TARAN, MONDE IMPERIAL

 

Selon des sources omphaliennes -Omphalia : monde impérial ennemi héréditaire de Taran- le nom de Taran serait dérivé du nom du chef d'une équipe d'explorateurs compatriotes qui l'aurait découvert au environ de 500/M34 (33500). Les taranais, eux pensent que ce nom vient d'un ancien mot shamaha : "Etarran" qui désigne les éléments naturels dans leur ensemble.

Lorsque les colons venus des systèmes solaires voisins arrivèrent, ils trouvèrent un vrai petit paradis terrestre, une atmosphère respirable et une biosphère riche dont des végétaux pratiquant la photosynthèse.

Aujourd'hui, la quasi-totalité de la surface des continents est désolée. Seuls quelques rares végétaux ont survécu aux défoliants et aux incendies consécutifs aux guerres humaines qui ravagèrent la planète. La majorité des écosystèmes ont été détruits. Les grandes plaines ne sont que cendres radioactives où rampent encore des nappes de gaz de combat. Certaines vallées inaccessibles dans les montagnes préservent encore un témoignage de ce que fut Taran autrefois. Les écosystèmes océaniques ont été relativement épargnés et les taranais peuvent encore subsister de la pèche.

Les taranais durent construire d'immences dômes pour abriter leurs villes de ces conditions hostiles. Cependant, petit à petit, la radioactivité diminua et les nuages de gaz retombèrent. Il est desormais possible de vivre à la surface sans trop de risques.

Les taranais vivent concentré sur leur île d'origine, ils sont relativement peu nombreux (2.6 milliards) et souffrent d'un déséquilibre de la répartition des sexes dans la population (67% de femmes pour 33% d'hommes). Ce qui ne les empêche pas de constituer une société patriarcale et sexiste et de sacrifier leur jeunesse mâle dans des guerres incroyablement meurtrières pour maintenir ou augmenter leur influence dans ce secteur de la galaxie.

La planète n'a plus guère de ressources minières facilement accessibles. Elles ont été pillées ou dilapidées pendant les millénaires de conflits précédent. Pour pallier cela, des individus particulièrement entreprenant ont bâti un réseau commercial couvrant une partie de l'Ultima Segmentum qui va jusqu'aux mondes des Ligues squats. Enrichie gràce à ce commerce, la planète est riche et a pu construire des palais et des temples magnifiques. A coté de ce luxe, dans les niveaux inférieurs des cités, vivent dans des taudis des légions de miséreux.