LES MEKANOS

Synthèse Orks and Squats Warlords, WtO et Codex V2

Les mékanos, également connus sous le nom de mékaniaks, de mek de graisseux ou de bouzilleurs (ne leur dites pas en face si vous tenez à votre peau) sont une classe de brikolo. Ce sont les ingénieurs et les mécaniciens de la société ork. Ils peuvent être identifiés à leurs bleus de travail, aux pinces et aux clefs à molettes attachées à leurs ceintures ainsi qu'aux chiffons huileux qu'il ont perpétuellement dans les mains. Ils construisent et entretiennent une gamme déroutante de véhicules, d'armes, de vaisseaux et de machines. Ce sont de grands innovateurs et d'ingénieux inventeurs, mais au lieu de dessiner des plans de leurs créations avant de commencer à travailler, ils s'inspirent de quelque chose qu'ils ont vu ou dont ils ont entendu parler, le construisant et l’adaptant à la sauce ork, en y ajoutant nombre de bolters et de pointes. Ils sont obsédés par l'ambition d'accroître la puissance de leurs moteurs ou de construire des machines encore plus grandes et dévastatrices.

Leur compréhension des technologies qu’ils utilisent est plus qu’approximative. En fait, les Mékanos sont souvent étonnés, comme le reste des orks, de voir fonctionner les machines qu’ils créent. Ils ont un don inné pour créer des machines et leurs inventions baroques fonctionnent assez bien, même s'il faut reconnaître qu'il y a souvent des pannes ou même des accidents spectaculaires. Les meks ont un talent instinctif avec les machines et ils ont un faible pour les champs de force et les engins qui transmettent la matière. Ils aiment particulièrement les crépitements et les profonds bourdonnements des champs de force, des rayons tracteur et autres machines similaires. Dans ce domaine, ils ont créé des machines dont les effets défient toute compréhension, même par l'Adeptus Mechanicus, et les principes de la science. Cela a donné naissance à une théorie selon laquelle les orks seraient les survivants dégénérés d'une civilisation évoluée et que les mékaniaks utiliseraient les technologies conçues par cette race disparue. Mais leur curiosité, leurs expérimentations et, surtout, leur détermination à taper sur les différentes parties jusqu'à ce qu'elles tiennent en place sont les seules clés de la réussite des mékanos.

Chaque mékano produit un travail qui lui est propre et chaque objet issus de la technologie ork porte la marque indélébile de son travail artisanal. La production en série d'objets identiques n'est pas le point fort de la culture ork ; ils manquent d'application et de connaissances techniques. La plupart de la production en série vient de races asservies qui payent des tributs. La tradition de l'artisanat original est appelé par les orks : kustom. Tout dans la société ork est kustom.

Les mékanos ne jettent rien. Ils errent sur les champs de bataille à la recherche de morceaux tombés des véhicules ou arrachés par les tirs. Ils sont entourés d'un essaim de gretchins excités, qui leur apportent constamment des morceaux de mécanismes à vendre pour quelques dents. De fait, les mékanos possèdent de grandes piles de débris mécaniques à utiliser dans leurs constructions et chaque projet est précédé de la fouille de leur boite à rabiots.

Les meks utilisent de nombreux esclaves (gretchins, snotlings et captifs de diverses races). Ces créatures vont chercher les pièces, les portent et accomplissent les taches ardues de construction, ce qui laisse le mékano libre de réfléchir aux problèmes. Quand un grand projet est en train, souvent né de l'esprit d'un seul mékano, la rumeur se répand parmi les autres meks du voisinage. Ils se rassemblent sur le site de construction, plein d'enthousiasme et de bonnes idées. En peu de temps, des régiments d'esclaves sont à l'œuvre et la création prend forme. Il peut s'agir d'un gargant, d'un vaisseau ou de n'importe quoi d'autre sorti de l'esprit de son créateur.

