont émanent des gaz en toute vraisemblance toxiques.
De plus, il règne ici une grande activité psychique, témoignant de la frénésie qui a gagné la horde tyranide. Il est décidé de récupérer les commandos au plus vite, afin que les prélèvements et les données recueillis soient analysés par les suivants de son Eminence Hull.

 

J+52

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Dès le retour des missions de renseignements Space Marines, l'Inquisiteur Hull et sa suite s'isolent pour analyser les données qui leur sont parvenues. Il reste ainsi enfermé dans ses appartements des heures durant, sourd aux demandes du Gouverneur qui souhaite partager avec lui l'exploitation des données collectées sur le terrain.

- Désert des Cendres

Les Sœurs de Bataille parviennent à localiser le vaisseau contenant les munitions. Malheureusement, il se trouve au cœur d'un périmètre tenu par les tyranides. Dans une opération rapide et dangereuse, les Sœurs de Bataille traversent dans leurs véhicules les rangs ennemis pour s'emparer au plus vite de la précieuse cargaison. L'affrontement ne dure que quelques minutes, et plusieurs Rhino et Immolator sont perdus au cours de la mission. Malgré cela, les Sœurs parviennent à charger les caisses de munition, mais doivent laisser tout le ravitaillement sur place.

- Marches d'Acier

Les unités pour l'opération « Tonnerre » sont constituées. Le fer de lance de l'attaque reposera bien évidemment sur les Ultramarines, qui auront pour charge d'enfoncer le dispositif ennemi. Les Chasseurs de Mutants précéderont l'assaut, en se concentrant comme à leur habitude sur les Hybrides, missions dans laquelle ils excellent à présent. Il est décidé que l'opération débutera dans 3 jours.

J+53 et J+54

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Après deux jours d'isolement, l'Inquisiteur Hull fait part de ses conclusions lors d'une réunion à laquelle il a invité l'ensemble des personnalités militaires d'Ameton Epsilon. Dans le long discours qu'il leur tient, il explique que les craintes qu'il avait jusqu'à présent sont confirmées par les données que les Space Marines ont vaillamment recueillies. L'objectif de l'invasion tyranide est le Mont Antigonos, ou plutôt ce qu'il renferme. Après la Première Bataille d'Ameton Epsilon, la carcasse, que l'on présumait sans vie, de la Reine Norne, a été oubliée au cœur du Mont Antigonos.
Les recherches dans ce domaine de l'Ordo Xenos ont prouvé que l'arrêt clinique des fonctions vitales d'une telle entité ne signifiait en rien sa mort. Son esprit, sa matrice psychique, perdurait encore des siècles, émettant des ondes qui agissent comme une balise pour la Flotte-Ruche. C’est précisément ce qui s'est passé sur Ameton Epsilon. Les rites d'annihilation psychique n'ayant pas été effectué sur l'esprit de la Reine Norne, elle a continué à exister, lançant dans le Warp des signaux qui ont attiré comme un aimant la flotte d'invasion tyranide. Ceci explique la venue des extraterrestres, et leur concentration autour du Mont Antigonos.
Une zone d'ombre reste entière. Son Eminence Hull n'est pas en mesure d'expliquer ce que les tyranides comptent faire du corps de leur Reine. Jamais on a assisté à la régénération d'un tel organisme, mais on peut soupçonner la volonté de l'Esprit de la Ruche de transférer le noyau psychique de la Reine vers un nouveau récipient.
Dans tous les cas, il convient d'empêcher cela et de pratiquer au plus vite les rites qui annihileront définitivement la psyché de la Reine Norne. Cela nécessitera toutes les énergies et un assaut extrêmement massif sur le Mont Antigonos. « Toutes nos pensées doivent à présent converger vers cet unique objectif, dont dépend notre survie à tous ».
Secrètement, l'Inquisiteur Hull a officiellement demandé à l'Ordo Xenos de dépêcher un croiseur, pour déclencher l'Exterminatus au cas où l'attaque échouerait.

- Désert des Cendres

Revenu de leur opération, les Sœurs de Bataille sont en mesure de disposer à nouveau des munitions qui leur permettront de résister quelques jours de plus. Beaucoup de caisses ont cependant été endommagées lors de l'impact, et rendent certaines munitions inutilisables.

