LES PEUPLES DE TARAN 
LES HUMAINS :

Ils constituent l'immense majorité de la population, plus de 99,9%. Sur la planète, ils se décomposent en deux groupes principaux : ceux qu'il convient d'appeler les Taranais et ceux qui se nomment eux-mêmes les Shamahas.

Les Taranais sont les descendants des habitants de la ligue Islandis. Ils sont les maîtres de la planète depuis qu'elle a vaincu toutes les autres lors de la dernière des Grandes Guerres. Ils vivent pour la majorité sur l'ancien territoire de celle-ci duquel ils administrent la planète et leurs conquêtes extra-planétaires. Leur commerce est très développé avec toute la galaxie. Taran, grâce à leurs efforts, est riche et prospère.

Voir aussi l'Histoire de Taran

Ils ont généralement peau claire, les cheveux brun foncé à blond. C'est un peuple indépendant, fier et courageux qui a fourni à l'Imperium des explorateurs et quelques généraux de grand talent. Son attitude vis-à-vis du culte impérial a fait grincer les dents de plus d'un Cardinal mais la régularité ponctualité des versements de la dîme, ont éloigné d'eux leur courroux. Les Taranais tolèrent mal le fanatisme religieux tel qu'il peut s'exprimer ailleurs dans l'Imperium. Le service militaire de trois ans est l'étape fondatrice de l'adulte taranais : il n'est par exemple pas permis de se marier avant de l'avoir effectuer (cf l'état civil sur Taran).

Ils vivent rassemblés dans quelques villes immenses qui sont des cités ruches miniatures. Les six plus grandes sont situées sur l'ancien territoire de la ligue Islandis, ce sont Méléagre I, la capitale et la première fondée, Méléagre II, Canéphoros, Calydon, Ucalegon, Miltiades. Leurs cités sous dômes ressemblent à des agrégats d'immeubles. La plus haute des tours fait un kilomètre de haut et descend jusqu'à 800 mètres sous terre. Dans les niveaux les plus hauts logent les couches les plus aisés et, dans les plus bas, s'entassent les plus défavorisés ainsi que les centres de production installés prés de cette main-d'œuvre bon marché. Les niveaux les plus bas sont difficilement contrôlés par les forces de l'ordre qui y font des descentes musclées pour traquer les mutants et les hors-la-loi et ainsi gonfler les effectifs des Sections Pénales. Depuis quelques siècles, les Taranais développent un habitat en dehors de leurs cités ruches. Les anciens centres s'entourent progressivement d'une périphérie de nouveaux quartiers de maisons basses et de petits ensembles. La vielle ruche reste pourtant dans les faits et dans la tête de ce peuple, leur vrai demeure.

Pour une raison mal identifiée mais certainement liée à l'extrème polution de leur environnement, le pourcentage de bébé de sexe féminin est en augmentation depuis environ deux millénaires. Le déséquilibre est aujourd'hui de deux femmes pour un homme. Malgré cela, la société taranaise reste traditionnellement patriarcale et sexiste même si aucune loi écrite n'impose cela. Rares sont les femmes qui arrivent à des postes de hautes responsabilités. L'armée et les carrières militaires, voie royale pour la haute administration, sont exclusivement réservées aux hommes.

Le taux de bébé mutants est de 5% et leur traque est impitoyable. Une famille dont l'un des enfants est porteur de mutations visibles doit généralement l'abandonner. Les mutants psykers ne dévoilent souvent leurs facultés qu'à la puberté et ils peuvent parfois s'enfuir dans les niveaux inférieurs.

Sur Taran, les femmes constituent 67% de la population et l'isolement de chaque individu dans cette société fait que nombreuses d'entre elle ne fréquente pas d'homme. Ces couples homosexuels sont un palliatif sentimental efficace pour nombre de femmes et un moyen apprécié (mais non reconnu officiellement) par les autorités de limiter une natalité galopante. L'Ecclésiastrie est embêtée par ce fait qui pose des problèmes pour l'éducation des enfants dans des collèges où les sexes sont séparés et parce que le Credo Impérial stipule que les hommes et les femmes doivent s'unir pour que leurs fruits permettent à l'humanité de coloniser l'espace. L'importance du phénomène lui interdit un bannissement pur et simple des contrevenantes dont certaines sont de généreuses donatrices.

Pour les hommes la situation est différente. Le choix d'une partenaire est peu problématique. L'homosexualité masculine est très mal vue et même parfois comdamnée. La polygamie est réservé aux classes hautes de la société et même là le nombre de concubine ne dépasse que rarement deux, les femmes jouissant théoriquement des même droits que les hommes en matière de liberté et d'instruction. Le gouverneur lui-même n'a que deux épouses officielles. Il est encore jeune mais son père n'en a eu que quatre en presque cent ans de règne. Certains craignent que ce phénomène soit le début de la décadence. Ceux-là condamne l'homosexualité comme étant contre-nature et directement inspiré par le vice et la débauche.

Ces derniers sont les survivants d'une colonisation antérieure. Physiquement, ils sont généralement clair de peau même si elle est souvent burinée, les yeux et les cheveux noirs. Généralement, ils sont légèrement plus petits que les Taranais. Les Shamahas ou "continentaux" sont 5 à 6 millions répartis sur les trois grands continents de la planète. Ils sont vaillants mais pas belliqueux et sont dans leur majorité soumis aux Taranais. Cependant, des tribus insoumises sont réfugiées dans les plus hautes montagnes et n'en descendent que rarement.

