LE KULTE D'LA VITESSE

Synthèse de 'Ere We Go et du codex ork V2, traduction par Slereah

Il y a deux zones sensorielles particulières dans le cerveau ork. L'une est stimulée par le bruit, l'autre par la sensation de vitesse. Quand les orks sont exposés à des bruits forts, comme le vacarme de la bataille, à l'excitation d'aller très très vite sur un véhicule ou l'une des machines de fête foraine des mékanos, ils éprouvent une sensation de plaisir pur et bien-être envahissant. La vitesse est un besoin profond de leur tempérament tout comme le tonnerre des canons, le grincement des chenilles et le fracas de la bataille. Ils en tirent une sensation d'extase et aiment sentir le vent sur leurs visages, voir un nuage de poussière grandir derrière eux et entendre le rugissement de puissants moteurs. Sans aucun doute, le cerveau ork a évolué de cette façon pour que les orks se comportent naturellement d'une façon qui profitera à l'extension de la race ork. En d'autres mots, les orks aiment le bruit de la guerre, le vacarme des machines et ont en conséquence une tendance aux comportements imprudents. Que cela conduise régulièrement à des trépas n'est d'aucune conséquence, car la race dans son ensemble est alors dynamique, aventureuse, joyeuse face à l'adversité et sans peur du danger.

Dès qu'un ork amène sa moto ou son buggy chez un mékano pour des réparations, il lui demande généralement "C'que tu peut l'faire aller plus vite ?". Ceci nécessite généralement une couche fraîche de peinture rouge et un peu de bricolage bruyant dans le moteur. Car, comme chaque ork le sait, ce qui est rouge va plus vite. Les véhicules vraiment très rapides ont une grande valeur de prestige et les orks économiseront des dents pendant des années afin de s'offrir un véhicule vraiment rapide (et rouge). Les rivalités entre les nobz et les boss afin de savoir qui a l'engin le plus rapide mènent à d'irresponsables courses autour du périmètre des campements.

Une fois qu'un ork a commencé à satisfaire ses instincts naturels pour la vitesse, il peut s'en retrouver dépendant. La zone de son cerveau répondant à la sensation de mouvements rapides demande encore et toujours plus de stimulations. Cela peut commencer lorsque l'ork est à bord d'un véhicule ou devient le fier propriétaire d'une moto de guerre. Bientôt, l'ork fait des courses folles contre ses rivaux. Puis, il donne des sacs entiers de dents aux mékanos pour une kustomisation de sa machine adorée. Des couches de peinture rouge se superposent même pour la moindre rayure ou égratignure. L'ork est tombé dans le kulte d'la vitesse ; il est devenu un fondu de vitesse.

Certains orks ne descendent jamais de leurs véhicules. Ils y vivent, y mangent et y dorment. Souvent, les orks vont voir le mékanos afin de personnaliser leurs véhicules en conséquence : des hamacs suspendus à l'arrière, et des réservoirs de squigs rivetés sur le coté pour un approvisionnement rapide. Ils demandent aussi des marchepieds et des poignées pour leurs serviteurs gretchins qui doivent s'accrocher (un ork fondu de vitesse ne va pas s'arrêter pour ramasser un gretchin qui tombe en chemin). Quand un tel véhicule finit par s'arrêter, il est équipé de bâches qui peuvent être déroulées pour le convertir en tente.

Le kulte de la vitesse est composé en majeure partie des nombreux véhicules customisés, buggys et autres véhicules déglingués que compte une tribu ork. La plupart sont dans un état de délabrement avancé, des pièces en tombent tous les quelques kilomètres. Beaucoup de ces véhicules appartiennent à des mékanos qui sont célèbres pour tenter des réparations sur un véhicule en marche.

La marque d'un fondu de vitesse endurci est impossible à manquer : ses yeux vitreux regardent droit devant, ignorant son environnement et conscient uniquement de sa machine et de l'horizon au loin. S'il doit s'arrêter pour faire le plein, il sautille sur place, s'inquiète et se trémousse pendant que les serviteurs gretchins remplissent le réservoir. Les orks qui souffrent d'une dépendance extrême à la vitesse trouvent difficile de s'arrêter une fois parvenus à la vitesse maximale. Parfois, la seule manière de les faire stopper est de les frapper violemment sur la tête. Les commandants de véhicules recourent à cette technique au milieu des combats car sinon leurs pilotes continueraient à foncer droit sur l'ennemi jusqu'à disparaître à l'horizon.