- Marches d'Acier

A l'ouest des Marches d'Acier, les formations se préparent pour l'offensive. Plusieurs divisions impériales vont être alignées, soutenues par les compagnies ultramarines. L'opération sera précédée d'un barrage d'artillerie qui débutera à 6h00 du matin, et durera environ une heure, durant laquelle quelques 250 tonnes d'obus tomberont sur les lignes des nomades.

 

J+55

- Marches d'Acier

L'opération "Tonnerre" débute à l'aube par un impressionnant barrage d'artillerie qui plonge les lignes Nomades dans la confusion la plus totale. Les milliers de tonnes d'obus qui s'abattent sur les rangs ennemis ne sont que les prémices d'une importante offensive qui ne tarde pas à s'engager.
Comme à leur habitude, les Ultramarines précèdent la Garde Impériale, fer de lance d'un assaut meurtrier qui ne laisse que peu d'espoir à leurs adversaires à la technologie archaïque. Cette attaque sonne le glas des forces nomades, qui se replient en déroute. Les pertes de cette bataille auront été minimes, parmi les unités engagées par la Garde Impériale principalement.
Seule la 1ère Compagnie Ultramarine, qui a dû faire face au Magus Skongärd et sa garde Hybride, a vu tomber un nombre notable de ses membres sous les attaques psychiques du lieutenant du Culte.
A la tombée du jour, ne subsistent plus que quelques poches de résistance éparses, à plusieurs kilomètres de la ligne de front.

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Avec l'aide du Commandement Space Marine et du Gouverneur Quintex, l'Inquisiteur Hull prépare l'assaut sur le Mont Antigonos. L'ensemble des unités du Dôme y participera, afin d'ouvrir une brèche dans les lignes tyranides, où pourront s'engouffrer l'élite des forces de défense d'Ameton Epsilon. L'objectif est simple : parvenir à la carcasse de la Reine Norne pour y déposer une charge Spéculum.
Malheureusement, la destruction du pont intercontinental interdit tout redéploiement des forces engagées sur le continent Nord, exception faite des Ultramarines qui disposent de leurs propres moyens de transport.

- Les charges Spéculum

Il s'agit d'un prototype conçu par l'Ordo Xenos dans sa lutte contre les menaces extérieures. Cette charge libère lors de son explosion une vague anti-psy qui liquéfie le cerveau de tous les individus ou créatures en lien avec le Warp.
Bien que développée originellement pour lutter contre les Eldars, l'Ordo Xenos a vite découvert le potentiel de cette arme contre nombre d'autres extraterrestres. Ce prototype n'a pour l'instant pas pu être expérimenté en conditions réelles, et Ameton Epsilon ne tardera pas à devenir le laboratoire final du développement des charges Spéculum.

 

J+56

- Les Plaines, Ameton Epsilon Prime

Une escouade de Chasseurs de Mutants, en mission de reconnaissance, annonce dans la matinée qu'elle a repéré le Patriarche du Culte genestealer à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest, dans un campement érigé par des survivants dans les Plaines.
Prévenu, le Maréchal Von Epsilon leur donne l'ordre d'éliminer la créature. Cette mission sera annulée dans les minutes qui suivent par l'Inquisiteur Hull, tenu au fait des évènements par ses serviteurs, qui ont intercepté les communications entre les Chasseurs de Mutants et le Haut Commandement des Marches d'Acier.
Dans l'après midi, il dépêche une navette discrète en direction d'Ameton Epsilon Prime. Un seul passager occupe le vaisseau : un Assassin Eversor, agent de l'Ordo Xenos dans les missions les plus difficiles. Sa seule consigne : ramener le Patriarche, vivant, à des fins d'études.
Alors que l'Assassin approche du campement, les Chasseurs de Mutants lancent l'assaut. Ne sachant ce que tramait l'Inquisiteur, Von Epsilon leur a donné officieusement l'ordre d'abattre le monstre. Dans la confusion de cette double attaque, le Patriarche est abattu par les Chasseurs de Mutants. Cette opposition aux desseins de l'Eversor leur coûtera la vie : l'Assassin, avant de se retirer, les abattra tous, considérant tous ceux qui essaient d'entraver son but comme des ennemis.

