DA BOYZ

De Waaargh the Orks

Les boyz forment le gros des guerriers orks. La plupart des orks sont des boyz. Leur équipement comporte généralement un gilet pare-éclats orné d'une plaque dorsale portant l'insigne de leur clan. Les boss de chaque maisonnée sont en charge d'au moins quatre boyz et généralement un peu plus. Chaque maisonnée et famille porte une variation de l’héraldique du clan qui lui est propre ainsi que des insignes personnels.

La majorité des boyz sont des fantassins robustes et déterminés. Ils sont généralement armés de l'arme favorite des orks : le bolter. Dans chaque maisonnée, une paire de boyz, -les acolytes du boss- portent souvent des armes lourdes. Les orks ont une préférence pour les armes rudimentaires et bruyantes et croient difficilement qu'une arme puisse provoquer des dommages importants sans émettre un bruit fort et terrifiant en même temps.

D'après les légendes, certains des anciens orks combattaient montés sur des sangliers. Cette pratique existe toujours parmi certaines tribus orks qui s'accrochent aux méthodes de combat les plus primitives. Les orks plus avancés qui ont eu des contacts avec ces tribus sont si impressionnés par la férocité de ces cavaliers que les mékanos et les médikos ont fait des expériences sur des sangliers sauvages capturés. Ils ont rapidement élevé ou plutôt conçu, une race de sangliers cyborgs. Nommés cybergorets, ces bêtes sont en partie des animaux féroces et en partie des machines. Les bioniques augmentent leur résistance et leur endurance. Le tempérament naturellement sauvage des sangliers est conservé malgré les nombreuses améliorations technologiques (par exemple leurs dents et leurs défenses sont faites d'un acier luisant et effilées comme des rasoirs). Les orks qui sont assez courageux et inconscients pour monter des cybergorets viennent des clans les plus primitifs, notamment les barbares Snakebites.

N'importe quel clan doté de nombreux mékanos (tel que les Evil Sunz) pourrait avoir de nombreux guerriers mécanisés embarqués dans une gamme de véhicules étranges, parmi lesquels des motos, des buggys, des tracks, des chariots de guerre blindés et n'importe quoi d'autre auxquels les mékanos ont pu penser. Ces boyz sont mauvais et irréfléchis. Ils aiment aller vite, généralement droit sur l'ennemi. Ils sont adeptes des grandes percées ou des vastes mouvements de flanc et forment une sorte de colonne motorisée.

Les orks se délectent du bruit des moteurs et adorent la poussière soulevée par les roues. Dans de telles attaques, ils ressemblent à un nuage de poussière qui se dirige sur l’ennemi. Les boys motorisés peignent leurs véhicules en rouge comme le veut la coutume ("C'qu'est rouge va plus vite").

Mis à part les goretboyz, les motoboyz sont ce qui se rapproche le plus d'une cavalerie de choc. Les motoboyz et les chokboyz n'ont que dédain les uns pour les autres. Les bikeboyz sont sauvages par nature et leur méthode de combat à moto brille par leur insouciance et leur indiscipline. Leur point de vue est différent de celui des chokboyz qui n'aspirent justement qu'à la discipline, à l'exercice militaire et à un professionnalisme impitoyable.

Si des motoboyz s'approchent d'un régiment de chokboyz marchant au pas, ils les provoquent à un duel de sang-froid. Les chokboyz ne refusent jamais car il s'agit d'une question d'honneur. Les motoboyz reculent d'une centaine de mètres des chokboyz, qui forment des rangs compacts. Les motoboyz se ruent alors sur eux pour voir s'ils rompent les rangs. Ceux qui "flanchent" les premiers, que ce soit les motoboyz qui changent de direction avant le choc ou les chokboyz qui ouvrent les rangs afin de les laisser passer se voient raillés par toute la tribu lorsque la nouvelle s'ébruite. Il n'est pas surprenant que quelques orks soient tués chaque fois qu'un de ces concours a lieu.