LA WAA-ORK

Traduction Skalpel de Waaagh The Ork

Si les bizarboyz jouent des rôles de shamans dans la société ork, les vrais grands prêtres des dieux orks sont les mékanos. Les meks sont au centre de leur civilisation, servant d'intermédiaires avec les dieux. Ils peuvent témoigner de l'évènement le plus important qui puisse survenir dans la société ork : la Waa-ork.

La Waa-ork est un évènement spontané qui commence brusquement dans l'ombre et qui, petit à petit, prend de l'ampleur. De plus en plus d'orks, de clans, de tribus prennent part au rassemblement des forces de la Waa-ork. Par un processus qui peut prendre 300 ans pour arriver à son apogée, la totalité des territoires orks s'agitent, se perturbent et se dynamisent. Une Waa-ork est un renouveau pour les territoires orks dans l'univers. La Waa-ork est une époque où les tribus se rassemblent, une époque de grandes entreprises, de migrations et de conquêtes. A travers l'univers, les orks prennent le chemin de la guerre et la puissance impitoyable de la civilisation ork est libérée.

Au centre de la Waa-ork se tient la construction des gigantesques titans appelés gargants. Chaque gargant est une immense machine de guerre dont le potentiel de destruction est effrayant. C'est aussi idole mécanique et cracheuse de feu, construite à l'image des dieux orks de la guerre, Gork et Mork. Chaque gargant est en lui-même un acte d'adoration de ces énergies orks primaires ; ce sont les idoles qui représentent par essence tout ce qui est ork. Les dieux orks incarnent largement le caractère de la race. Ils sont gros, bruyants, bagarreurs et laissent une traînée de ruines dans leur sillage. La guerre, les conquêtes, les migrations, les hostilités sans fin, le fracas des armes et les cris de guerre des orks innombrables ne sont que l'amusement de Gork et de Mork. Ces dieux sont cruels, simples et forts. Ils observent les Puissances du Chaos et leur rient au nez.

La Waa-ork peut commencer dans l'esprit d'un mek isolé. Pour une raison étrange et inexplicable, un mek a une image mentale des dieux orks énormes et gargantuesques. D'où cette idée lui vient-elle soudain ? Tout a pu commencer par quelque chose vu au cours d'une bataille. Imaginez un champ de bataille où les orks sont engagés dans un combat à mort avec l'Imperium. Tout autour n'est que ruines, désolations et cratères d'obus. Parmi la fumée et le vacarme, un mekboy est en train d'arracher des pièces utiles à des véhicules détruits, ignorant les déflagrations autour de lui. Soudain, une immense ombre tombe sur lui. A travers la fumée, il est dominé par une énorme silhouette. Ce colosse cahotant l'enjambe presque, se balançant d'un coté à l'autre à cause du recul de ses énormes armes. C'est un titan impérial.

Le mek reste le regard fixé vers le ciel, bouche bée, en extase devant l'énorme machine qui largue ses chargeurs sur le sol. Il regarde le titan le dépasser puis s'en aller au loin, dans une colonne de poussières et de flammes. A partir de ce moment, le mek est obsédé par l'idée de donner une forme réelle à sa vision. Un dieu ork, l'essence et la personnification de tout ce qui est ork, doit être incarné dans une idole véritable, mobile et vomissant le feu. Animé par ce profond besoin religieux, le mekboy s'isole dans un endroit perdu, accompagné de ses assistants et ses esclaves et d'autres meks ayant entendu parler de son idée. Là, ils commencent à travailler.

La rumeur se diffuse rapidement, comme l'onde d'une pierre lancée dans un étang. D'abord, les mekanos du même monde entendent parler du début de la Waa-ork. Grâce à l'instinct psychique des orks, ces meks savent que le temps du rassemblement est venu. Ils ont simplement à suivre les réverbérations psychiques jusqu'à leur source. Où qu'ils soient, les meks commencent à construire des machines pour se transporter, eux et leur entourage de gretchins et d'esclaves, jusqu'au site de construction du gargant. Certains se ruent à travers les déserts dans d'immenses tracteurs à vapeur, d'autres dérivent au-dessus des montagnes dans des ballons et des dirigeables ou volent dans des gyrocoptères.