 

J+57 à J+59

- Ameton Epsilon Secundus, Dôme Administratif

Dans le plus grand secret, la charge Spéculum parvient au spatioport du Dôme dans un caisson sécurisé, et est acheminée avec d'infinies précautions vers le Dôme même. Son Eminence Hull présente le prototype au Capitaine Julius, en lui en expliquant le fonctionnement. Ce dernier aura pour mission d'acheminer la bombe au cœur de la montagne. 

- Marches d'Acier

L'opération "Tonnerre" ayant été couronnée de succès, ne reste plus qu'à éliminer les dernières poches de résistance nomades. Toutes les autres forces disponibles sont acheminées vers la bordure orientale des Marches d'Acier, pour y éradiquer les restes affaiblis des forces tyranides.
En quelques jours, il devient évident que, sur le continent nord tout du moins, la balance vient de pencher en faveur des forces de l'Imperium.

- Désert des Cendres

La Chanoinesse, après s'être entretenue avec l'Inquisiteur Hull, prépare ses effectifs en vue de l'assaut sur le Mont Antigonos. Aucune force ne peut être négligée lors de l'assaut final, et bien que les Sœurs de Bataille ne soient plus qu'une poignée, affamées, affaiblies et épuisées, elles participeront à la dernière bataille d'Ameton Epsilon IV.
Malgré cette apparente faiblesse, elles accompagneront les Space Marines qui progresseront vers le cœur de la montagne, pour les couvrir dans leur mission.

J+60 à J+61

- Ameton Epsilon Prime

Sur le continent Nord, les dernières poches de résistance nomades sont exterminées. La violence de ces opérations de nettoyage est inouïe, chaque Garde Impérial cherchant à faire payer au quintuple la vie de chaque camarade tombé au combat face à ces traîtres au genre humain. Aucune vie n'est épargnée : femmes, vieillards et enfants sont massacrés au nom de la vengeance et de la sécurité des temps futurs.
Dans les Marches orientales, les forces impériales poursuivent leur assaut contre les tyranides, qui sont repoussés, signe annonciateur d'une proche victoire. Les pertes restent importantes dans les rangs de la Garde Impériale, tant l'effervescence de cet ascendant sur l'ennemi entraîne des offensives souvent trop peu préparées, bien trop hâtives.
En l'espace de deux jours, l'intégralité des Marches d'Acier est à nouveau sous contrôle impérial.

- Ameton Epsilon Prime

Durant deux jours, les colonnes de régiments et de divisions blindées se succèdent aux portes du Dôme, alors que les unités partent en direction de l'est, au point de rassemblement déterminé. Ces dizaines de milliers de soldats sont prêts à en découdre et à chasser le xenos hors de cette planète.
Le long de la route qui les mène au lieu du dernier affrontement, des centaines de prêcheurs impériaux leur vantent la justesse de leur cause, scandant les cantiques de l'Empereur. Des milliers de civils, portés par l'engouement populaire, accompagnent l'armée qui s'est mise en marche sous la bannière de l'aigle bicéphale.
Ces journées voient Son Eminence Hull s'entretenir avec le gouverneur et le Capitaine Julius, pour mettre au point les détails de l'offensive. Les unités sont recensées, déployées sur une carte figurant les abords du mont Antigonos, et toutes les hypothèses envisagées.
A J+61, tout est prêt.

- Désert des Cendres

A l'instar des autres forces impériales, les Sœurs de Bataille se sont mises en branle. Il ne reste plus que 224 Sœurs en état de combattre. Cette guerre aura prélevé sur elle un lourd tribut. Pourtant, leur résolution n'est pas entamée. La foi qui les a guidé et les guidera toujours leur montre le chemin de la rédemption ; rédemption qui passe par un combat à mort contre le Grand Carnassier.
Chacune d'elle est prête à offrir sa vie à l'Empereur…

 

J+62

+++ Transmission en cours
De : Ulhan Kebel, scribe impérial
À : Son Eminence Hull
Objet : Déploiement des forces impérialeS au mont antigonos
Voici la liste des unités que, selon vos gracieuses et justes instructions, nous avons déployées autour du mont Antigonos en vue de l'opération finale d'éradication du vil xenos (l'Empereur guide mon épée dans les ténèbres de l'ignorance)
Corps d'armée Nord
6 divisions d'infanterie dont 2 motorisées
1 division blindée
6 divisions de milice territoriale
Effectif global : 546.986 hommes
Corps d'armée Centre
9 Divisions d'Infanterie dont 3 motorisées
3 Régiments d'artillerie autopropulsée
9 Divisions de milice territoriale
4 Compagnies de Space Marines
Effectif global : 849.958 hommes
Corps d'armée Sud
3 Divisions d'Infanterie
1 Division blindée
4 Divisions de Milice territoriale
1 Bataillon de Sœurs de Bataille
Effectif global : 240.687 hommes
Il a été estimé que les effectifs des tyranides étaient d'environ 2.000.000 de spécimens, parmi lesquels une majorité appartiennent à la souche gaunt .
Les unités n'attendent plus que votre signal pour déclencher l'assaut.
Bénie soit votre parole, qu'elle nous guide dans ces heures sombres.
Votre dévoué
Ulhan kebel