Le travail est accompagné par le bruit incessant des marteaux de la main-d'œuvre gretchin, les hurlements des mékanos qui supervisent le travail et le jacassement constant des mékanos qui débattent du pour et du contre d'un plan ou d'une modification. De telles scènes sont courantes durant une Waaargh ork ou la totalité des orks prépare frénétiquement la guerre.

Le vrai talent des mékanos est la kustomisation, plutôt que l'invention pure. Les mékanos voient quelque chose et le copient en utilisant toutes sortes de pièces et de morceaux et les assemblent pour former autre chose de complètement nouveau. Quand les orks veulent du travail de précision, des conceptions sophistiquées et de la haute technologie, ils le demandent, sous la forme d'un tribu, à d'autres races qui ont les compétences. Inévitablement, la plupart de l'équipement obtenu de cette manière tombe entre les mains des mekboyz quand il se dégrade et nécessite une réparation. Les orks ont tendance à garder chaque chose jusqu'à sa destruction, aussi la réparation prend souvent la forme d'une reconstruction complète. Après les quelques premières fois qu'un mek a eu entre les mains un véhicule ou une pièce d'équipement, il commence à avoir un aspect distinctement ork. Les mekboyz ne peuvent pas s'arrêter à la simple réparation, ils y ajoutent un blindage ou adaptent un champ de force. De plus, ils y ajoutent gratuitement des embellissements : un crâne par ici, une dent de métal par là ,un masque de démon grimaçant en fer forgé là ou juste une couche de peinture rouge pour le faire aller plus vite. Parfois ils demandent des dents supplémentaires en paiement pour ce privilège, mais le plus souvent ils oublient d’informer l'intéressé des changements qu’ils ont effectués. Les véhicules et les armes orks ne sont donc jamais parfaitement identiques, ce ne sont pas des objets issus de la production de masse, mais plutôt des produits customisés. Une armée ork comprend donc aussi bien des équipements des autres races que des productions orks, et peut inclure des véhicules d'origine impériale venant tout droit des usines d'un monde soumis aux cotés des mêmes versions de ces véhicules, usés et abîmés par les combats, rénovés au delà du reconnaissable par les mékanos.

Grugit descendit du Wartrak et agita sa clef à molette huileuse après Mangeye "...Aut'chose, que tu d'vrais savoir…"

Mangeye avait écouté toute la matinée les histoires ennuyeuses du mekaniak. Beaucoup n'avaient ni début, ni milieu ni fin ou quoique ce soit d'autre. Il soupira et essaya d'avoir l'air intéressé, attendant la suite avec peu d'enthousiasme.

"...l'savoir-faire ork tient dans d'gros clous", s'exclama Grugit triomphalement et il passa sa tête dans les entrailles du trak. Il y eut un épouvantable bruit de marteau. Mangeye s'appuya sur l'épaule du mek et risqua un coup d'œil dans la machine. Il semblait y avoir encore plus de clous qu'avant.

"Là" dit Grugit. "Essaie maintenant."

Mangeye enfourcha le trak et pressa le starter. Il y eut un terrible rugissement et le sommet de son crâne fut brûlé alors que le canon laser creusait un trou dans le mur opposé. Grugit grata son nez pensivement et ramassa quelques clous supplémentaires. "y manque encore un truc, ici..."

Une caractéristique commune à tous les équipements orks est qu'ils ont tendance à tomber fréquemment en panne. Les créations des mékanos sont délabrées, tout particulièrement si elles ont été construites à partir de pièces détachées capturées ou de morceaux cannibalisés sur des véhicules ennemis (tout cela étant généralement cloué ou soudé ensemble afin de les faire tenir). Si un mek veut qu'une pièce tienne, alors elle tiendra. S'il y a de nombreux meks dans la force, le problème est moins grave qu'il aurait pu l'être. Les meks utilisent leurs méthodes éprouvées mais rudimentaires pour faire fonctionner les machines. Moins de mékanos il y a aux alentours, plus le problème s'aggrave. Au fur à mesure que l'équipement tombe en panne pendant les combats ou pendant un déplacement. La piste tracée par l'équipement jeté et des pièces tombées des véhicules est le signe du passage d'une force à cours de mékanos.