Le site lui-même se transforme en un essaim bourdonnant d'insectes perturbés, alors que des meks et leurs engins arrivent tous les jours. Peu à peu, les meks sont attirés d'une zone s'élargissant à l'infini. Bientôt, ils viennent d'autres mondes et d'autres systèmes dans des space hulks rafistolés et dans une armada de vaisseaux plus petits et customisés. Les autres voyageurs de l'espace ne peuvent ignorer ce phénomène, ils y font allusion dédaigneusement en parlant de l'ork circus.

De plus en plus de meks, chacun accompagné de son contingent d'esclaves, se rassemblent sur le lieu de naissance de la Waa-ork. Bientôt, le site répercute la clameur de coup de marteaux sur le métal, des hurlements des contremaîtres et des voix de milliers d'orks, de snotlings et de gretchins. Lentement, les échafaudages sont érigés et à l'intérieur du berceau d'acier, l'énorme colosse de métal commence à prendre forme. D'énormes grues et treuils prennent place. De lourdes pièces de mécaniques sont montées sur des rampes colossales par des hordes d'esclaves et gretchins. Le son des pompes et des marteaux-pilons devient assourdissant. D'énormes fournaises, comme des gueules béantes, illuminent la scène pendant la nuit, la transformant en un festin infernal. Présidant le tout de leurs hautes plates-formes se trouvent les mekboyz, examinant leurs projets et criant des ordres.

Pendant que la nouvelle de la Waa-ork se répand autour de l'épicentre, la scène est répétée partout dans les territoires orks. Sur tous les mondes, toutes tribus confondues, les meks se rassemblent pour construire des gargants. Au beau milieu de rien, des bidonvilles apparaissent du jour au lendemain, pleins de meks et de leurs essaims de gretchins, de snotlings, et d'esclaves. Le travail de construction peut durer des années. Pendant ce temps, alors que la Waa-ork rassemble ses forces et son énergie, le travail commence sur toutes sortes d'autres machines de guerre. Dans les territoires orks, les meks se mettent au travail et les esclaves forgent des armes. En même, d'énormes hulks parcourent les systèmes les plus proches, ramassant les tribus des mondes soumis. Des équipes de mekanos construisent de vastes vaisseaux ou assemblent d'anciens hulks.

Ce sont les barges qui porteront les orks au combat quand la Waa-ork atteindra de son apogée. Puis la Waa-ork prend un tour fiévreux. Les gargants sont presque terminés. Les arsenaux des seigneurs débordent d'armes. Les machines de guerre attendent, en lignes à coté des immenses camps militaires. Les chokboyz défilent et manœuvrent à la revue. Les hostilités et les rivalités sont temporairement mises de coté, alors que tous les orks se rassemblent sous les bannières des plus grands seigneurs. Quand les gargants sont prêts, les échafaudages sont abattus et leurs énormes chaudières sont mises en route pour la première fois. Une clameur tumultueuse s'élève de l'armée fourmillante de travailleurs lorsque la première fumée noire sort de la bouche du dieu. Lentement, le gigantesque colosse avance, ses énormes armes ventrales se balançant d'un coté de l'autre, la lumière brillant de l'intérieur de l'idole vivante. Le message passe rapidement de tribu en tribu : Gork et Mork sont là. Quand les orks se mettent en route dans toutes les directions, la guerre éclate partout dans la galaxie. Les flottes de guerre orks croisent sans pitié dans l'espace, traçant un sillon de destruction. C'est le temps de la Waa-ork, le temps où l'univers résonne du cri triomphant des orks.

Cela peut prendre jusqu'à 300 ans pour que la Waa-Ork atteigne son zénith. Pendant cette période, à travers la galaxie, tout n'est que furie de guerres, de raids et de migrations : une destruction effrénée et hasardeuse jusqu'à ce que son énergie soit dépensée. La Waa-ork est à l'origine de l'expansion ork, c'est la principale cause de leurs grandes guerres et l'origine de tous leurs empires. Quand la fréquence des raids orks augmente et que des flottes d'invasion commencent à apparaître partout dans la galaxie, c'est que la Waa-ork est là, une fois de plus.

Au moment même où l'énergie d'une Waa-ork est épuisée, et que son énergie se dissipe lentement, une nouvelle a déjà germé dans l'esprit d'un autre mek dans un coin perdu de la galaxie...