 

J+63

H+0

Par une transmission radio relayée à toutes les unités, l'ordre de l'assaut est donné aux trois corps d'armée par l'Inquisiteur Hull.
En réponse à ce message, les batteries de Basilisk, de Médusa et de Griffon déclenchent leur bombardement préliminaire. Durant une heure, des centaines de tonnes d'obus s'abattent sur le Mont Antigonos, tandis que les unités mobiles entament leur progression sur les trois axes définis.

H+1

Les unités de tête parviennent à la base du Mont Antigonos et au contact de l'ennemi. Les premiers affrontements débutent. Le corps d'armée centre progresse rapidement, appuyé plus massivement par les blindés.
Le barrage d'artillerie fait place aux frappes aériennes qui appuient l'avancée des troupes.

H+2

Le corps d'armée centre est parvenu à ouvrir une brèche dans laquelle s'engouffrent les divisions de Troupes de Choc de la Garde Impériale et les Ultramarines.
Le corps d'armée nord est bloqué par la masse tyranide et subit des pertes importantes. Les batteries d'artillerie du corps d'armée centre sont acheminées pour soutenir le saillant nord.
Au sud, le corps d'armée progresse, rencontrant une moindre opposition.
Plusieurs appareils de la flotte aérienne d'Ameton Epsilon sont abattus dans le duel qui les oppose aux Harridans.

H+3

L'ascension de la montagne a débuté pour les unités du corps d'armée centre. Les véhicules doivent être laissés en retrait, appuyant de leurs tirs la progression des troupes. Les combats sont acharnés, le terrain étant propice aux tyranides.
Au nord, où la progression s'est arrêtée, les batteries d'artillerie du corps d'armée centre commencent à arriver.

H+4

Le barrage d'artillerie débute sur le saillant nord. Il se concentre sur les premières lignes tyranides, pour ne pas risquer de toucher des unités du corps d'armée centre.
Les compagnies Ultramarines prennent le relais des unités de Troupes de Choc, qui formaient jusqu'à présent le fer de lance de l'attaque. Toute l'armée impériale se bat pour permettre à ce groupe d'à peine 1000 hommes de progresser le long de la montagne.
Au sud, les Sœurs de Bataille, à l'instar des Spaces Marines, tentent de prendre la tête de l'avancée. Moins nombreuses, elles subissent proportionnellement plus de pertes.

H+5

Affaiblis par le barrage d'artillerie, les tyranides refluent vers le Mont Antigonos, permettant au corps d'armée nord de reprendre sa progression.
Les Ultramarines commencent à ressentir la chape psychique qui pèse sur la montagne au fur eu à mesure qu'ils la gravissent. Ils sont guidés par l'Epistolier Antonius, capable grâce à ses pouvoirs de repérer l'origine de l'activité psychique. Elle semble émaner d'une grotte située à une centaine de mètres.
Au sud, les forces s'opposant à l'avancée du corps d'armée sud sont devenues trop importantes pour continuer la progression. L'ordre est donné de stopper nette toute avancée pour tenir les positions conquises. La chanoinesse Angelle décide cependant de continuer à progresser. Elle n'est plus accompagnée que par 97 de ses Sœurs de Bataille.

H+6

Le Mont Antigonos subit de nouveau un séisme, dont l'épicentre semble être localisé au cœur de la montagne. La violence du phénomène plonge les unités impériales dans la confusion. Nombres d'hommes périssent sous des éboulis ou par des chutes mortelles.
Les Ultramarines et quelques Troupes de Choc parviennent sur le promontoire où se trouve l'entrée de la grotte. Ce lieu semble accueillir la densité la plus importante de créatures tyranides. Les combats, féroces et meurtriers, s'engagent. Dans un crépitement électromagnétique, les Terminator de la Première Compagnie apparaissent, guidés par la balise de téléportation du Capitaine Maximus.
Sous l'ordre de leur Commandeur, ils se frayent un passage vers la grotte pour y pénétrer.