Chaque tribu a quelques mékanos qui exploitent l'amour des orks pour la vitesse afin de gagner quelques dents. Ils construisent toutes sortes de montagnes russes, de grandes roues et de toboggans. Plus l'attraction est dangereuse, plus les orks l’aiment. N'importe quel campement ork de grande envergure est susceptible de développer une fête foraine de ce genre. Certains nobz ou boss peuvent même engager un mékano pour qu'il conçoive et construise une attraction de ce type. Par exemple, une des préférée des orks ressemble à énorme mât. Elle consiste en un grand poteau central surmonté par une roue. Des cordes terminées par des boucles sont accrochées à cette roue. Les orks passent un pied à travers ces boucles et les serrent. Puis le mékano démarre le moteur et la roue se met à tourner de plus en plus vite. Les cordes tournoient avec les orks attachés au bout. La sensation de vitesse et de désorientation les met en extase.

FONDUS DE VITESSE

Les fondus de vitesse sont souvent des nobz, des mékanos ou des motoboyz, étant donné que ces orks ont plus de chances de posséder un véhicule rapide. De tous les clans orks, les Evil Sunz ont le plus de fondus de vitesse. Un ork doit être fortuné ou avoir un penchant pour la mécanique pour avoir une chance de développer la partie "vitesse" de son cerveau. La plupart des boyz ont tendance à ne développer que la partie "bruit" à la place.

Une fois que vous avez fait votre armée à partir des listes d'armées orks, il faut faire un test pour déterminer quels véhicules sont conduits par des fondus de vitesse. Lancez un D6 pour chaque véhicule dans votre armée conduit par un ork et appliquez les modificateurs suivants :

+1 Si le véhicule est une moto de guerre
+1 Si le pilote est un nob
+2 Si le conducteur est un Evil Sun

Si le résultat est de 4 ou plus, le pilote est un fondu de vitesse. Il est alors affecté par les règles spéciales décrites plus loin.

Les gretchins et snotlings ne sont pas affectés par la vitesse de la même manière que les orks et ne peuvent pas devenir des fondus. Ils apprennent simplement à couvrir leurs yeux et s'accrochent fermement.

REGLES V1 DES FONDUS DE VITESSE

La manifestation la plus frappante et la plus dangereuse du fondu de vitesse est sa répugnance à ralentir ou à freiner une fois le véhicule lancé. Les fondus de vitesse sont bien d'accord pour accélérer jusqu'à la vitesse maximale, mais ralentir est psychologiquement difficile pour eux. La seule pensée de ralentir leur provoque un sentiment intense de déception. En fait, la plupart des fondus de vitesse ne peuvent pas ou ne veulent pas entendre les ordres leur demandant de ralentir, aussi forts soient-ils donnés.

Un véhicule conduit par un fondu de vitesse ne peut pas ralentir à moins que le pilote ne réussisse un test de vitesse d'abord. Pour faire ce test, lancez un D6 et consultez la table ci-dessous.

Test de vitesse

D6

Résultat

1-3

Ralentit. Le fondu de vitesse réfrène ses instincts naturels et ralentit comme demander.

4-5

Même vitesse. Il a beau essayé, le fondu de vitesse ne peut pas ralentir. Le véhicule voyage à la même vitesse qu'au tour précédent.

6

Yaaaaaargh ! Qu'est-ce que c'est que ces conneries à propos de ralentir ! Le fondu de vitesse sourit largement et ouvre les gaz. Le véhicule accélère jusqu'à sa vitesse maximale que le joueur le veuille ou non.

Les motoboyz fondus de vitesse ne sont pas soumis à la règle de cohérence d'unité normale, car ils conduisent toujours de manière incontrôlée. Une fois que le virus de la vitesse s'est emparé d'eux, les orks ne pensent à rien d'autre et ne s'occupent pas le moins du monde de rester près du reste de leur unité. Les fondus de vitesse peuvent donc être déplacés comme des personnages indépendant même s'ils font partie de ce qui serait autrement une unité.