ShamahaLeur mode de vie est tribal et semi-nomade. Ils ont survécu à la destruction massive de la biophère pendant les millénaires de guerre entre les ligues en se réfugiant dans les montagnes. Un Shamaha est capable de survivre dans les déserts de cendres où un Taranais mourrait de faim et de soif. Ils savent détecter les zones radioactives et éviter les nappes de gaz toxiques. Ils savent aussi où chercher les rares plantes souterraines qui leur fournissent le boire et le manger. Le plus souvent, ils sont ferrailleurs. Ils arpentent les anciens champs de batailles à la recherche des carcasses métalliques des tanks qui vont revendre aux Taranais toujours avides de métaux qui, en échange, leur vendent des véhicules légers et des armes. Ainsi un équilibre s'est créé entre les deux populations, les uns habitant l'espace où les autres ne sauraient vivre.

Les plantes souterraines sont la source de leur civilisation. Elles se sont développées avec le déclin, à coup d'incendies et de défoliants, des plantes de surface dont la planète était couverte. Leurs pulpes pressées fournissent aux shamahas de l'eau. La chair de certaines variétés est tendre crue ou cuite. Avec leurs fibres, ils créent leurs vêtements qui peuvent être très élaboré. L'écorce séchée de certaines espèces font des cigares très appréciés dans la haute société taranaise. A chaque occasion, ils replantent ces végétaux car ils savent ce qu'ils leur doivent.

La majorité des Taranais méprisent ce peuple et le considèrent comme débile et arriéré. Certaines modes vestimentaires ont cependant utilisé leurs coutumes. De jeunes idéalistes peuvent être tenté par l'expérience de la vie hors des cités étouffantes. Ils désenchantent vite. Même l'Ecclésiarchie s'est désintéressé de les convertir. Quelques prêcheurs ont bien tenté de le faire mais il n'ont jamais réussi à les intéresser au dogme impérial, rajoutant simplement des légendes aux nombreuses racontées le soir par les anciens. Ils ne sont pas des citoyens taranais, ils n'ont donc pas l'honneur de servir dans les armées taranaises ailleurs que dans les compagnies du Service Pénal.

Lorsque les nouveaux colons ont annexé la planète au nom de l'Empereur, ils ont négligé ces autochtones. Dans la mesure où ceux-ci ne les gênaient pas. Pendant les guerres, ils n'ont jamais pris aucun parti ce qui leur a permit de survivre malgré de nombreuses exactions commises à leur égard.

Leur patrimoine génétique est d'une stabilité rare : jamais aucun mutant ne serait jamais né chez eux malgré les doses de radiations qu'ils subissent sur les Terres Conquises et les maladies qui les affectent sont rares. C'est ce qui leurs a permis d'être blanchi par l'Inquisition.

Les habitants des Ligues vaincues ont mystérieusement disparu dans les années ont suivi leur défaite. Personne n'a intérêt à révéler ce qui s'est passé ces années là. A l'époque, les plus audacieux ont murmuré qu'une politique d'extermination était mené, avant de se taire définitivement. Aujourd'hui, la question n'intéresse personne.

Cependant, dans les hautes montagnes du continent central ou sur la cote, plusieurs villages isolés d'hommes qui se nomment eux-même les "survivants" subistent. En tout, sur l'ensemble de la planète, ils doivent être moins de quelques centaines de milliers. Ils vivent dans un dénuement extrème d'un peu de d'agriculure et d'un peu de pèche. Ils parlent des langues dérivés du Bas Gothique disparues qu'aucun taranais ne se préoccupe plus d'apprendre. Ils sembleraient qu'ils vénèrent l'Empereur. A l'occasion, ils font du troc avec les Shamahas.

LES ABHUMAINS :

Suite aux importants contrats passés avec la Ligue squat Grindel, des ingénieurs et des négociants squats se sont installé sur la planète. Rares sont ceux qui y reste plus de quelques années. Ils ont néanmoins un quartier réservé à Méléagre I avec une milice indépendante. Ils sont considérés comme des invités de marque dans les familles commerçantes mais ce n'est pas l'avis de la majorité de la population.

Les squats se sont adaptés physiquement à la haute gravité de leur monde : ils sont plus petits et plus robustement construits que les humains normaux.

LES EXTRATERRESTRES :

Quelques eldars errants de passage, doivent se trouver dans les profondeurs de Méléagre I ou de Miltiades.

Certains rapports parlent d'une poignée de tribus perdues dans les montagnes du continent central. Ce serait les descendants des envahisseurs de la Waaagh de 3 905 478/M39.

QUELQUES CHIFFRES :

Taranais

Shamahas

Adhumains : Squats

Population

2,6 milliards

2,5 millions

5 000

% homme/% femme

33/67

49/51

?

Taux de natalité

40 ‰

?

0

Taux de mortalité

25 ‰

?

?

Taux de fécondité

2.7

?

?

Espérance de vie H/F

72/78

80/85

300/ ?

Durée du service militaire :

3 An.Taranaise.

0

Une partie de l'année (milice)

Taux d'alphabetisation

60 %

5 %

100%

Taux de mutation par naissance :

4 %

0 %

?

Langues parlées :

Bas Gothique : Taranais
Haut Gothique (5% de la pop.)

Shamaha
Bas Gothique : Taranais (50%)

Bas Gothique : Squat
Haut Gothique (2%)

Taux de mort de maladie

4 ‰

?

?

Taux de morts violentes

6 ‰

?

?

Part des moins de 20 ans

30 %

25 %

1 %

Part des plus de 60 ans

8 %

15 %

55 %