H+7

Au sud, les Sœurs de Bataille voient leur avancée bloquée par une importante masse de créatures tyranides. A leur tête, trois spécimens Carnifex. Nimbée d'une lueur spectrale et crépusculaire, la Chanoinesse Angelle saisit son épée, et fonce vers les monstres biologiques, suivie par ses sœurs. Le combat, inégal, ne dure que quelques minutes. Après avoir tué deux des créatures, la Chanoinesse rejoint ses Sœurs tombées. Les autres combattantes ne tardent pas à périr sous le nombre de leurs ennemis, au terme d'une lutte dont l'issue était toute tracée.
L'Ordre de Notre Mère des Souffrances n'est plus.
Près de la grotte, les combats se poursuivent pour permettre au Capitaine Julius et aux Marines de la Première Compagnie de déposer leur charge sous la montagne.
Ces derniers progressent à présent dans un réseau de tunnels aux parois presque vivantes, recouvertes de micro-organismes tyranides. Ils s'enfoncent de plus en plus au cœur de la montagne.

H+8

Sur le promontoire, les Marines et les gardes impériaux commencent à ployer sous le nombre. Première victime illustre de cet affrontement, l'Epistolier Antonius, qui succombe face à un Prince Tyranide.
Une navette apparaît alors, dont surgissent les serviteurs de son Eminence Hull, la Garde Lion, rapidement suivis par l'Inquisiteur lui-même. Ce dernier s'enfonce à son tour dans la grotte, tandis que ses suivants entament le combat aux côtés des Ultramarines.
Rejoints par l'Inquisiteur, le Capitaine Julius et ses hommes parviennent à la source de l'horreur qui s'est abattue sur Ameton Epsilon. Une immense caverne abrite le cœur de la Flotte-Ruche. Entourée de Guerriers et de Princes Tyranides trône une créature cyclopéenne, surgit des entrailles de la carcasse de la Reine Norne. Ce spécimen unique, aux pouvoirs terrifiants, est le fruit de ces décennies d'activités biologiques passées inaperçues. Et en cet instant, le corps moribond mais encore vivant de la Reine Norne a accouché d'un nouvel être, une nouvelle aberration biologique, destiné à devenir son égal une fois arrivé à maturation.
Dans un cri de guerre, les Terminator se jettent dans la caverne, qui n'est que la cage thoracique du corps de la Reine Norne, pour y affronter l'Ennemi.
Chair et acier engagent un duel sans merci où coulent sang et acides. La présence de l'Inquisiteur Hull permet de contenir la puissance psychique de la créature, mais malgré cela, plusieurs Frères Terminator tombent dans ce combat, avant que le Capitaine Julius, meurtri par cet affrontement, ne parvienne à asséner un coup fatal de sa lame sanctifiée.
La créature s'effondre, tandis que de nouveaux tyranides ne cessent d'affluer vers la caverne. Le Capitaine Julius ordonne aux Terminators de se replier, tandis qu'il empoigne la charge Spéculum.
Dans un aveuglant éclair de lumière, les vétérans Ultramarines et l'Inquisiteur Hull disparaissent, laissant leur Commandeur prononcer quelques versets, avant de déclencher la détonation qui mettra fin à ce cauchemar et l'élèvera au rang de martyr impérial.

H+9

L'immense déflagration dans le cœur de la montagne peut être ressentie à des kilomètres à la ronde. L'onde de choc psychique conséquente à l'annihilation de la créature Norne frappe de plein fouet les créatures synapses de la Flotte-Ruche, qui s'effondrent simultanément. Sans matrice psychique, les spécimens inférieurs sont complètement désorientés, à la merci des forces impériales.
Les heures qui vont suivre verront l'extermination des forces tyranides sur le Mont Antigonos, et l'inévitable et fastidieux décomptes des pertes, qui s'avèrent déjà extrêmement lourdes.
Une seule certitude restera gravée dans les esprits en ces heures à venir, traduite par les seules paroles que l'Inquisiteur Hull prononcera après la guerre :

La Bataille pour Ameton Epsilon IV a pris fin.