Les meks sont adeptes de la fabrications d'armes improbables qui sont souvent des armes assemblées en une seule super-arme ! Ces armes composites opèrent globalement de la même manière que les armes combinées, mais sont loin d'être fiables ce qui n'empêche pas les mékanos d'aller au combat avec. Un mékano peut voir son arme expérimentale lui exploser à la figurine mais cela peut valoir le coup car il suffit que l'arme fonctionne une fois sur cent et permettre de gagner une bataille pour prouver que c'est bien lui le meilleur mékano de tous. Evidement, c'est un gaspillage de temps, de ressources (et de snotlings) de tester ces armes. Dans de nombreux cas, à la première fois que l'arme tire, pendant la bataille, on y découvre des défauts fondamentaux de conception (lesquels ont souvent des résultats désastreux).

Les mékanos ont pour habitude de vendre leur équipement non testé à des orks crédules. En général, un mek essaye plusieurs versions d'une idée avant d'être satisfait du résultat, puis il vend les modèles défectueux afin de compenser les coûts de développement. Les mékanos fabriquent aussi des armes à feu primitives telles que des mousquets ou des tromblons afin de les vendre aux gretchins. Ces derniers ne peuvent en général pas s'offrir mieux mais sont impressionnés par le bruit, les éclairs, les étincelles et les nuages de fumées. Le fait que l'on puisse introduire n'importe quel petit objet dans le canon est aussi un avantage. Quand les munitions commencent à manquer, toutes sortes de substituts utiles peuvent être trouvés dans les camps ou sur les champs de bataille : cailloux, clous, boulons et écrous, les possibilités sont infinies.

Les mékanos sont également fascinés par l'armement de siège, les fortifications et la construction de machines de guerres mais n'ont pas les compétences professionnelles des ingénieurs squats dans ce domaine. Pour compenser, ils donnent dans le spectaculaire et l'impressionnant.

Les mékanos utilisent les gretchins pour creuser des tranchées plutôt désordonnées et saper les positions assiégées. Les orks vivent volontiers dans ces conditions sordides durant des mois. Pendant ce temps, les meks établissent des camps derrière les lignes et y conçoivent divers engins d'assaut, tels que de monstrueux mortiers de siège montés sur des chenilles qui lancent d'énormes obus sur les ennemis. La seule vue d'un de ces canons gargantuesques amenés à portée par des engins à vapeur est suffisant pour conduire à la reddition les garnisons les plus déterminées.

Quand ils ne sont pas au travail avec leurs clés, les mékanos aiment à se relaxer à l'ombre d'une vielle bâche et regarder le travail en cours en fumant une longue pipe taillée dans le tibia d'un ogryn et en invitant n'importe quel medik ou fouettard à les rejoindre pour discuter d'une nouvelle idée. S'ils se trouvent à cours de champignons à fumer, ils restent imperturbables : un vieux chiffon graisseux fera tout aussi bien l'affaire et l'arôme est au-delà de toute description.

Les Evil Sunz et les Blood Axes ont plus de mékanos que les autres clans et le kulte de la vitesse attire toujours beaucoup ces brikolos qui passent des heures entières à trafiquer leurs machines. Ils sont très fiers de posséder les buggies et les motos les plus rapides et les plus bruyantes. 

Le Coin du Fluffiste

Les mekanos sont les maillons essentiels de l'industrie militaire ork.

Voici des exemples de bannières dorsales de mekanos proclamant, leur clan, leur caste et leur compétences. Le motif de clef, dont vient la glyphe de mekano, est souvent combiné avec l'imagerie du clan. Des glyphes indiquant le nom du possesseur ou vantant ses compétences peuvent aussi y apparaître.

 
Les mekanos vont souvent au combat avec de grosses armes de leur invention comme des armes kustomisées ou kombinées, un shokk attack gun, au volant de véhicules (voir notamment les mekafissas) ou même aux commandes d'un gargant.
- Armes et matériels de guerre
- Les armes kustomisées